75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : Galaxy Trucker
Galaxy Trucker >

Critique du Jeu de société : Galaxy Trucker

Avis critique rédigé par Amaury L. le lundi 13 septembre 2010 à 2203

Les convoyeurs de l’espace…

La compagnie Corporation Incorporated recrute des pilotes, débutants acceptés, afin de convoyer des matériaux de construction vers les planètes les moins évoluées de la Galaxie. Vous rêvez d’aventures, de voyages interplanétaires lointains, rejoignez la Corporation Incorporated, le frisson est toujours au rendez vous…



Matériel galactique

En soupesant la boîte de Galaxy trucker, on sent que celle-ci est abondamment fournie en matériel. Derrière l’illustration humoristique de la couverture, se cache un plateau collectif sobre, huit plateaux individuels représentant les vaisseaux à construire (taille 1, 2, 3 et 3 A), cent quarante-quatre tuiles Composants (cabine de pilotage, moteurs simples ou doubles, canons simples ou doubles, accumulateurs d’énergie, boucliers, containers basiques ou spéciaux, capsules d’accueil pour extraterrestres et structures modulaires), soixante cartes Aventure (pirates, contrebandiers, planètes marchandes, essaim de météorites…) numérotées de un à trois sur le verso, quarante huit figurines (quarante humains, huit extraterrestres), soixante cinq tuiles Argent nommées Crédit (valeur 1, 2, 5, 10 ou 50), cinquante six cubes Marchandises (or, eau, nourriture, matière radioactive), trente six cellules translucides Energie, un Sablier, huit Vaisseaux (deux par couleur), deux dés à six faces et quelques marqueurs divers. Cet ensemble copieux se termine par un livret de règles précis de seize pages. Galaxy trucker impressionne positivement par la quantité et la qualité du matériel proposé. Un désir pressant de devenir pilote de vaisseaux spatiaux se fait jour.

Avec la corporation Incorporated, l’aventure vous attend…



Règles manquant d’espace…


Galaxy trucker présente au lecteur des règles abondantes et denses. De plus, la petitesse choisie de la police risque de refroidir nombre de candidats.

Les joueurs incarnent des pilotes de vaisseaux spatiaux qui effectueront des transports marchands jusque dans les coins les plus isolés de la galaxie. Trois missions d’importance croissante attendent les téméraires ayant signé un contrat exclusif avec la Corporation Incorporated. Le pilote qui à la fin du jeu possède le plus d’argent gagne davantage la partie que ceux qui en ont moins.

Petit vaisseau pour petite mission…


Galaxy trucker se joue en trois étapes, celles-ci se différenciant par la construction d’un vaisseau de taille supérieure et par des voyages de plus en plus longs. En un laps de temps limité et simultanément, les joueurs tentent de construire leur vaisseau en respectant les consignes d’assemblage. Chaque tuile Composant possède des connecteurs universels, doubles, ou simples qui s’assemblent soit avec un connecteur de même type soit avec un universel. Quand un joueur termine son vaisseau, il reste un sablier aux autres pour achever leur engin. On vérifie si des erreurs ont été commises qui sont sanctionnées par la perte du composant inopportun. Evidemment, l’appareil se doit d’être d’un seul tenant.

Un vaisseau de deuxième catégorie paré pour voyager…


Le voyage intersidéral commence. On pioche une à une les cartes Aventure avec une résolution immédiate. Si jamais, des pirates ou des contrebandiers apparaissent, un combat avec les joueurs se déroule. En activant ses canons simples et doubles (avec l’aide des accumulateurs d’énergie), on défait l’ennemi en affichant une force de combat strictement supérieure. Un canon vaut entre 0,5 et 2 points de combat. Une récompense (si victoire) ou une pénalité (si défaite) s’appliquent. Au terme de chacun des voyages, les joueurs vendent leurs marchandises, et reçoivent des bonus (le premier arrivé, le vaisseau le moins abîmé).
Quand les trois voyages sont terminés, le joueur avec le plus d’argent l’emporte.

Voici le dernier vaisseau à construire…


Dans l’espace, personne ne vous entendra rire… ou pleurer


Galaxy trucker provient du cerveau enflammé de l’auteur tchèque Vlaada Chvatil qui commence à se bâtir une solide réputation dans le monde ludique en offrant systématiquement des jeux aux mécanismes originaux comme le très abouti Through the ages the boardgame, le trépidant Space Alert, le déjanté Bunny bunny moose moose ou l’excellent Dungeon Lords parmi ses plus connus.

