Mon SFU
Qu'est ce que c'est ?
S'inscrire S'identifier

SciFi-Universe.com - l'encyclopédie des univers fantastiques


Ron Howard

Homme, né le 01/03/1954 à Duncan, Oklahoma, Etats-Unis d'Amérique
Réalisateur

Ron Howard

  • Date de naissance : le 01/03/1954
  • Lieu de naissance : Duncan, Oklahoma, Etats-Unis d'Amérique
  • Age : 60 ans
  • Sexe : Homme

Connu pour...

Ses rôles dans la SF

Sa Biographie

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Ron Howard est un enfant de la balle... ou de la pellicule ! Le célèbre rouquin de "Happy Days" est né le 1er mars 1954, à Duncan, dans l'Oklahoma, au cœur d’une famille d’acteurs. Son père avait tenu le premier rôle dans une pièce de théâtre organisée par l’Université d’Oklahoma, et sa mère avait été l’élève consciencieuse d’une école d’art dramatique de New York. Ron, quant à lui, embrasse la carrière d’acteur à l’âge précoce de 18 mois. A 5 ans, il se produit dans des dramatiques télé comme "Black December" ou "Barnaby and Mr. O’Malley". A 6 ans, il est engagé dans le show d’Andy Griffith où il tiendra pendant huit ans le rôle d’Opie, émule moderne de Tom Sawyer que sa naïveté et son aplomb rendront vite légendaire. Pendant la durée de cette triomphale émission, il tourne également The Music Man, de Morton Da Costa, et Il faut marier papa, de Vicente Minnelli, où il interprète le fils de Glenn Ford. En 1969, Ron partage avec Henry Fonda la vedette de la série "Ah ! Quelle famille". Malgré son statut d’enfant-star, les parents de Ron veulent qu’il ait la vie la plus normale possible : il intègre une école publique et prend même, à l’âge de 15 ans, neuf mois “sabbatiques” pour participer à la saison de basket. A la fin de ses études secondaires, Ron Howard démarre la série adolescente "Happy Days" pour laquelle il interprétera le rôle de Richie pendant sept ans. En 1976, il remporte une nomination au Golden Globe dans le film-testament de John Wayne, Le dernier des géants. Un an auparavant, il avait épousé Cheryl, son amour de lycée, avec laquelle il aura quatre beaux enfants, tous roux ! Après avoir tourné de nombreux courts métrages amateurs, il entre bientôt à la section cinéma de l’USC (l’Université de Californie du Sud) mais la quitte après deux ans, persuadé d’apprendre davantage sur le tas. En 1974, il écrit et réalise Lâchez les bolides pour Roger Corman, puis fonde sa propre société, pour laquelle il réalise et produit trois téléfilms : "Cotton Candy", "Through the Magic Pyramid" et "Skyward", avec Bette Davis. Le passage de l’acteur enfant à l’adulte est toujours très difficile dans une carrière, d’autant que Ron, à 26 ans, commence déjà à perdre ses cheveux. Qu’à cela ne tienne, puisque désormais notre homme se lance dans la réalisation. Il produit alors divers pilotes et téléfilms, puis enchaîne trois des comédies les plus populaires des années 80 : Night Shift avec Michael Keaton, Splash, avec Tom Hanks et Daryl Hannah, et Cocoon, qui lui vaudra une citation de la Directors Guild of America au titre de meilleur réalisateur. Parallèlement à son activité de metteur en scène qui prend une telle ampleur qu'il devient un réalisateur populaire, extrêmement lucratif (Willow, Backdraft) et parfois surprenant (Portrait craché d’une famille modèle, l'un des ses films les plus personnels est une savoureuse comédie teintée d'amertume ), Ron Howard monte Imagine Film, sa propre société de production, qui est aujourd’hui l’une des plus respectées de tout Hollywood, et qu’il dirige avec Brian Grazer. Après un petit passage à vide au début des années 90 (conséquemment, notamment à l'échec commercial d'Horizons lointains, avec Tom Cruise) Howard revient en force en 1995 avec le récit d’un épisode mémorable de la course aux étoiles, Apollo 13, avec son vieux compère Tom Hanks aux manettes. L’année suivante, il continue sur sa lancée en réalisant un thriller plutôt vicieux avec Mel Gibson, La rançon. Tandis qu'il immortalise ses empreintes de mains et de pieds sur une plaque de ciment le long d’un boulevard hollywoodien, rejoignant ainsi ses pairs au panthéon du cinéma, il réussit une satire mordante de la télé réalité avec En direct sur Ed TV, avec Matthew McConaughey et Jenna Elfman, puis enchaîne avec les frasques du Grinch, guignolerie tartinée de kitsch où Jim Carrey renoue avec ses mimiques déchaînées. Après avoir brassé tous les styles, il ne restait plus à Ron Howard qu'obtenir la consécration de ses pairs : c'est avec Un homme d'exception, portrait d'un mathématicien schizophrène déguisé en un thriller habile, qu'il décroche enfin l'Oscar du Meilleur réalisateur, plus trois autres statuettes dont celle du Meilleur film, entre autre multiples récompenses. Maintenant qu'il a épuisé tous les genres, il repasse par la case western avec Les disparues sur fond de crise familiale entre papa Tommy Lee Jones et fifille Cate Blanchett, et se prépare à retrouver dans les années 30 Russell Crowe métamorphosé en boxeur de légende sur le ring de Cinderella Man. Happy days, vraiment !

Filmographie sélective

1974 Grand Theft Auto (Lâchez les bolides)
1982 Night Shift
1984 Splash (id.)
1985 Cocoon (id.)
1986 Gung Ho
1988 Willow (id.)
1989 Parenthood (Portrait craché d’une famille modèle)
1991 Backdraft (id.)
1992 Far and Away (Horizons lointains)
1994 The Paper (Le journal)
1995 Apollo 13 (id.)
1997 Ransom (La rançon)
1999 EdTV (En direct sur Ed TV)
2000 How the Grinch Stole Christmas (Le Grinch)
2001 A Beautiful Mind (Un homme d'exception)
2003 The Missing (Les disparues)
2004 Cinderella Man

Fiche créée Il y a 12 ans, modifiée Il y a 9 ans