75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Philip Kindred Dick - Auteur

Philip Kindred Dick
 
  • Date de naissance : le 16/12/1928
  • Lieu de naissance : Chicago, Etats-Unis d'Amérique
  • Date de décès : 02/03/1982
  • Age : 54 ans (décédé)
  • Sexe : Homme
  • Implication : 59 rôles dans l'imaginaire

Philip Kindred Dick est connu pour...

Acheter des produits autour de Philip Kindred Dick

Les rôles de Philip Kindred Dick dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de Philip Kindred Dick

Philip K. Dick est né le 16 décembre 1928 à Chicago au 7812 Emerald Avenue dans la maison de ses parents. Ceux-ci se nomment Edgard Dick et Dorothy Grant Kindred (d'ou le K. qui est son second prénom). Dick nait accompagné d'une soeur jumelle, Jane Kindred Dick. Mais Jane ne survivra pas longtemps. Les bébés, gradés chez leur parents, ne suportaient pas le lait maternel. De plus, leur mère les a laissés mourir de faim pendant deux semaines pour ne les envoyer à l'hopital qu'au dernier moment. Seul Philip survivra.
Toute sa vie, Dick porte les traces de ce drame. Jane vit toujours à travers l'oeuvre de son frère. C'est elle qi fournit le thème de "Père truqué" en 1954. Elle apparaît encore dans "Docteur Bloodmoney" en 1965 sous le role d'Edie Keller, la fille qui porte en elle un jumeau à qui elle raconte tout. C'est toujours elle qui orginise le scénario de "Ubik" en 1969.
Dick aura bien d'autres sources d'inspirations toujours d'après son enfance. Ses parents son tous deux fonctionnaires fédéraux. Son père s'occupe du secour aux paysans frappés par la crise de 1929 et sa mère devait censurer les textes officiels des porte-paroles du gouvernement.
Son enfance est constituée de multiples déménagements au gré des nominations parentales. Chicago, Washington puis Berkeley et la Californie qui sera présente dans un grand nombre de romans. A l'age de quatre ans, ses parents divorsent.Philip reste avec sa mère et ne revera son père que très rarement jusqu'à la rupture entre les deux hommes en 1945, Joseph ne pardonne pas à son fils de désaprouver Hiroshima. Philip aura pour image de son père celle d'un homme autoritaire et terrifiant qui avait fait la guerre de 1914 en engagé volontaire et qui aimait à se parer d'un masque à gaz pour faire peur à son fils.
Sa mère évitera de se remarier avant la majorité de son fils. Malgré une partie de vie commune, Philp dira d'elle qu'elle était encore pire que son père dont il venait de déclarer que ce dernier était un adminsitrateur des nazis qui aurait aimé voir exterminer tous les juifs, japonais... Sa mère n'était, pour lui, qu'une créature froide, cruelle, hypocondriaque et incapable de trouver d'autres occupations que l'argent.

En 1943, c'est la rupture entre lui, sa famille et l'idéologie américaine. Lors d'une projection au cinéma des images de la prise par les américains d'une île du Pacidfique contre le japonais, on apperçoit un nippon brûler vif. La foule exulte, Dick est écoeuré. A partir de cet instant, sa famille et ses amis deviennent des étrangés. Cette même année, il choisi l'allemend comme langue vivante au Lycée. C'est peyt être la première apparition chez Dick de cette sympathie pour les japonais et même les racines de cette fascination étrange qu'il aura pour le nazisme.
Dick commence à s'intéresser au socialisme. Il débute des études de philosophie à Berkeley. Mais il est difficile en pleine guerre froide d'avoir les mêmes opinions politiques que les siennes, il se fait donc renvoyer pour "communisme". Il semble s'engager dans une carrière liée à la musique qu'il adore : respnsable du rayon "classique" d'un magasin et programmateur de "grande musique" à une station de San Mateo. C'est là qu'il rencontre sa première femme.

