75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Entretien avec... Hervé Bourgade

Publié il y a 6 ans par Vincent L.

Il nous parle du jeu de rôle vainqueur de la sélection 2009 de la Boite à Polpette...

A l'occasion d'une interview parue sur SFU le 10 janvier dernier, Guillaume Herlin, le président de la Boite à Polpette, nous avait parlé du jeu de rôle vainqueur de la sélection 2009. Il s'agit de Ynn Pryddein, un jeu médiéval-fantastique signé Hervé Bourgade. Celui-ci à gentiment accepté de répondre à quelques questions pour nous présenter cette future parution à sortir courrant 2010.

Vincent L. : Pourriez vous, pour commencer, vous présenter et nous dire quel a été votre rôle sur Ynn Pryddein ?

Hervé Bourgade : Hervé Bourgade, 34 ans, heureux Haut Savoyard depuis peu (et accro à sa nouvelle région), passionné par divers sujets allant de la mythologie aux chats, en passant par l'archéologie, la fantasy, l'histoire... Protestant et fier de l'être, amateur des plaisirs de la table, rôliste depuis plus de vingt ans adorant tester de nouveaux jeux, marié depuis plus de sept ans à une femme (très) compréhensive qui a succombé au virus du jeu de rôle et à mon charme à peu près en même temps, et quoi d'autre ? Ah oui accro au net et hantant divers forums et liste de discussions sous le pseudo "Cuchulain". Quant à mon rôle : je suis l'auteur d'Ynn Pryddein, j'ai le plaisir de créer et développer le jeu depuis 2002 environ, que ce soit au niveau du background ou au niveau des règles.



Vincent L. : Pouvez-vous nous présenter l'univers du jeu ?

Hervé Bourgade : Ynn Pryddein est un jeu fantasy, fortement inspiré par l'histoire et la mythologie, celtique principalement mais aussi scandinave et germanique. Ynn Pryddein signifie : "Terre des Forts", c'est le nom d'un conglomérat de sept royaumes réunis sous l'autorité d'un seul roi que l'on nomme le Aird Righ (ou Haut Roi). Ces sept royaumes sont un mélange entre les données historiques et mythologiques sur les celtes venus d'Irlande ou de Grande Bretagne (au sens large : Pays de Galles, Ecosse, les Orcades, etc.). Ynn Pryddein n'est pas un royaume isolé mais prend place dans l'Oekumen, un terme général qui désigne le monde connu. Ce reste du monde est inspiré par l'histoire et la géographie de l'Europe et du Proche Orient pendant le Haut Moyen Age en général, et plus particulièrement la période carolingienne. Le but d'Ynn Pryddein est de permettre aux joueurs de vivre des aventures digne de légendes comme Les Chevaliers de la Table Ronde, les paladins de Charlemagne, Beowulf, etc. Le jeu est ainsi fortement inspiré par la mythologie.



Vincent L. : Comment vous est venue l'idée de Ynn Pryddein ?

Hervé Bourgade : Le jeu est né d'une frustration en fait... Un ami m'a proposé durant l'été 2002 de faire du D&D 3 dans un univers celto-nordique dont il avait tracé les grandes lignes : Yggdrasil. Nous commençâmes la campagne et j'appréciai beaucoup son idée de revenir aux sources de la fantasy. Malheureusement (ou heureusement finalement), la campagne stoppa au bout de quelques séances car le MJ et créateur voulait se concentrer sur autre chose (un JDRA sur La Terre du Milieu dans mes souvenirs). Devant ma frustration, il m'a refilé le bébé comme on dit (environ cinq six pages A4 avec présentation rapide de l'univers, modif de règles pour D&D 3 et notes de campagne), avec totale liberté pour en faire ce que je voulais, ce n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd ! J'ai coupé certaines choses dans le background original (disponible via mon blog pour les curieux), puis développé Yggdrasil durant sept ans, avec au début, comme sous titre : "le retour aux sources". Mon idée était justement de revenir aux sources de la fantasy et d'être original en revenant à ce qui avait inspiré des auteurs comme J.R.R. Tolkien, Lord Dunsany ou Robert E. Howard : c'est à dire la mythologie, les légendes de notre bonne vieille terre... Par ailleurs, étant rôliste depuis un bout de temps et ayant testé pas mal d'univers, j'étais un peu lassé des éternels poncifs de la fantasy : "elfes en vert avec des arcs dans la forêt" ; "nains avec des haches et des casques à corne dans les montagnes" ; "hobbit/halfeling/halfelin/semi hommes cleptomanes qui passent leur journée à s'empiffrer" : "orcs verts/bruns/noirs que personne n'aiment" : "les elfes n'aiment pas les nains et c'est réciproque". J'en passe et des meilleurs. Le donjon de Naheulbeuk a souligné ce genre de répétitions avec beaucoup de talent (et certains films de fantasy l'ont fait involontairement).

