75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Roman Envahisseurs ! - / Editions du Belial'

Envahisseurs !

à propos du roman

Comparer les prix sur Le livre Envahisseurs !

Rappel du synopsis

Des petits hommes verts dans votre salon ? Allons donc, ça doit venir de vous : vous êtes le seul à les voir ! Les nouvelles de D Street ne sont pas bonnes, elles sont catastrophiques... Certaines personnes disparaissent et le souvenir de leur existence semble s'effacer de tous les esprits. Avoir de la chance n'est peut-être pas une si bonne chose que ça, lorsque vous vous retrouvez au centre d'une querelle galactique. Les vagues s'écrasent sur la plage... La grande machine économique est désormais immobile, aux hommes de se trouver de nouvelles occupations, de nouveaux désirs... Balayée, la pop anglaise ; atomisée, la disco suédoise ; pulvérisé, le rock américain ; déboulonnée, la techno allemande : la dernière mode musicale vient de... la planète Zoom ! L’écrivain Andrew Weiner, né en 1949 à Londres, mais vivant au Canarda, a débuté dans les pages de l’anthologie d’Harlan Ellison, Again, Dangerous Visions. Depuis, ses nouvelles paraissent outra-atlantique sur des supports aussi variés que F&SF, Asimov’s ou Twilight Zone. Son premier roman, Station Gehnna, a été publié aux Etats-Unis en 1987. Son recueil Distant Signals and Other Stories est sorti en 1990 au Canada. Il signe également des scénarions pour les séries télés fantastiques Twilight Zone et Tales from the Darkside. Dans la meilleure tradition de la nouvelle anglo-saxonne (Clifford D. Simak, Theodore Sturgeon, Fredric Brown...) Andrew Weiner sait faire subtilement basculer la réalité vers des révélations tantôt cocasses, tantôt inquiétantes, parfois mélancoliques, mais toujours teintées d’un humour doux-amer.