C'est en 1952 que Dick commence à vendre des récits de science fiction. Il avait découvert la SF par hasard "un jour où, très jeune, je farfouillais dans un présentoir de magasines d'un drugstore, je tombais sur un titre en dessous des bandes dessinées : Stirring Science Stories. Le confondant plus ou moins avec Popular Science, je l'achetai et rentrai chez moi en le lisant. C'était une découverte extraordinaire : l'exploration du microsome, l'humanité aux dimensions de l'univers, le voyage dans le temps. Pas de limites. Notre environnement social était transcendé. La science fiction était faustienne ; elle emmenait l'homme au-delà de lui même." Il désire "conduire le genre vers plus de conscience sociale et de responsabilité" et ne cessera pas, jusqu'en 1962, d'écrire des romans de littérature générale qu'il ne parviendra pas à placer. En plus, sa femme est un membre important du parti radical américain. Dick racontera que le F.B.I rentra bientôt en contact avec lui pour lui demander de surveiller sa femme. Il y avait des menaces en cas de refus. C'est ainsi que pendant un an et demi il reçut des visites d'agents fédéraux. Philip K. Dick restait intéressé par l'évolution politique de son pays.
Pour pouvoir vivre de sa plume, Dick doit multiplier les récits mal payés et donc ne pas penser à la qualité de l'écriture. Il espère un éclatement de la SF sur les marchés rémunérateurs. 1957, le premier satélite... et le marché s'effondre au lieu de prendre son envol. Les magasines meurent et les tarifs stagnent. Il ne reste que les grandes revues: Fantasy and Science-fiction, Astounding/Analog.

Dick essaie alors de se reconvertir dans le roman. Mais cela ne se vend pas plus que la SF et les problèmes de couple arrivent. Plus tard, il dira de sa femme : "C'était une psychotique meurtrière. Elle me faisait peur, deux fois elle a tenté de me tuer." Quand à son premier enfant : "Presque aussi fole que sa mère." Pär la fréquentation de la maladie mental, l'oeuvre de Dick dérive de la politique vers le psychisme. A cette époque, Mme Dick s'enfuie en emportant leur fille. Seul, K. Dick sombre dans sa première grave dépression et arrète d'écrire.

Mais en 1962, Dick revient, plus adulte, et fait paraître "Le Maître du Haut-Chateau" qui a un succès immédiat aux USA et remporte le Hugo du meilleur roman en 1963. Dick semble atteindre enfin la célébrité. Mais l'écrivain restera incompris du public américain. Les américains recevront comme une giffles les oeuvres suivantes. Entre 1963 et 1964, Dick écrit "Nous les martiens", "Simulacres", "Les Clans de la lune Alphane" et, surtout, "le Dieu venu du centaure". Il nous offre le fond de son psychisme, ce lieu où chacun garde l'agressivité, la peur d'être contrôlé par autruis, le désir de détruire et la haine. Tout cela à l'aide de la drigue qui abaisse des barrières et prend une place prépondérente.
En 1975, Dick est angoissé par d'éventuelles poursuites et submergé par sa haine paranoïde du régime niera toute prise de drogue. Mais, il ne peut évrire sans aide artificiel. Depuis 1952, il lui faut des doses importantes d'emphétamines afin de le mettre dans un état propice à la création rapide.

Philip K. Dick se remarie et a un second enfant. Mais une fois de plus l'histoire tourna mal... Dick décrit sa compagne comme froide et coléreuse; toujours à parler d'argent et à vouloir se placer dans la "bonne société californienne". Or, il n'avait pas beaucoup d'argent et pas non plus de "bonne société" (Dick sortait de moins en moins). En attendant, le conflit familial servait de modèle aux querelles de ses oeuvres, et tout particulièrement "En attendant l'année dernière" en 1965 et "Dedalusman". Ces notions viennent remplacer les visées politiques et font écho aux préocupations de Dick qui dégouté par les assinats de Kennedy et de Luther King, a cessé de voter.

