75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Terence Fisher - Réalisateur

Terence Fisher
 
  • Date de naissance : le 23/02/1904
  • Lieu de naissance : London, England, UK, Royaume-Uni
  • Date de décès : 18/06/1980
  • Age : 76 ans (décédé)
  • Sexe : Homme
  • Implication : 20 rôles dans l'imaginaire

Terence Fisher est connu pour...

Acheter des produits autour de Terence Fisher

Les rôles de Terence Fisher dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de Terence Fisher

En 1956, une société de production anglaise, la Hammer Films, décide de racheter les droits des films fantastiques de la Universal afin d'exploiter un filon oublié depuis la guerre, le film d'horreur. Attiré par le genre depuis l'étonnant succès du film Le Monstre ( Val Guest, 1955) et de sa séquelle, La Marque, un an plus tard, le producteur Michael Carreras est bien décidé relancer un créneau qu'il juge très lucratif. Cet habile commercant, fils de Enrique Carreras, le créateur de la firme, ne sait pas encore qu'il vient, par cette simple signature en bas d'un contrat, de réaliser un des faits les plus important du septième art. Pour ce projet, il s'entoure des réalisateurs les plus prometteurs de Grande-Bretagne, et il confie son plus gros projet, un remake de Frankenstein, à un dénommé Terence Fisher.
Fisher n'est pas un inconnu dans le milieu artistique londonien. Agé de 52 ans, il a déjà une vingtaine de longs métrages derrière lui pour la Highbury puis pour la Gainsborough, et depuis 1951, il travaille en free-lance, il est donc libre de tout contrat, fait assez rare pour un technicien de cet expérience. Si sa filmographie n'atteint pas des sommets comme celle d'un Korda ou d'un Reed, ses oeuvres, pour les quelques chanceux qui les auraient visionnées, s'affirment comme solides et fortement bien montées. Très économe sur les budgets qui lui sont alloués, sa carrière à la télévision anglaise de 1950 à 1958 y est surement pour beaucoup, il inspire confiance aux producteurs. En 1951, il entre à la Hammer Films et réalise quelques longs métrages parallèllement à sa carrière free-lance ( pour Eros Ldt et la TV anglaise). En 1955, il est convié par Carreras à mettre en oeuvre le Frankenstein de Mary Shelley.

NE RIEN LAISSER AU HASARD

Terence Fisher est le cinéaste populaire par excellence, sans le coté péjoratif de l'expression. Sachant rester simple tout en gardant une grande sincérité directive, il séduit le public et déplaît aux critiques qui ne jurent, à l'époque, que pour la Nouvelle-Vague. Fisher, lui, se moque de la Nouvelle-Vague. Fidèle au classisisme, il organise ses travaux en studio, de manière très précise, ne laissant rien au hasard. Contrairement aux avis de l'époque, le travail de Fisher n'est pas rétrograde et précieux, mais concis et sans fioriture, laissant les acteurs au premier plan, leur permettant de développer toute leur créativité dramatique. Certaines scènes, grace à cette méthode, sont extraordinairement dramatique, voir surréalistes, tout en gardant un fil conducteur si habile que le spectateur se laisse souvent abusé par la situation. Après de multiples visions de ses oeuvres, on peut mieux appréhender son travail, comme un James Whale, il prend le fantastique comme un genre sérieux, et préfère ne pas tourner une scène s'il sent qu'elle se sera pas crédible. Tout à l'écran parait vrai, les invraissemblances, comme par miracle, sont effacées et il ne reste plus qu'une sensation de perfection; comment aurait-on pu faire mieux, se dit-on.

Terence Fisher sait également bien s'entourer, de Gainsborough Studios il ramène le directeur musical John Hollingworth, le caméraman Len Harris et surtout le chef-opérateur Jack Asher qui adhère parfaitement à sa vision du septième art. Avec Fisher et Asher, la couleur est un moyen d'expression, le sang est rouge, les contrastes sont très appuyés, ce qui ajoute du poids à la violence des sujets traités, et qui plait énormément au public de l'époque. On ne dira jamais assez combien la complicité avec Asher fut importante dans les créations de Fisher, les films réalisés sans son appui sont d'ailleurs les moins bons de sa filmographie.

