75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Bruce Greenwood - Acteur, Doubleur (voix)

Bruce Greenwood
 
  • Date de naissance : le 12/08/1956
  • Lieu de naissance : Noranda, Québec, Canada
  • Age : 62 ans
  • Sexe : Homme
  • Implication : 13 rôles dans l'imaginaire

Bruce Greenwood est connu pour...

Acheter des produits autour de Bruce Greenwood

Les rôles de Bruce Greenwood dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de Bruce Greenwood

Passionné de glisse, Bruce Greenwood se destine à une carrière de skieur avant qu'un accident au genou ne le force à raccrocher. Etudiant à l'University of British Columbia, il y découvre la comédie et décide d'en faire son métier. Après une apparition aux côtés de Donald Sutherland dans le thriller Le Secret de la banquise en 1979 et une autre, coupée au montage, dans Rambo (1982), l'acteur s'oriente vers une carrière télévisuelle (St Elsewhere).

Retour au cinéma en 1990 avec L'Orchidée sauvage puis un second rôle dans Passager 57 deux ans plus tard. Atom Egoyan le dirige à deux reprises dans les drames Exotica (1994) et De beaux lendemains (1997). Bruce Greenwood se fait ensuite une place à Hollywood en apparaissant dans les thrillers Comportements troublants (1998), Double jeu (1999), où il incarne l'infâme mari d'Ashley Judd, et dans le film de procès controversé de William Friedkin L'Enfer du devoir (2000).

Dans les années 2000, ses rôles prennent de l'importance comme en témoignent ses prestations de John F. Kennedy dans Treize jours (2001), de sous-marinier dans Below (2002), de richissime époux de Madonna dans A la dérive (id.) et de pilote, sauveur du monde, dans Fusion - The Core (2003). Après une troisième collaboration avec Atom Egoyan sur Ararat (2002), Bruce Greenwood retrouve le chemin des grands studios américains en donnant la réplique à Will Smith dans le futuriste I, robot (2004), adapté de l'oeuvre d'Isaac Asimov, et à Philip Seymour Hoffman dans le très remarqué Truman Capote (2006).