Un équilibre semble atteint, Dick reste enfermé dans sa parcelle californienne et écrit. Mais la fin de la seconde période créatrice approche. Elle s'achève avec "Ubik" le chef-d'oeuvre de Philip Kindred Dick.

En 1969, sa vie s'effondre. Couvert de dettes, sa seconde femme part avec l'enfant, l'organisme miné par les amphétamines, le foie qui fait des siennes, la tension incroyablement élevée, il doit entrer à l'hopital en proie à des fantasmes de morcellement. Mais si Dick est en crise, ce n'est pas à cause de sa vie sentimentale (il commence à s'y habituer) mais plutôt l'impossibilité d'écrire. Privé de ses amphétamines, il ne sait où donner de la tête.
Il tombe amoureux d'une jeune fille plus ou moins fantasque, accueille des hordes de jeunes bizarroïdes chez lui et des drogués qui dorment par terre et repartent avec des morceaux de ses meubles ou de sa chaine Hi-fi. Un peu d'argent arrive encore de ses recueils de nouvelles ou de vieux manuscrits arrangés. Mais c'est surtout de l'étranger qu'arrive l'argent. Petit à petit, des fantasmes vont se mettre en place. Parmi la foule de visiteurs, il y a un personnage mystérieux, agent de la brigade des stups., provocateur, myhtoman qui semble l'espionner. Puis, le 17 novembre 1971, Philip K. Dick rentre chez lui et trouve son appartement dévasté. Le coffre blindé qui contenait ses lettres et ses manuscrits à éclaté sous le souffle de puissants explosifs. Sur ce drame va se construire une élaboration paranoïaque. Dick part se cacher chez son ami l'écrivain Avram Davidson. Il part ensuite au Canada, passe par la Convention de science-fiction à Vancouver, y donne un discours, y tombe amoureux et se fait de nouveau plaquer. Il tente encore de se suicider et se fait désintoxiquer à X-Kalay. Ensuite, il retourne aux Etats-Unis où il à le coup de foudre pour une étudiante venue l'attendre...

Quelques mois plus tards, Dick épouse Tessa, une autre étudiante qui a bientôt un enfant et lui permet de se reconstruire. L'écriture repart. Les préocupations politiques sont au premier plan. On retrouve l'Amérique policière dont Nixon est un des maillons. Dick se converti au christiannisme. Lui, qui avait été toute sa vie profondément agnostique, se met à croire en Dieu.

Comme d'habitude, Tessa et l'enfant sont parties qui s'est consolé avec l'ancienne petite amie de Norman Spinrad...

On lui proposa d'écrire une nouvelle version de "Blade Runner" pour le film. L'auteur refusa et exigea la ré-impression de l'oeuvre original "Do Androids Dream of Electric Sheep ?". Il dira plus tard qu'il aurait pu gagner 400.000 dollars de plus avec cette novélisation du film. Des problèmes survinrent avec le film. Quand il lu la première version du scénario, il fut horrifié et se mit à boire énormément de whisky. Fin 1981, il avait perdu 25 kilos, ses cheveux avaient blanchis, son visage était pâle et ses yeux cernés. Le 18 février 1982, il eut une attaque, et mourut à l'hôpital deux semaines plus tard.

