Les XII Singes promulguent la Pax Elfica

Une grande campagne pour D&D5 made in France...

Nous aurons du attendre quelques années, mais aujourd'hui, Dungeons & Dragons 5ème édition se développe fort en France. Les contenus pour le plus célèbre des jeux de rôle se multiplient comme des petits pains, pour notre plus grand bonheur. Quand j'ai appris que Les XII Singes comptaient proposer du contenu inédit pour le jeu, je me suis dit « chouette ! ». Quand j'ai sû que le projet était encadré par Jérôme Verschueren (auteur du très réussi Solipcity), je me suis dit que ça sentait très bon. Quand j'ai lu le pitch, là, mon kiki est devenu tout dur...

Lorsque les elfes sont sortis de leur forêt pour vous libérer de l'emprise du Nécromant, vous les avez acclamés. Lorsqu'ils sont restés, vous avez commencé à douter.

Maintenant que l'occupation elfique est plus dure que jamais – couvre-feu, enlèvement d'enfants, ensorcellement des opposants – vous en êtes certain : un tyran en a remplacé un autre. La Pax Elfica pèse sur la région comme une chape de plomb. Mais les héritiers du Nécromant ne sont sûrement pas loin… Alors, pris entre le marteau et l'enclume, qu'allez-vous faire ?

Alors là, ma bonne dame, mon bon monsieur, je ne vous le cache pas : ça faisait longtemps qu'un pitch de jeu de rôle ne m'avait pas autant fait envie. Et je ne vous dit pas ça uniquement parce que Les XII Singes m'ont acheté avec deux bouteilles de Kro et un paquet de cahuettes. Non, sincèrement, je trouve que ça déchire ! Et la suite est du même acabit !

Plongez dans la région de Valseptente, sous le joug des elfes. Démêlez les intrigues de quatre arcs narratifs intriqués, dans un monde en nuances de gris, où l'ennemi de votre ennemi n'est pas forcément votre ami. Seuls vos choix, initiatives, réussites et échecs influeront sur le dénouement de cette campagne ouverte, sans linéarité ni dirigisme, où chaque fin est personnalisée.

Et comme souvent, tout commence dans une auberge. Sauf que cette fois, c'est vous qui en êtes les tenanciers ! Sous votre impulsion, ce havre de convivialité pourrait bien devenir le cœur de la résistance… À moins que la concurrence féroce de l'auberge du Pont ne vous jette sur la paille !

Voilà, ça s'appelle Pax Elfica, et ce sera un jeu-campagne complet muni des règles Clé en main, mais également une grande campagne compatible avec Dungeons & Dragons 5ème édition (ce qui nécessitera de posséder l'un des livres de règles de D&D5).

Pour en savoir plus, juste histoire de satisfaire notre curiosité, on a demandé quelques petits trucs à Jérôme Verschueren, qui a gentiment accepté de nous répondre.

SFU : Mais dis donc, c’est juste le point de départ ou c’est vraiment très politique comme campagne ?

Jérôme Verschueren : Effectivement, Pax Elfica n’est pas une campagne où on "gagne" après avoir terrassé un ennemi au fond d’un donjon. Parce que renverser la dictature elfe, ce n’est déjà pas chose simple, mais en cas de succès, quel type de régime lui faire succéder, et avec qui à sa tête ? Nombreuses sont les factions qui n’attendent que d’instrumentaliser la résistance et de récolter les fruits d’une éventuelle victoire. J’ai été joueur dans le premier groupe de playtest, et c’est un problème qui nous a posé pas mal de cas de conscience. Avec qui nouer une alliance ? Doit-on plutôt consacrer nos efforts contre les elfes, ou contre telle autre faction qui ne nous plait guère plus ? C’est une des forces de Pax Elfica. Il n’y a pas de vrai grand méchant officiel. Selon leurs convictions, les PJ considéreront que c’est tel ou tel autre PNJ.


​SFU : L’univers de jeu est imposé où vous proposez un cadre qui peut s’intégrer dans n’importe quel background med fan ?

​​Jérôme Verschueren : Le cadre de jeu que nous proposons fait la taille d’une région. Il est facile de l’adapter à n’importe quel univers med fan classique, c’est prévu pour.


SFU : Du coup, est-ce que Pax Elfica va être édité sur le même format que les autres Clé en Main ?

​​Jérôme Verschueren : Ce n’est pas un ouvrage de la collection Clé en main. Il faut considérer Pax Elfica comme un grand frère de cette collection et, muni de ce système, c’est en effet un jeu-campagne complet. Il a été conçu avec les mêmes contraintes et exigences : personnages prêts à jouer, échec aux scénarios possible sans remise en cause de la campagne, conseils de mise en scène, fins multiples, etc. En tant que cocréateur de la collection Clé en main, j’y suis très attaché, mais l’envergure de Pax Elfica est trop vaste pour entrer dans ce cadre. Le livre est en grand format, avec plus de 300 pages bien remplies, de la couleur, un écran, etc.

​Tant qu’on parle système, il faut préciser que Pax Elfica est aussi compatible avec la cinquième édition du plus célèbre des jeux de rôle. D’ailleurs sur les trois playtests de la campagne, deux ont été réalisés avec le système Clé en main et l’autre avec celui de la "cinquième". Le feeling est très différent d’un système à l’autre, mais les deux se sont déroulés au poil. Ce n’est pas une adaptation à l’arrache, les deux façons de jouer fonctionnent parfaitement.

Pax Elfica sera proposé en financement participatif fin février/début mars. L'équipe du jeu se compose de Claude Guéant (conception et textes), Elvire De Cock (illustrations couleur), Christophe Swal (plans & illustrations N&B), Sébastien Lhotel (graphisme et maquette), Maxime Plasse (cartographie), Samuel Minne (corrections), Jérôme Verschueren (direction éditoriale) et Jérôme Barthas (chef de projet).

C'est sur, on vous en reparlera !

Cette page utilise des cookies pour comptabiliser votre visite. En naviguant plus loin vous acceptez leur utilisation. OK, j'ai compris !