Donc pour mon univers je voulais montrer les créatures fantastiques telles qu'elles sont décrites dans les contes et légendes : mystérieuses, dotées de pouvoirs uniques et dont les apparitions provoquent l'étonnement, la peur ou la fascination chez les humains. Si c'était pour avoir des "elfes ratiers" et des "nains druides" dont la vue ne provoque pas plus de réactions aux humains que vous et moi en voyant passer le facteur, pas la peine de faire un nouveau jeu. Je voulais aussi faire découvrir aux rôlistes la mythologie et la civilisation celtique qui sont très mal connues et très peu exploitées en jeu de rôle (ou alors dont le nom est utilisé pour tout autre chose, c'est le cas du Druide ou du Barde dans D&D par exemple). Tout ceci m'a poussé à me documenter et à dévorer les livres d'auteurs comme Gyonvarc'h afin de proposer une vision très proche de l'histoire tout en ayant la volonté de simplifier ou d'arranger les choses afin que ça reste jouable.

Un troisième point qui m'a titillé, c'était de faire jouer dans le Haut Moyen Age, période mal connue et peu exploitée en jeu de rôle (à part le grand ancien "Avant Charlemagne"), là aussi je me suis plongé dans divers ouvrages savants sur la période. Au fur et à mesure de mes lectures (historiques, légendaires mais aussi certains ouvrages de fantasy voire de Sword and Sorcery) et de mes moments d'inspiration, j'ai rédigé certaines parties du background par petit morceaux et les ait mis à disposition sur le net via La Cour d'Oberon à partir de 2003 (j'en profite pour remercier encore une fois la Webmastrice Hikaki et les forumistes qui m'ont toujours encouragés et soutenus), j'avais aussi des retours de temps en temps par de gens ayant cherché Yggdrasil sur Google et étant arrivé sur le site... Enfin, c'est en apprenant que le 7e cercle allait sortir un jeu sur la mythologie Scandinave nommé Yggdrasill (avec deux "l"), car ils n'étaient, semble-t-il, pas au courant qu'un JDRA du même nom existait, que j'ai décidé de renommer le jeu Ynn Pryddein. C'est une déformation d'Ynis Prydein "L'Ile des Forts", l'ancien nom de la Grande Bretagne. J'ai aussi décidé de concentrer le background sur Pryddein de manière quasi exclusive. Yggdrasil était mort : Ynn Pryddein était né, c'était aussi pour moi une manière de me détacher complètement de l'univers D&D de départ.



Vincent L. : Le jeu fonctionne avec quel type de système ?

Hervé Bourgade : Au départ j'avais pensé utiliser le système D20 avec quelques modifications, puis peu à peu, l'idée d'un système dédié a commencé à se mettre en place. Au début c'était une belle mécanique avec une liste de caractéristiques et compétences longues comme le bras : quelque chose de complexe et "réaliste". Puis un jour après avoir peiné sur des fiches de perso GURPS à faire des calculs savants pendant une heure, j'ai eu un ras le bol des systèmes complexes ! Inspiré par Barbarians of Lemuria mais aussi par les jeux "amateurs" d'Olivier Legrand (qui sont à chaque fois des réussites : je suis fan !) ou encore par le jeu de rôles Conspirations (jeu de rôle fétiche d'un de mes meilleurs amis), j'ai tenté un système qu'on pourrait qualifier de "narrativiste" (ou de simple). Les personnages sont définis par des caractéristiques de type Force, Endurance, Dextérité (j'ai fait dans le classique pour ne pas réinventer la roue) notées sur 10 et par des vocations (Barde, Druide, Guerrier, Artisan, Marin, Erudit, Traqueur/Forestier, Prêtre, Thaumaturge - magicien etc. ) notées sur 20. A la création, on choisit trois vocations qui déterminent le passé et le savoir faire global du personnage. Pour toute action dont le résultat est incertain : le joueur lance 3d10 et doit faire en dessous du total de la caractéristique et de la vocation la plus appropriée à la situation. S'il fait en dessous c'est réussi, si c'est au dessus, l'action est ratée. A cela on rajoute des niveaux de réussite et d'échec selon que les dés affichent deux ou trois résultats identiques ou des résultat particuliers (exemple : le résultat 3-3-3 est toujours une réussite et le 10-10-10 toujours un échec). En cas de circonstance favorable ou défavorable, le joueur lancera un ou plusieurs dés supplémentaires dont les résultats seront pris en compte s'ils peuvent conduire à la réussite ou à l'échec du jet (ou à former un résultat spécial). On complète la création du personnage par des aptitudes de combat indépendantes de la Vocation, des points bonus qui permettent de changer le résultat des dés, et quelques avantages/inconvénients. Les règles proposeront plusieurs niveaux de jeux : normal, héroïque et mythologique (où les caractéristiques pourront aller au delà de la limite de 10 par ex.). Le but est de passer un minimum de temps sur la création de perso pour se lancer plus rapidement à l'aventure.