Filmographie sélective de Philip Kindred Dick

Son œuvre:

Solar Lottery ou World of Chance (1955) Loterie solaire (1968)
The Man Who Japed (1956) Le détourneur ou Le profanateur (1977)
The World Jones Made (1956) Les chaînes de l'avenir (1976)
The Cosmic Puppets (1957) Les pantins cosmiques (1984)
The variable man and other stories (1957) L'homme variable (1975)
Eye in the Sky (1957) L'Œil dans le ciel ou les mondes divergents (1959)
Time Out of Joint (1959) Le temps désarticulé (1975)
Dr. Futurity (1960) Docteur futur ou Le voyageur de l'inconnu (1974)
Vulcan's Hammer (1960) Les marteaux de Vulcain (1975)
The Man in the High Castle (1962) Le maître du Haut Château (1970)
The Game-Players of Titan (1963) Les joueurs de Titan (1978)
Clans of the Alphane Moon (1964) Les clans de la lune alphane
Martian Time-Slip (1964) Glissement de temps sur Mars
The Penultimate Truth (1964) La vérité avant-dernière
The Simulacra (1964) Simulacres
The Three Stigmata of Palmer Eldritch (1964) Le dieu venu du Centaure
The Unteleported Man (1964)
Dr Bloodmoney: or How We Got Along After the Bomb (1965) Dr Bloodmoney
The Crack in Space (1966) La brèche dans l'espace
Now Wait for Last Year (1966) En attendant l'année dernière
Counter-Clock World (1967) A rebrousse-temps
The Ganymede Takeover (1967) (with Ray Nelson) Les machines à illusions
The Zap Gun (1967) Dedalusman ou Le zappeur de mondes
Do Androids Dream of Electric Sheep? (1968) Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques? ou Robot blues
Galactic Pot-Healer (1969) Le guérisseur de cathédrales ou Manque de pot
Ubik (1969) Ubik
Abraham Lincoln, simulacrum / We Can Build You (1969) Le bal des schizos
A Maze of Death (1970) Au bout du labyrinthe
Our Friends from Frolix 8 (1970) Le message de Frolix 8
Flow My Tears, the Policeman Said (1974) Coulez mes larmes, dit le policier ou Le prisme du néant
Confessions of a Crap Artist (1975) Confessions d'un barjo
Deus Irae (1976) (with Roger Zelazny) Deus irae
A Scanner Darkly (1977) Substance mort
V.A.L.I.S. / VALISYSTEM (1980) Siva
Valis regained (1981) L'invasion divine
The transmigration of Timothy Archer (1982) La transmigration de Timothy Archer
Lies, Inc. (1984) Mensonges & Cie
In Milton Lumky Territory (1984)
Radio Free Albemuth (1985) Radio libre Albemuth
Man Whose Teeth Were All Exactly Alike (1985)
Puttering About in a Small Land (1985)
Humpty Dumpty in Oakland (1986) Humpty Dumpty à Oakland
Mary and the Giant (1987)
What If Our World Is Their Heaven?: The Final Conversations With Phillip K. Dick (1987)
The Broken Bubble (1988)
Nick and the Glimmung (1988) Nick et le Glimmung
The Dark-Haired Girl (1988) La fille aux cheveux noirs
In Pursuit of Valis (1991)
The Selected Letters of Philip K. Dick, 1973-1974 (1991)
The Selected Letters of Philip K. Dick 1975-1976 (1993)
Selected Letters of Philip K. Dick, 1977-1979 (1993)
The Selected Letters of Philip K. Dick 1972-1973 (1994)
The Shifting Realities of Philip K. Dick: Selected Literary and Philosophical Writings (1995)
The Selected Letters of Philip K. Dick 1938-1971 (1995)
Cantata 140 (2003)
The Selected Letters of Philip K. Dick 1980-82 (2005)

Nouvelles:

