75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Entrefer
Entrefer >

Critique du Roman : Entrefer

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 8 novembre 2006 à 0948

The bridge

"Coincé. Ecrasé. Le poids vient de partout, empêtré dans l'épave (on ne dit plus qu'un avec la machine). Pas d'incendie SVP, pas d'incendie. Merde. Ça fait mal. Saleté de pont sanguinaire; et c'est ma faute (oui, rouge sang, le pont, la couleur est exacte; vise le pont, vise le type qui conduit la bagnole, vise le type qui voit pas l'autre bagnole, vise le grand CRASH, vise le type aux os brisés qui saigne; le sang couleur du pont. Eh oui, c'est ma faute. Quel idiot!)..."
Sur un pont, amnésique, et consultant le Docteur Joyce. Voilà tout ce que vous savez. Et ce pont aux personnages fantasques, aux imbrications étriquées, à la structure étrangement agencée est votre lieu de résidence, votre seul univers. Mais qu'y a-t-il au delà du pont, au nord et au sud ? Quelle est la raison d'un tel pont dont on ne distingue pas les extrémités ?
Nul ne le sait...
Entrefer est un roman inracontable. Inégalable. Unique.
Toujours est-il que Iain Banks ne cesse de brouiller les pistes avec ce personnage bloqué sur ce pont qu'aucun être ne peut quitter. Il mélange allègrement les genres en racontant également les aventures d'un chevalier illettré, digne du Gros Bill de nos jeux de rôle avec sa dague magique +50 (toute ressemblance avec des personnages ayant existé est purement fortuite...) qui progresse dans son apprentissage, en apprenant à lire - cette partie est à mourir de rire-. De même les digressions sont nombreuses, de telle façon que l'auteur nous perd dans les méandres de ce méli-mélo d'organisation hiérarchisée bordélique (si, si !) où, si l'on n'est pas le malade privilégié du grand docteur Joyce, on ne devient plus rien en une journée.
Puis, au fur et à mesure du roman, le ton change, les temps changent, l'humour caustique fait place à une certaine mélancolie, et il faut être de marbre pour ne pas être touché par cette fin superbe.
Vous voulez connaître une autre des facettes de Ian Banks qui prouve que cet auteur a du génie ? Vous voulez être surpris ? Entrefer est pour vous: un roman inracontable (je l'ai déjà dit ?), unique et merveilleux. C'est un roman qu'on ne lit pas, on le dévore, tant il étonne, tant il amuse, tant il attendrit.

La conclusion de

Voilà un roman aussi étrange que fascinant, un voyage onirique sur le pont abritant des personnages étranges, tout droits sortis de la tête de cet auteur: Iain Banks (sans "M." SVP). Bourré d'humour, c'est un des plus brillants romans de l'écossais.

Acheter Entrefer en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Entrefer sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+