75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Deepsix
Deepsix >

Critique du Roman : Deepsix

Avis critique rédigé par Manu B. le samedi 9 février 2008 à 1629

La catapulte spatiale

"1er octobre 2204
-Ils sont entrés par là. Sherry pointa du doigt. L'après midi était mortellement calme et silencieuse. Le soleil roulait dans un ciel sans nuages. Ce n'était pas, bien sûr, un soleil très brillant. Le poudreux Nuage de Quiveras, au sein duquel ce système stellaire avait dérivé pendant trois mille ans, le lui interdisait..."

Deepsix est une planète condamnée. En plein sur la trajectoire de Jerry (Jeremy Benchwater Morgan), une géante gazeuse traversant ce système, sa fin est programmée dans quelques semaines. Mais avant la fin du monde, une expédition a été organisée, un contingent de scientifique est venu aux environs pour étudier ce phénomène qui peut-être n'arrivera jamais devant des yeux humains. Hutch est de la partie, tout comme Nightingale -scientifique à la réputation sulfureuse- et MacAllister, un historien très célèbre. C'est en descendant sur la planète qu'ils découvrent un artefact extra-terrestre. Il ne leur reste que peu de temps pour faire quelques fouilles archéologiques et même tenter de découvrir si une forme de vie évoluée existe sur cette planète...
Jack McDevitt n'est connu en France que grâce à sa série des machines de dieu. Commencée en 1994 par le roman éponyme, ont suivi Deepsix en 2001, Chindi en 2002, Omega en 2003 et enfin Odyssey en 2006. Les quatre premiers romans ont été traduits et publiés par l'Atalante. Il est par ailleurs l'auteur de la série Alex Benedict et de six autres romans.
Si le roman les machines de Dieu se concentrait sur la découverte archéologique, on imaginait Deepsix parti sur la même idée, lorsque Hutch et son équipe descendent sur la planète Deepsix. Or, après quelques découvertes pas spécialement intéressantes (une sarbacane et un observatoire des étoiles) et un tremblement de terre, la tournure que prend l'aventure est d'une tout autre nature: les personnages étant coincés au sol sans module, il s'agit d'une mission de survie. Non seulement une mission de survie mais aussi une course contre la montre, car Jerry se rapproche inexorablement de Deepsix, provoquant des raz de marée, des tempêtes et des tremblements de terre -bref, tout ce qui est censé se passer lorsqu'une petite planète en rencontre une grosse- (Pour se faire une idée, on se souvient comment s'est désagrégée la comète Shoemaker-Levy 9 en approche de Jupiter). Et là vient l'idée la plus folle: la catapulte spatiale. Non pas que ce soit la plus folle des idées, mais c'est sa réalisation qui ne paraît pas réalisable.
Si l'auteur américain entretient le suspense avec talent, alternant vagues d'espoir pour le groupe de rescapés au sol, et obstacles insurmontables (on se demande vraiment s'ils vont réussir à s'en tirer, jusqu'au bout), il insiste un peu trop sur cette catapulte en prodiguant moult détails, réduisant amplement le plaisir de ce roman catastrophe SF. Du coup, on regrette que les mystères archéologiques de la planète soient trop légèrement effleurés. Il y avait matière à creuser un peu plus de ce côté-là.
Enfin, l'épilogue vaut son pesant de cacahuètes: c'est l'une des pires conclusions que j'ai lues.

La conclusion de

Suite des machines de dieu, Deepsix s'attache moins au mystère des ruines d'une civilisation disparue qu'au sauvetage des héros. Si sa lecture est très agréable, on en ressort quelque peu frustré.

Acheter Deepsix en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Deepsix sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+