Beyond lies the wub , 1952 L'heure du Wub, 1977
The gun , 1952 Le canon, 1986
The little movement , 1952 Mini-révolte, 1967
Paycheck (1952)
Roog (1952)
The skull , 1952 Le crâne, 1986
Colony , 1953 Colonie, 1954
The commuter , 1953 Le banlieusard, 1979
The cookie lady , 1953 La dame aux biscuits, 1970
The cosmic poachers , 1953 Les braconniers du cosmos, 1988
The defenders , 1953 Les défenseurs, 1964
Expendable ou He Who Waits 1953 Le sacrifié, 1954
The eyes have it , 1953 À vue d'oeil, 1988
The great C , 1953 Le grand O, 1988
The hanging stranger , 1953 L'inconnu du réverbère, 1988
If There Were No Benny Cemoli (1953)
The impossible planet ou Legend 1953 La planète impossible, 1979
Impostor , 1953 L'imposteur, 1953
The indefatigable frod , 1953 L'infatigable grenouille, 1979
The infinities , 1953 Les infinis, 1975
The king of the Elves ou Shadrach Jones and the Elves 1953 Le roi des elfes, 1982
Mr Spaceship , 1953 Monsieur le vaisseau, 1986
Out in the garden , 1953 Dans le jardin, 1988
Piper in the woods , 1953 Les joueurs de flûte, 1986
Planet for transients ou The Itinerants 1953 Planète pour hôtes de passage, 1982
The preserving machine , 1953 La machine à préserver, 1978
Project: Earth ou One Who Stole 1953 Projet : Terre, 1988
Second Variety , 1953 Nouveau modèle, 1953
Some kinds of life ou The Beleaguered 1953 Tant qu'il y a de la vie..., 1988
Tony and the Beetles (1953)
The trouble with bubbles ou Plaything 1953 Le problème des bulles, 1988
The variable man , 1953 L'homme variable, 1975
The world she wanted , 1953 Le monde qu'elle voulait, 1986
Paycheck , 1953 La clause du salaire, 1988
Roog , 1953 Roug, 1979
Adjustment Team , 1954 Rajustement, 1989
Beyond the door , 1954 Derrière la porte, 1988
Breakfast at twilight , 1954 Petit déjeuner au crépuscule, 1977
The builder , 1954 Le constructeur, 1972
The crawlers ou Foundling Home 1954 Les rampeurs, 1979
The crystal crypt , 1954 La crypte de cristal, 1988
Exhibit piece , 1954 Reconstitution historique, 1971
The father-thing , 1954 Le père truqué, 1956
The golden man ou The God Who Runs 1954 L'homme doré, 1982
James P. Crow , 1954 James P. Crow, 1989
Jon's World , 1954 Le monde de Jon, 1989
The last of the masters , 1954 Le dernier des maîtres, 1982
Martian come in clouds ou The Buggies 1953 Des nuées de Martiens, 1988
Meddler , 1954 Interférence, 1958
Of withered apples , 1954 Des pommes ridées, 1989
A Present for Pat , 1954 Un cadeau pour Pat, 1978
Prize ship ou Globe from Ganymede 1954 Le vaisseau arraisonné, 1988
Progeny , 1954 Progéniture, 1972
Prominent author , 1954 Un auteur éminent, 1969
Sales pitch , 1954 Service avant achat, 1959
Shell game , 1954 Les assiégés, 1979
The short happy life of the brown oxford , 1954 La vie courte et heureuse du soulier animé, 1954
Small town ou Engineer 1954 La petite ville, 1979
Souvenir , 1954 Souvenir, 1989
Strange Eden ou Immolation 1954 Étrange Éden, 1989
Survey team , 1954 Mission d'exploration, 1989
The turning wheel , 1954 Le tour de roue, 1961
Upon the Dull Earth , 1954 En ce bas monde, 1968
A world of talents ou Two Steps Right 1954 Un monde de talents, 1974
Tony and the beetles , 1954 Tony et les scarabées, 1988
Autofac , 1955 Autofab, 1956
Captive market , 1955 Clientèle captive, 1979
The chromium fence , 1955 Chrome et châtiment, 1989
