75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

John Carpenter - Réalisateur, Producteur, Scénariste

John Carpenter
 
  • Date de naissance : le 16/01/1948
  • Lieu de naissance : Carthage, New York, Etats-Unis d'Amérique
  • Age : 69 ans
  • Sexe : Homme
  • Implication : 59 rôles dans l'imaginaire

John Carpenter est connu pour...

Acheter des produits autour de John Carpenter

Les rôles de John Carpenter dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de John Carpenter

Né en 1948 à Carthage, dans l'Etat de New York, le jeune John Carpenter passe son enfance à Bowling Green, une petite ville du Kentucky. Né d'un père musicien qui lui transmettra ce talent (Carpenter compose la plupart des musiques de ses films), il se passionne très tôt pour la SF et le fantastique, réalisant dès l'âge de 14 ans des courts métrages aux titres évocateurs : Revenge of the Colossal Beasts, Warrior and the Demon, Sorcerer from Outer Space...) Il fonde même un fanzine dédié à son genre de prédilection. A l'âge de 20 ans, il s'inscrit au département cinéma de l'University of South California, coréalisant, deux ans plus tard, The resurrection of Bronco Billy, qui obtient l'Oscar du Meilleur court métrage. Ses études s'achèveront sur un moyen métrage intitulé Electric Dutchman, qui deviendra rapidement un long métrage rebaptisé Dark Star et qui sortira sur les écrans en 1974.

En 1976, Carpenter saisit l'opportunité qui lui est offerte de réaliser un western et choisit de transposer le Rio Bravo de Howard Hawks en milieu urbain, en lui ajoutant un arrière-goût de La nuit des morts-vivants. Assaut sera ainsi le premier film professionnel de John Carpenter, et contient déjà toute l'œuvre à venir : l'utilisation du travelling comme vecteur de tensions, la prédilection pour le resserrement du temps et de l'espace, et la création d'un héros cynique miné par un destin placé sous l'égide de la fatalité. On retrouvera ainsi son héros d'Assaut, Napoleon Wilson, quelques années plus tard plus ou moins sous les traits de Snake Plissken (New York 1997, Los Angeles 2013), John Nada (Invasion Los Angeles) ou encore McReady, le pilote de The thing.

Assaut reçoit un formidable accueil au Festival de Londres en 1978, et Carpenter rencontre par la même occasion le producteur de son film suivant, Halloween (La nuit des masques en VF), summum incontesté du film d'horreur, ou psychokiller, qui sévira dans les années 80. Le triomphe est au rendez-vous (soixante-quinze millions de dollars de bénéfices, un record en ce qui concerne un film totalement indépendant). Devenu une valeur sûre, Carpenter persévère dans le registre du film d'angoisse : Fog, en 1980, met une petite ville aux prises avec un brouillard meurtrier, The thing se situe sur la banquise où une équipe de chercheurs se retrouve confrontée à un monstre protéiforme capable d'imiter toute vie organique. D'après une BD des années 40, The thing est le premier film de studio de Carpenter, et sans doute l'un des plus ambitieux qu'il ait jamais réalisé. Ce fut pourtant un échec critique et public. Suivront Christine, où le monstre est une voiture de collection, Starman, une comédie de science-fiction romantique inspirée par le New York–Miami de Frank Capra, et Les aventures de Jack Burton, hommage aux films exotiques des années 50.

En 1987, Carpenter revient à ses premières amours : le grand frisson. Il réalise Prince des ténèbres, qui voit un groupe d'étudiants en théologie affronter le Mal à l'état pur. Ce film sera suivi par une critique au vitriol de l'Amérique médiatique et reaganienne de la fin des années 80, Invasion Los Angeles. Remis sur les rails, Carpenter attend néanmoins trois ans avant d'enchaîner sur la comédie Les aventures d'un homme invisible, réflexion amusée sur le pouvoir du cinéma. 1994 marque un nouveau tournant dans la carrière de John Carpenter avec la sortie de L'antre de la folie, l'histoire d'un agent d'assurances chargé de retrouver un auteur de romans d'horreur, et qui va lui-même plonger dans un monde d'hallucinations et, accessoirement, dans un cauchemar dont il ne ressortira pas indemne. Balayant tous les clichés du genre, L'antre de la folie marque l'aboutissement des recherches esthétiques et thématiques de Carpenter, enfin libre de créer à son gré.

C'est pourtant à un remake qu'il s'attaque par la suite, avec Le village des damnés, qui voit Christopher Reeve tenir son dernier rôle avant son accident. En 1996, Carpenter réalise la suite des aventures de Snake Plissken, démarrées dans New York 1997 : c'est Los Angeles 2013, film entièrement construit sur l'idée du faux, et qui déroutera bon nombre de spectateurs. Vampires, est l'occasion pour lui de s'attaquer pour la première fois aux mythiques suceurs de sang... Son dix-septième film, c'est Ghosts of Mars (qu'il scénarise et met en musique), avec Nastasha Henstridge et Ice Cube, échoués sur une planète Mars hostile et hantée, ce qui permet encore une fois au maître de l'épouvante de mélanger les genres...