75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Extrêmes
Les Extrêmes >

Critique du Roman : Les Extrêmes

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 15 octobre 2006 à 0933

Jeux de réalités

"Elle s'appelle Teresa Ann Gravatt, elle a sept ans et elle a dans sa chambre un miroir qui donne sur un autre univers..."
Les "extrêmes", appelés aussi ExEx sont des nouveaux univers virtuels dans lesquels on peut revivre les faits et gestes d'une personne réelle. Ainsi, toutes les sensations sont retransmises, jusqu'aux sentiments exprimés. Mais comme toujours, ce sont les sensations les plus fortes que l'on recherche et ces ExEx sont généralement des simulations de meurtres, d'actions très dangereuses. Teresa, agent du FBI est une des ces spécialistes de ces "extrêmes". Son mari, agent lui aussi, est mort dans une intervention qui a mal tourné. C'est donc dans cette petite ville du sud de l'Angleterre qu'elle prend congé, où un massacre a eu lieu le même jour que la mort de son mari...
On ne présente plus Christopher Priest. Le monde inverti l'a d'ailleurs introduit dans le panthéon des grands auteurs anglais, à suivre encore et encore. Sa "patte" est, à dire vrai, celle des univers à différent niveaux de compréhension. Pour être clair, tout est question de point de vue. On l'avait lu dans le monde inverti, il excelle à semer le lecteur dans la réalité. Même chose avec futur intérieur où l'imbrication des réalités peut avoir déstabilisé le lecteur. Bon, peut-être pas brio pour cette oeuvre de "jeunesse", mais que j'avais trouvée réussie, tant la description de ses personnages était pertinente. Il nous refait le coup avec les extrêmes, mais en beaucoup plus abouti.
Il choisi encore de nous faire vivre les jours de la vie de Teresa après le malheur qui la frappe: la mort de son mari dans un drame dans une opération de police. Or, le hasard la mène jusqu'à cette petite ville d'Angleterre où un autre drame autrement plus tragique s'est déroulé. Les deux événements vont finalement fusionner dans l'esprit de Teresa, à mesure que son immersion dans la ville de Bulverton va être profonde.
L'anglais sait y faire bien que, au bout du compte, il y ait peu d'action réelle dans ce roman. C'est bien plus un roman introspectif, avec de nombreuses descriptions de cette ville d'Angleterre -que l'auteur aime, on le sent- au travers des pensées de cette femme traumatisée. Le personnage est au final excellemment cerné, on ressent Teresa, on souffre Teresa, on vit Teresa. Les extrêmes est donc un excellent exercice de Christopher Priest qui, décidément, avec une belle plume, nous écrit un personnage attachant et torturé. Malgré le traumatisme de Belverton, on ne ressent pas du tout une atmosphère tendue, maussade et triste, bien au contraire, il émane un certain calme. Etonnant, d'ailleurs, ce roman est reposant. Alors était-ce le but de ce roman ? Non, bien entendu, non. Car le fond est autrement intéressant: la réalité virtuelle et ses implications sur l'homme, sa vie, ses souvenirs, son futur sont au coeur du roman. Il serait dès lors dommage d'en dévoiler plus mais le dénouement vous désarçonnera, sans aucun doute.

La conclusion de

Voilà un roman sur les différents niveaux de réalités. Christopher Priest étonne, perd le lecteur dans ses univers si atypiques. Les extrêmes est un très beau roman lent, introspectif, grave, sur une femme en proie à ses démons intérieurs fuyant la réalité en en intégrant d'autres. Teresa est un magnifique personnage. A lire, à savourer.

Acheter Les Extrêmes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Extrêmes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+