75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Louisiana breakdown
Louisiana breakdown >

Critique du Roman : Louisiana breakdown

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 14 novembre 2007 à 1621

Louisiana breakdown

"Vous avez déjà entendu parler de cette petite ville qu'on appelle Graal, en Louisiane, un trou perdu quelque part sur la côte du Golfe du Mexique? Sa raffinerie de sucre fermée depuis des lustres? Ses eaux où la pêche intensive n'a guère laissé de poissons ?..."
Jack Mustaine est tombé au mauvais moment au mauvais endroit. En panne avec une voiture qui ne lui appartient pas, il est arrêté par un officier de police pointilleux et doit de ne pas se retrouver au poste que par l'intervention de Joe Dill, l'homme le plus influent de la ville de Graal. Il se retrouve vite au bar Bon Chance où l'atmosphère devient vite lourde de sous-entendus...
Après la parution du recueil de nouvelles, Aztechs, les éditions du Belial' parient une nouvelle fois sur l'auteur Lucius Shepard, qui a déjà écrit plus d'une quinzaine de romans et une grande quantité de nouvelles, qui lui ont valu d'être nominé (et de parfois gagner) pour de nombreux prix entre 1984 et 1995. Il semble se consacrer un peu plus à l'exercice du roman depuis, avec la parution, chez nous, de Louisiana breakdown.
A l'instar de Aztechs, l'univers de Louisiana breakdown ne se coule pas dans le moule habituel de la littérature de l'imaginaire. Certains auraient tendance à le classer dans la dark fantasy, mais c'est sans doute rogner l'étendue de cet univers atypique. Pour ceux qui ont lu un choeur d'enfants maudits de Piccirilli, ils retrouveront un peu de ce grain de folie qui règne dans le village de Graal. Mais en plus noir. Beaucoup plus noir, dans la mesure où Lucius Shepard décrit avec beaucoup moins d'humour les errances de Jack Mustaine dans les rues de la petite ville retirée. On a d'ailleurs l'impression de se retrouver dans une petite bulle au milieu de nulle part, dans un décor typique des meilleurs survivals du cinéma d'horreur. D'abord le sourire vient aux lèvres du lecteur lorsque Shepard prévient son lecteur dans une préface qui n'en est pas vraiment une. Et puis il s'éteint très vite, car le petit monde un peu dingue, où l'on croit que la consanguinité est une religion, est organisé, où chacun a sa place. On oscille rapidement entre le rêve, le cauchemar et la réalité, d'une manière très facile, d'autant plus que les personnages ne sont pas plus impressionnés par les évènements qu'ils le devraient. On comprend alors que Jack est tombé dans un piège.
A la manière d'un Stephen King des premiers temps, celui qui savait vraiment nous faire peur, de ces peurs ancestrales, Lucius Shepard revient aux bases avec un roman certes court, simple mais sacrément efficace, dont certaines images risquent de vous poursuivre quelques temps.

La conclusion de

Louisiana breakdown est au final une bonne surprise, Lucius Shepard confirme le bien qu'on pensait de lui.

Acheter Louisiana breakdown en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Louisiana breakdown sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+