Vincent L. : Est-il prévu qu'il y ai des suppléments - papiers ou informatique - ou est-ce un jeu one-shot ?

Hervé Bourgade : Si le jeu est un succès (ce qui bien entendu me ferait très plaisir), peut être que la BAP sera intéressée par des suppléments. Pour ma part, j'ai conçu Ynn Pryddein comme décrivant un pays avec une longue histoire et ayant eu des relations paisibles ou belliqueuses avec d'autres contrées qui ont forcément eu une influence sur le pays et ses habitants. Aussi avais-je prévu au départ de décrire en détail chaque pays présent sur la carte du monde connu. J'ai recentré sur Pryddein pour des raisons pratiques, et aussi car le but principal du jeu est de décrire un royaume celtique. Mais je me suis abondamment documenté sur l'Europe Carolingienne, sur les pays scandinaves, sur les saxons et sur les pays du Proche Orient avant l'Islam. J'ai donc de la matière pour décrire le reste de l'Oekumen (le monde connu), mais aussi le passé d'Ynn Pryddein puisque le jeu prend place dans une ambiance sociale et technologique semblable au 7-8e siècle de notre ère. De plus, si l'histoire de l'Oekumen est tracé à grands traits (afin que le lecteur ait une sensation d'ancienneté et de cohérence à la lecture et pas l'impression d'un énième monde med-fan figé dans un 13e-14e siècle depuis 2000 ans), il reste des choses à développer ! L'Empire de Taenare par exemple : mélange entre Rome et la Grèce antique avec des bouts de Carthage et d'Empire Perse pour "lier la sauce" est souvent évoqué dans le background, mais peu décrit pour des raisons de place. J'aimerais le décrire plus en profondeur. Donc en résumé : j'ai beaucoup de matière et une grande envie de compléter mon univers, si ce n'est pas possible pour des raisons économiques de le faire sur papier, je mettrais ça à disposition sur le net.

 


Vincent L. : Ynn Pryddein vient de remporter la Sélection 2009 de La Boite à Polpette ; comment cela s'est-il fait ?

Hervé Bourgade : Eh bien j'avais des informations compromettantes sur chacun des membres du jury de la BAP (on trouve tout sur le net !) donc il a suffit de quelques lettres anonymes et... Non sérieusement, comme je l'ai dit plus haut, je suis (un peu) accro à internet et j'ai lu quelque part (sur le GROG ou sur le forum Casus NO je ne sais plus) que la BAP lançait sa sélection 2009. J'avais pu apprécier leur travail sur Némédia, que j'avais acheté, et sur Etherne, dont on m'avait dit le plus grand bien, j'étais donc très motivé pour faire éditer Ynn Pryddein par l'association. C'était aussi pour moi l'occasion de présenter mon travail à d'autres regard que celui des divers forums ou j'avais présenté mon jeu. J'ai donc présenté un premier dossier de candidature : ce fut un vrai défi ! Sur deux pages résumer soixante pages de background et de règles ça n'a pas été simple... Heureusement, j'avais déjà résumé une partie de l'univers de jeu afin de faire une présentation synthétique à mes joueurs d'Ynn Pryddein (j'ai une partie via forum sur le forum de la Cour d'Oberon) donc je n'ai eu qu'a la retravailler pour que ça respecte le cadre demandé par la BAP. Il a fallu ensuite résumer les règles et expliquer au jury quels étaient mes besoins, en quoi la BAP pouvait m'aider (des illustrations et de la mise en page principalement). Cette première étape passée, j'ai attendu avec une certaine impatience les résultats du premier tour (ils ont eu une semaine de retard) et ait appris avec plaisir que j'étais sélectionné pour le deuxième tour avec cinq autres finalistes (sur quinze ou seize participants initiaux si mes souvenirs sont bons).