Astronautes en goguette…


Galaxy trucker profite de la patte talentueuse de son géniteur qui adore surprendre les joueurs en délivrant un domino amélioré et ingénieux principalement destiné aux adultes. Enveloppée dans une thématique idoine, Galaxy trucker propose de construire son vaisseau et de partir aux confins de l’espace connu. L’assemblage de l’appareil procure un stress constant car tous les apprentis pilotes agissent simultanément. On surveille du coin de l’œil l’avancée des autres en espérant de leur part une progression mesurée. La panique s’installe quand un téméraire retourne inconsidérément le sablier, fixant une fin prochaine de l’étape de construction. On cherche alors frénétiquement dans les composants visibles (quand on rejette une pièce, celle-ci est reposée face visible sur la table) ou encore dissimulés les pièces adéquates afin d’optimiser son vaisseau. Un équilibre entre propulsion, armement, équipage, containers maximisent les chances de traverser efficacement les péripéties rencontrées lors des voyages intersidéraux. Evidemment, obtenir un vaisseau optimal demeure un challenge relevé et souvent des imperfections surviennent lors de la vérification collective du respect des consignes d’assemblage. Dès cet instant, on s’amuse de ces erreurs qui fragilisent son appareil et on s’interroge sur le devenir de celui-ci. Galaxy trucker intègre une famille atypique, celle où on ne se soucie guère de gagner tellement on s’amuse pendant l’heure que dure le jeu.

Les cellules d’énergie, mais non ce ne sont pas des Tic-Tac…


Les cartes Aventure apportent des instants privilégiés où chaque joueur rit des infortunes qui les attendent. La rencontre avec la carte Essaim de météorites (des météorites minuscules ou énormes risquent d’endommager votre vaisseau) s’installe comme un moment marquant où les rires et les lamentations alimentent une atmosphère chaleureuse emplie d’hilarité. La confrontation contre les pirates ou les contrebandiers qui pullulent dans les zones spatiales profitent de l’inventivité de l’auteur. Si un joueur se trouve en tête, il affronte les assauts dévastateurs, mais aussi lucratifs en cas de victoire, de ces corsaires de l’espace. Mais si le joueur est vaincu, les bandits se jettent sur la proie suivante tant qu’ils n’ont pas été battus. Si se situer en première position optimise les choix quand les cartes Aventure sont dévoilées, surtout si des planètes marchandes apparaissent, c’est aussi prendre des risques supplémentaires en cas de rencontres inamicales. Selon l’état de son vaisseau, on privilégie une position attentiste (se protéger en seconde ou troisième place) ou au contraire on recherche l’échange belliqueux dans le but immoral de s’enrichir conséquemment.

Voici un échantillon de ce qui attend les courageux convoyeurs de l’espace…


Comme souvent, un déséquilibre flagrant apparaît entre joueurs expérimentés et néophytes. Les habitués auront réussi à construire un superbe vaisseau tandis que les petits nouveaux bourlingueront dans l’espace avec une carcasse insignifiante et insuffisamment équipée. L’auteur conscient de cette lacune incorpore une variante pertinente, le jeu en équipe. On réunit le débutant avec le plus capé, les deux autres formant la seconde équipe. L’argent s’accumule ensemble mais surtout, les équipiers s’échangent leurs vaisseaux. Fous rires garantis.

Le défaut majeur de Galaxy trucker se situe dans la présentation du livret de règles. Celui-ci compacte et rédigé dans une police minuscule donne l’impression trompeuse que le jeu cible exclusivement un public averti. Pourtant, force est de constater qu’après une partie de découverte, le panel séduit par les mécanismes ingénieux et amusants de Galaxy trucker s’élargit considérablement.

Prêts pour l’aventure, alors signez…

La conclusion de

Galaxy trucker marque les esprits par des mécanismes astucieux qui insufflent une atmosphère débridée et déridée. On s’amuse à construire son vaisseau et à se lancer vers les colonies lointaines, subissant moult avaries imprévues amusant autant la victime que les autres pilotes en herbe. Loin d’être hasardeux, Galaxy trucker se domestique avec l’enchaînement des parties. Un néophyte ne possède aucune chance face à un joueur expérimenté. La possibilité de visionner les 3 / 4 des cartes Aventure, lors de l’assemblage de son engin, amenuise le facteur aléatoire sans toutefois enlever du « fun » au jeu. On notera que naturellement le plaisir de jouer s’essouffle avec une répétition des parties trop rapprochée. Galaxy trucker, un jeu convoyeur de bonne humeur !

Que faut-il en retenir ?

  • Vraiment amusant.
  • Assembler son vaisseau.
  • Les cartes Aventure.

Que faut-il oublier ?

  • Règles longues.
  • Durée de vie moyenne.

Acheter Galaxy Trucker en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Galaxy Trucker sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Galaxy Trucker

En savoir plus sur l'oeuvre Galaxy Trucker