RAREMENT INNOCENTES, TOUJOURS SEDUISANTES

En quittant Gainsborough Studios, Fisher a gardé contact avec de nombreux comédiens. Arrivé chez la Hammer, il convie à le rejoindre des acteurs expérimentés comme André Morell, Herbert Lom ou Guy Rolfe. Mais en 1956, pour le tournage de Curse of Frankenstein, il choisit un acteur de télévision bien connu, Peter Cushing, et un inconnu qu'il a dirigé à l'époque de son contrat avec la Highbury, Christopher Lee. Ils ne sépareront alors plus que très rarement et deviendont les fleurons de la maison britannique. Lorsqu'il ne pouvait bénéficier de la présence de ces deux immenses comédiens, Fisher aimait lancer d'autres jeunes talents, c'est ainsi qu'il propulsa un jeune acteur vers le succès international, Oliver Reed (Curse of the Werewolf, 1961) et un autre acteur en devenir, David Peel, qui abandonnera rapidement le métier d'acteur. Le meilleur comédien de la Hammer reste sans aucun doute Peter Cushing, son style saccadé mais élégant, son jeu vif et alerte donne aux créations de Fisher un ton unique. Ton souvent ralenti et rythme équilibré par l'apport d'acteurs plus lents comme, justement, Christopher Lee.

Du coté féminin, il y a des réalisateurs qui n'arrivent guère à donner du relief à leurs actrices. Ce n'est certainement pas le cas de Terence Fisher. Il aime les femmes et cela se sent, elles sont rarement innocentes mais toujours séduisantes, voire délurées, et rarement sous-estimées. Il les choisit parfois avec un visage rayonnant de beauté mais hautain et leur confie souvent des rôles importants. Dans Curse of Frankenstein c'est le meurtre de Justine ( Valérie Gaunt ) qui cause la perte du Baron , mort entrainée suite à la jalousie de Justine envers Elizabeth ( Hazel Court). Dans Le Cauchemar de Dracula, trois actrices jouent un rôle primordial , Valérie Gaunt, Carol Marsh et Melissa Stribbling. La première ouvre même le film, en goule destructrice et magnifique de séduction, et les deux autres, séduite par le Prince des Ténêbres se transformeront en femmes d'un érotisme torride ( repris par Coppola bien plus tard...). Dans La Momie, c'est encore une femme , Yvonne Furneaux , magnifique dans un double rôle, qui envoit le personnage principal à sa perte et dans les Maîtresses de Dracula, elles sont le centre de l'histoire. Yvonne Monlaur, Marie Devereux et Andrée Melly ayant un rôle encore marqué que celui de David Peel. La passion les animent toujours comme Susan Denberg ( Frankenstein s'est échappé ), Veronica Carlson ( Le Retour de Frankenstein) ou Barbara Shelley ( Dracula, Prince des Ténèbres et La Gorgone), créatures angeliques qui se transforment suivant les circonstances ( vengeance, malédiction, envoutement) en monstre sanguinaire.

Les films de Cushing n'ont pas toujours été de grandes réussites, parfois quelque peu raté, on peut citer son Dr. Jekyll et Mr.Hyde ( The Two Faces of Dr.Jekyll, 1960), Sherlock Holmes et le Collier de la Mort ( 1962) et Frankenstein et le Monstre de l'Enfer ( 1973), son dernier film. D'autres sont de sympathiques série B, L'île de la Terreur (1966), The Earth Dies Screaming (1964), Le Serment de Robin des Bois (1960), mais la plupart sont des purs bijous que l'on ne lassent jamais de regarder. Son oeuvre la plus aboutie reste Le Chien des Baskervilles, une pure merveille réalisée en 1959, avec des acteurs éblouissants évoluant dans un décors honirique digne des Chasses du Comte Zaroff.

Terence Fisher est décédé le 18 juin 1980 des suites d'une longue maladie qui mis fin prématurément à sa carrière en 1973, en même temps que les jours de gloire de la Hammer Films. En seulement une vingtaine d'années, il laisse une oeuvre qui restera comme une des plus importante du cinéma fantastique, au même titre que James Whale, Michael Curtiz autrefois ou John Carpenter de nos jours. Aujourd'hui, il est reconnu par la presse anglaise comme le cinéaste ayant contribué le plus au développement du cinéma britannique, un peu tard... comme toujours.