Foster, you're dead , 1955 Foster, vous êtes mort !, 1974
Immunity / The Hood Moker , 1955 Chasse aux capuchons, 1989
Human is , 1955 Définir l'humain, 1979
The mold of Yancy , 1955 À l'image de Yancy, 1982
Nanny , 1955 La nanny, 1989
Psi-man heal my child! Ou Outside Consultant 1955 Consultation externe, 1989
Service call , 1955 Visite d'entretien, 1962
Surface raid , 1955 Expédition en surface, 1989
War veteran , 1955 L'ancien combattant, 1977
Minority report , 1956 Rapport minoritaire, 1956
Pay for the printer ou Printer's Pay 1956 Copies non conformes, 1979
To serve the master ou Be As Gods! 1956 Au service du maître, 1989
Misadjustment , 1957 Méfiez-vous les uns des autres, 1979
The unreconstructed M , 1957 Le m inaltérable, 1959
Null-O ou Looney Lemuel 1958 Non-O, 1978
Explorers we , 1959 Le retour des explorateurs, 1965
Fair game , 1959 Une proie rêvée, 1990
Recall Mechanism , 1959 Souvenir-écran, 1979
War game ou Diversion 1959 Jeu de guerre, 1959
The days of Perky Pat ou In the Days of Perky Pat 1963 Au temps de poupée Pat, 1979
Stand-by , 1963 Une sinécure, 1979
Top Stand-By Job (1963)
What'll we do with Ragland Park ? ou No Ordinary Guy 1963 Que faire de Ragland Park ?, 1990
If there were no Benny Cemoli , 1963 Si Benny Cemoli n'existait pas..., 1966
A game of unchance , 1964 Jeu de malchance, 1979
The little black box ou From Ordinary Household Objects 1964 La petite boîte noire, 1967
Novelty act ou At Second Jug 1964 Un numéro inédit, 1990
Oh, to be a Blobel ! , 1964 Ah, être un Gélate..., 1964
Orpheus with Clay Feet , 1964 L'orphée aux pieds d'argile, 1990
Precious artifact , 1964 Précieuse relique, 1966
The war with the fnools , 1964 La guerre contre les Fnouls, 1982
Waterspider , 1964 Projet Argyronète, 1965
What the dead men say , 1964 Ce que disent les morts, 1964
Retreat syndrome , 1965 Syndrome de retrait, 1966
Holy quarrel , 1966 Guerre sainte, 1967
We can remember it for you wholesale , 1966 De mémoire d'homme, 1966
Your appointment will be yesterday , 1966 Rendez-vous hier matin, 1979
Faith of our fathers , 1967 La foi de nos pères, 1967
Return match , 1967 Match retour, 1967
Not by its cover , 1968 Ne pas se fier à la couverture, 1982
The Story to End All Stories for Harlan Ellison's Dangerous Visions (1968)
The Electric ant , 1969 La fourmi électronique, 1969
A little something for us tempunauts , 1974 Pitié pour les tempnautes, 1984
The pre-persons , 1974 Les préhumains, 1975
The exit door leads in , 1979 La sortie mène à l'intérieur, 1980
Chains of air, web of Aether , 1980 Chaînes d'air, réseaux d'éther, 1982
Frozen journey ou I Hope I Shall Arrive Soon 1980 Le voyage gelé, 1981
Rautavaara's case , 1980 Le cas Rautavaara, 1990
The alien mind , 1981 L'autremental, 1986
Strange Memories of Death , 1984 Étranges souvenirs de la mort, 1986
Cadbury, the beaver who lacked , 1987 Cadbury, le castor en manque, 1990
The Day Mr. Computer Fell Out of its Tree , 1987 Le jour où Mr. Ordinateur perdit les pédales, 1990
The Eye of the Sibyl , 1987 L'Œil de la sibylle, 1990
A Terran Odyssey , 1987 Une odyssée terrienne, 1990
Stability , 1987 Stabilité, 1990
Goodbye, Vincent , 1988 Au revoir Vincent, 1990
"Dangereuses visions", 1990 L'histoire pour mettre fin à toutes les histoires pour l'anthologie d'Harlan Ellison
The owl in daylight , 1991 Le hibou ébloui, 1998