Deuxième étape : un dossier avec cinq pages de background, cinq pages de règles, cinq pages de scénario (y compris des personnages prêt à jouer et les caractéristiques des personnages non joueurs) et une page libre... Je me suis lancé et ait écrit Le chant de Pryddein, une tentative pour résumer l'histoire et la géographie de Pryddein sous la forme d'un chant au style pseudo-ancien (je venais de terminer deux livres : La razzia des Vaches de Cooley qui retranscrit des légendes irlandaises de l'antiquité dans un style très proche du texte gaélique et la traduction de Beowulf"aux lettres gothiques qui la aussi conserve la saveur du texte ancien, et j'étais en plein dans l'excellent cycle de Stephen R. Lawhead Le Chant d'Albion ; tout ça m'a beaucoup aidé), puis j'ai repris un de mes scénario initialement écrit pour jouer dans La Terre du Milieu et l'ai adapté pour Ynn Pryddein. J'ai résumé les règles au maximum (ça a été une des taches les plus dures) et pour la dernière page libre ait utilisé la magnifique carte de l'Oekumen que m'avait fait Bastien "Acritarche" Wauthoz et qu'il avait retravaillé spécialement pour le concours. Comme il restait de la place : j'ai fini de bourrer mon document avec un peu de background sur l'empire de Carolus (équivalent de l'Empire Carolingien) et les "Bjorningas" (équivalent des saxons).

Je ne sais pas ce qu'on fait mes concurrents mais, pour ma part, j'ai honteusement abusé de mes proches pour la relecture ! Mes deux dossiers ont été relus par mon grand frère (pinailleur et coupeur de cheveux en quatre devant l'éternel), l'inestimable François Xavier "Xaramis" Cuende dont l'œil (digne d'Ogma) acéré a traqué mes fautes qu'elles soient d'orthographe, de grammaire ou de ponctuation (et Dieu sait qu'il y en avait...) et mon épouse, fille d'institutrice dont la rigueur orthographique et grammaticale n'a d'égal que son dévouement à mon égard, et qui a passé quatre heures à relire mon deuxième dossier ! Je ne savais pas si ça allait plaire, mais en tout cas, j'étais sûr de présenter un texte écrit dans un français correct. En résumé merci la famille et des gens ne m'ayant vu qu'une fois ou deux IRL mais dont nos discussions passionnés sur le forum de la Cour d'Oberon (non je n'ai pas d'actions dans le site !) ont tissé des liens.

Début octobre : j'ai attendu le résultat avec un calme relatif (pour ne pas dire dans les transes) et j'ai provoqué un arrêt cardiaque chez ma femme et la fuite de notre chat terrorisé, quand j'ai laissé exploser ma joie au vu des résultats.

 

Vincent L. : Quel regard portez-vous sur le jeu de rôle en France actuellement, à la fois comme hobby, mais également comme activité commerciale ?

Hervé Bourgade : Vaste et complexe question ! Ai-je le droit de demander l'avis du public ? Ou d'appeler un ami ? Sérieusement : je ne suis pas un professionnel et je vais donc vous donner le point de vue d'un rôliste moyen. En tant que hobby, après les années noires de cette chère Mireille et de son émission tristement célèbre, j'ai l'impression que nous sommes mieux accepté qu'avant. Il fut un temps ou quand on disait qu'on faisait du jdr, on nous regardait au pire comme sataniste, et au mieux comme attardé ! Maintenant la fantasy et la SF font recette au cinéma comme au jeu vidéo et l'explosion des MMORPG a rendu plus populaire le fait même de "jouer". Jouer n'est plus considéré comme une perte de temps (ou du moins ce n'est plus honteux). Après le slogan "Girl Power" des années 90, on pourrait presque parler du "Geek power" (bien que derrière le mot "Geek" on mette un peu tout et n'importe quoi...). Internet a changé beaucoup de chose également, n'importe qui peut exposer son travail sur le net et recueillir des avis, critiques et de l'aide... On trouve beaucoup de très bon jeux de rôles disponibles gratuitement sur le net et il est parfois ardu de distinguer autrement que par la commercialisation un jdr amateur d'un jdr pro. Internet est une mine d'or quand on se donne la peine de chercher ! Scénarios, aides de jeux, document annexes... Joueurs aussi ! J'ai changé de région l'année dernière et la totalité des personnes avec qui je joue actuellement en Haute Savoie/Suisse sont des rôlistes rencontrés via le net. D'aucuns répètent à l'envie que le jeu de rôles est mort ! Pour ma part, à titre de hobby : je le trouve bien vivant.