Filmographie sélective de Terence Fisher

1947 Colonel Bogey
1948 For the Public Danger

1948 Song For Tomorrow

1949 Portrait From Life, Le Mystère du Camp 27, avec Guy Rolfe, Mai Zetterling**

1949 The Astonished Heart, Egarement

1950 So Long At The Fair, Si Paris l'avait Su...

1951 Home To Danger

1952 Mantrap

1952 The Last Page

1952 Wings of Danger

1952 Stolen Face

1952 Distant Trumpet

1952 Four Sided Triangle, Le Triangle à Quatre Cotés, avec Barbara Payton, Stephen Murray, John VanEyssen**

1953 Spaceways

1953 Blood Orange

1953 There's Company

1954 Face The Music

1954 The Strangler Came Home

1954 Mask of Dust

1954 Final Appointment

1954 Children Galore

1954 Murder by Proxy

1955 The Flaw

1956 The Galignite Gang

1956 The Last Man to Hang

1957 Kill Me Tomorrow

1957 The Curse of Frankenstein, Frankenstein s'est Echappé, avec Peter Cushing, Christopher Lee, Hazabel Court, Robert Urqhart****

1958 Dracula, Le Cauchemar de Dracula, avec Christopher Lee, Peter Cushing, Valerie Gaunt, Carol Marsh****

1958 The Revenge of Frankenstein, La Revanche de Frankenstein avec Peter Cushing, Michael Gwynn***

1959 The Man Could Cheat Death, avec Christopher Lee, Anton Driffing, Hazel Court**

1959 The Hound of Baskerville, Le Chien des Baskervilles avec Peter Cushing, Christopher Lee, André Morel**** Fiche Film

1959 The Mummy, La Malédiction des Pharaons, avec Peter Cushing, Christopher Lee, Yvonne Furneaux****Fiche Film

1959 Stranglers of Bombay, Les Etrangleurs de Bombay, avec Guy Rolfe, Alan Cuthbertson Marie Devereux**

1960 The Two Faces of Dr. Jekyll, avec Paul Massie, Christopher Lee, Dawn Adams*

1960 The Brides of Dracula, Les Maitresses de Dracula avec Peter Cushing, David Peel , Yvonne Monlaur, Marie Devereux***

1960 The Sword of Sherwood Forrest, Le Serment de Robin des Bois, avec Richard Greene, Peter Cushing, Nigel Green*

1961 The Curse of the Werewolf, La Nuit du Loup-Garou, avec Oliver Reed, Clifford evans, Yvonne Romain***

1962 Phantom of the Opera, Le Fantôme de l'Opéra, avec Herbert Lom, Heather Sears, Michael Gough****

1962 Sherlock Holmes and the Deadly Necklace, Sherlock Holmes et le Collier de la Mort, avec Christopher Lee, Senta Berger, Thorley Walters*

1964 The Horror Or It All, avec Pat Boone

1964 The Gorgon, La Gorgone, avec Peter Cushing, Barbara Shelley, Prudence Hyman***

1964 The Earth Dies Screaming, avec Willard Parker,Virginia Field. Thorley Walters*

1965 Dracula, Prince of Darkness, Dracula, Prince des Tenèbres avec André Keir, Christopher Lee, Barbara Shelley **

1966 Island of Terror, L'île de la Terreur, avec Peter Cushing, Carole Gray, Edward Judd **

1966 Frankenstein Created Woman, Frankenstein Créa la Femme, avec Peter Cushing, Thorley Walters, Susan Denberg***

1967 Night of the Big Heat, La Nuit de la Grande Chaleur, avec Peter Cushing, Christopher Lee*

1967 The Devil Rides Out, Les Vierges de Satan avec Christopher Lee, Sarah Lawson, Charles Gray***

1969 Frankenstein Must Be Destroyed, Le Retour de Frankenstein, avec Peter Cushing, Simon Ward, Veronica Carlson**

1973 Frankenstein and the Monster From Hell, Frankenstein et le Monstre de l'Enfer, avec Peter Cushing, Shane Briant, Madeline Smith*