75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : L'univers en folie [1953], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mardi 24 janvier 2006 à 06h31

Un univers en folie ?

« Le premier lancement de fusée vers la lune eut lieu en 1954 et se solda par un échec. Sans doute à cause d’un défaut de conception, la fusée retomba sur la Terre, tuant une douzaine de personnes. Afin de rendre possible l’observation de son arrivée sur la Lune, depuis la surface de la Terre, la fusée était munie, non pas d’une charge explosive mais d’un accumulateur Burton capable de fonctionner tout au long du voyage à travers l’espace, et d’y accumuler un formidable potentiel électrique qui, au contact du sol lunaire, devait se décharger en produisant un éclair plusieurs milliers de fois plus brillant que celui de la foudre, d’une force destructrice plusieurs milliers de fois supérieure… »
Keith Winston est journaliste dans l’un des magasines de science fiction : aventures extraordinaires. Ce n’est pas qu’il ne se plaise pas à son poste où ils reçoit des lettres de fans et détracteurs quant à la qualité de ce journal, mais tout pourrait être mieux pour cet écrivain raté. D’autant plus qu’il vient de tomber amoureux de la rédactrice du journal Harmonie parfaite, que détient le magnat de la presse Borden, en plus d’aventures extraordinaires. Ce dernier a invité Winton pour la soirée. Le même soir, la première fusée doit décoller pour la Lune. Cet engin n’arrivera pas à bon port, mais plutôt sur la maison de Borden. C’est l’explosion. Winton se retrouve allongé et décide de repartir vers son domicile, du moins dans ce qui semble être son monde…
Un livre à part. L'univers en folie est un roman qui a fait un tabac à la fin des années 40, en plein dans l'âge d'or de la SF, parodiant les space operas de mauvaise facture, les pulps, qui pullulaient à cette époque-là. Il fait partie des précurseurs de la speculative fiction. Outre ce roman, Fredric Brown a aussi marqué les esprits avec son roman Martians go home ! mettant en scène les petits hommes verts des cauchemars de certaines personne depuis une certaine émission de radio... Ces petits hommes étant tellement horripilants à vous appeler sans cesse "Toto".
Un humour à part. Le problème pour moi a été de lire le guide galactique et starship Titanic de Douglas Adams avant de m'attaquer à la lecture de l'univers en folie. Grâve erreur car autant la saga du guide galactique m'a parfois procuré de bons éclats de rire, autant le roman de F. Brown ne m'a pas amusé autant. Pourtant tous les ingrédients sont là: situations absurdes, parodies humoristiques voire caustiques des plus grands space opera (imaginez de voler sur une machine à écrire) mais la mayonnaise n'a pas pris. Une déception pour ma part.

La conclusion de à propos du Roman : L'univers en folie [1953]

Manu B.
60

Outre le fait que ce roman fait figure de référence dans la littérature SF humoristique, je n'ai pas eu de jubilation à lire ce roman, l'humour ne me convenant pas. Amateurs de Douglas Adams et de son guide galactique, abstenez vous !

Acheter le Roman L'univers en folie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'univers en folie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+