Comme activité commerciale... Ma foi, quand je suis en boutique, je vois beaucoup de jeux sortis depuis ma dernière visite. Je suppose que les éditeurs ne sortiraient pas de jeux si c'était pour vendre à perte ! Une tendance qui semble se dessiner depuis plusieurs années est la sortie de jeux dit "apéritif" ou "tout en un", des jeux rapides à mettre en place et dont un scénario tiendra sur une séance... Je suis pour ma part client de ces jeux pratiques à caser entre deux séances plus longues et rapides à lire. Les "grands" éditeurs quand j'étais plus jeune c'était Descartes ou Asmodée, maintenant remplacés par Black Book ou le 7e cercle qui sortent des jeux de grande qualité. Une autre tendance c'est la sortie de jeux historiques : Pavillon Noir, Qin, Te Deum pour un massacre (dont j'attends la 2e édition avec impatience), Yggdrasill... Et pour un passionné d'histoire comme moi c'est une bénédiction. Quoi d'autre ? La qualité des livres s'est améliorée. Quand on revoit certaines mise en page des années 80 on a les yeux qui saignent ! Beaucoup de très beaux livres, avec papier glacé, quadrichromie et couverture dure. Enfin, encore une fois : internet a changé beaucoup de choses je trouve. Avant quand vous aviez une question sur un point de background ou de règles : la solution était le plus souvent de bricoler un truc dans son coin... Maintenant en deux-trois clics vous pouvez échanger avec l'éditeur et/ou l'équipe du jeu pour poser des questions, faire des suggestions, voire dans certain cas vous disputer avec eux comme des chiffonniers (ah la susceptibilité du créateur face à son œuvre !). Conclusion : le jeu de rôle n'est pas mort car il bouge encore !



Vincent L. : Pour terminer, je vous laisse carte blanche pour vous exprimer sur ce que vous voulez... à vous !

Hervé Bourgade : Eh bien j'espère que la lecture de mon jeu poussera les rôlistes à se plonger plus avant dans l'histoire du Haut Moyen Age, la culture et la mythologie celtique. Des conseils de lecture sont déjà présents sur mon blog et sur le sous forum consacré à Ynn Pryddein sur le forum de la cour d'Obéron. J'anime une partie d'Ynn Pryddein sur le forum de la cour d'Obéron (à cette adresse). Cela me permet de tester la campagne qui sera présente dans le livre de base (donc si des curieux veulent voir ce que ça donne une campagne Ynn Pryddein, ils peuvent s'atteler à la lecture). J'en profite pour remercier mes joueurs virtuels et IRL qui par leurs suggestions, leurs questions et tout simplement leurs réactions m'ont souvent donné un coup de pouce pour enrichir l'univers ou la campagne. Je lance aussi un appel à ceux qui savent manier le crayon, si Ynn Pryddein vous inspire, on cherche toujours quelques illustrateurs... J'espère enfin que la lecture de cet interview aura donné envie aux lecteurs d'acheter le jeu. Je termine en rappelant l'adresse de la BAP : http://labap.free.fr et en disant qu'un kit de démonstration du jeu avec un résumé du background, des règles et un scénario jouable est prévu afin de donner un avant goût d'Ynn Pryddein. Il sera disponible... un peu avant la sortie du jeu.

 

Vincent L : Merci beaucoup.

 

Pour en savoir plus :

Le blog de l'auteur

Le site de la Boite à Polpette

La fiche SFU de la Boite à Polpette

La fiche SFU de Ynn Pryddein

Suis nous sur facebook !

Fiches de l'encyclopédie de l'imaginaire en rapport avec l'article

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »