75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Christian Clavier - Producteur, Scénariste, Acteur

Christian Clavier
 
  • Date de naissance : le 06/05/1952
  • Lieu de naissance : Paris, France
  • Age : 66 ans
  • Sexe : Homme
  • Implication : 13 rôles dans l'imaginaire

Christian Clavier est connu pour...

Acheter des produits autour de Christian Clavier

Les rôles de Christian Clavier dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de Christian Clavier

Frère du réalisateur Stéphane Clavier, Christian Clavier étudie au lycée Pasteur de Neuilly en compagnie de Michel Blanc, Gérard Jugnot et Thierry Lhermitte. Il passe brillamment son baccalauréat et poursuit des études de sciences politiques pendant deux ans. En compagnie de ses amis de lycée, il monte la troupe du Splendid également composée de Josiane Balasko et Marie-Anne Chazel, qui sera sa femme à la ville. Christian Clavier devient ainsi auteur, metteur en scène et interprète de Je vais craquer, Ma tête est malade et, en 1978, Amours, coquillages et crustacés qui sera adapté au cinéma par Patrice Leconte sous le titre Les Bronzés.

En 1975, il fait ses débuts au cinéma en compagnie de Michel Blanc dans Que la fête commence de Bertrand Tavernier, puis dans F. comme Fairbanks de Maurice Dugowson. C'est Pierre Lary qui lui propose un premier véritable rôle dans Le Diable dans la boîte (1977) aux côtés de Jean Rochefort et Michael Lonsdale. Après l'aventure des Bronzés et des Bronzés font du ski (1979), il tourne à deux reprises sous la direction de François Leterrier, jouant les "bobos" parisiens dans les comédies à succès Je vais craquer (1980) et Les Babas cool (1981). Puis il retrouve le café-théâtre pour la pièce culte Le Père Noël est une ordure, adaptée au cinéma par Jean-Marie Poiré. Le succès ne le quitte plus.

Devenus inséparables, Christian Clavier et le cinéaste poursuivent leur collaboration avec Papy fait de la résistance (1983), Twist again à Moscou (1986) et Mes meilleurs copains (1988), l'histoire de retrouvailles d'amis de lycée sur un mode nostalgique et chaleureux. Dans les années 90, le duo enchaîne d'autres succès publics : Opération corned-beef (1991), où Christian Clavier donne pour la première fois la réplique à Jean Reno, Les Visiteurs (1993) et sa suite Les Couloirs du temps, les visiteurs 2 (1998) ainsi que Les Anges gardiens (1995). Avec le triomphe historique au box-office des Visiteurs, Christian Clavier assoit son statut d'acteur comique numéro un et reprend le flambeau de Louis De Funès, dont il se réclame fréquemment. Mais la filiation est encore plus nette avec La Soif de l'or (1993) de Gérard Oury, le cinéaste qui a fait la gloire de De Funès. Dans un rôle de grippe-sou, Christian Clavier marche sur les traces de son aîné.

En 1999, un nouveau défi s'offre à lui : incarner Astérix le gaulois, aux côtés de Gérard Depardieu, et sous la direction de Claude Zidi. Pour Astérix et Obélix contre César, le public est une fois de plus au rendez-vous, mais pas les critiques qui déplorent ses choix d'acteur. Après l'échec des Visiteurs en Amérique (2001) et la réussite d'Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002) d'Alain Chabat, Christian Clavier tend à s'éloigner des personnages hystériques qui ont fait son succès pour prêter ses traits à l'empereur Napoléon (2002) dans un téléfilm d'Yves Simoneau.

Sorti grandi de cette expérience, l'acteur revient à ses premières amours, la comédie, se laissant diriger par son frère Stéphane pour les besoins de Lovely Rita Sainte Patronne des cas désespérés (2003), et donnant la réplique à l'une de ses idoles, Michel Serrault, dans Albert est méchant (2004). Plus actif que jamais, il écrit et interprète, aux côtés de son complice Jean Reno, l'adaptation cinématographique de la bande dessinée L'Enquête corse de Pétillon. C'est sur le tournage de ce film qu'il fait la connaissance de Caterina Murino, une actrice italienne à qui il propose de jouer aux côtés de l'équipe du Splendid réunie au grand complet dans Les Bronzés 3 amis pour la vie (2006).

Filmographie sélective de Christian Clavier

L'Auberge rouge (2007), de Gérard Krawczyk
Le Prix à payer (2007), de Alexandra Leclère
L'Entente cordiale (2006), de Vincent de Brus
Les Bronzés 3 amis pour la vie (2006), de Patrice Leconte
L'Antidote (2005), de Vincent de Brus
L'Enquête corse (2004), de Alain Berbérian
Albert est méchant (2004), de Hervé Palud
Lovely Rita Sainte Patronne des cas désespérés (2003), de Stéphane Clavier
Astérix et Obélix : mission Cléopâtre (2002), de Alain Chabat
Les Visiteurs en Amérique (2001), de Jean-Marie Poiré
Astérix et Obélix contre César (1999), de Claude Zidi
Les Couloirs du temps, les visiteurs 2 (1998), de Jean-Marie Poiré
Les Soeurs Soleil (1997), de Jeannot Szwarc
Les Anges gardiens (1995), de Jean-Marie Poiré
Grosse fatigue (1994), de Michel Blanc
La Vengeance d'une blonde (1994), de Jeannot Szwarc
La Soif de l'or (1993), de Gérard Oury
Les Visiteurs (1993), de Jean-Marie Poiré
Les Secrets professionnels du Dr Apfelglück (1991), de Alessandro Capone
Operation Corned-beef (1991), de Jean-Marie Poiré
Les Cigognes n'en font qu'à leur tête (1989), de Didier Kaminka
Mes meilleurs copains (1989), de Jean-Marie Poiré
La Vie dissolue de Gérard Floque (1986), de Georges Lautner
Twist again à Moscou (1986), de Jean-Marie Poiré
Tranches de vie (1985), de François Leterrier
Papy fait de la résistance (1983), de Jean-Marie Poiré
Rock 'n Torah (1983), de Marc-André Grynbaum
Le Père Noël est une ordure (1982), de Jean-Marie Poiré
Elle voit des nains partout ! (1982), de Jean-Claude Sussfeld
Les Babas cool (1981), de François Leterrier
Clara et les chics types (1981), de Jacques Monnet
Je vais craquer (1980), de François Leterrier
Cocktail Molotov (1980), de Diane Kurys
Les Bronzés font du ski (1979), de Patrice Leconte
Les Héros n'ont pas froid aux oreilles (1979), de Charles Nemes
Les Bronzés (1978), de Patrice Leconte
La Tortue sur le dos (1978), de Luc Béraud
Vous n'aurez pas l'Alsace et la Lorraine (1977), de Coluche
Dites-lui que je l'aime (1977), de Claude Miller
Des enfants gâtés (1977), de Bertrand Tavernier
Le Diable dans la boîte (1977), de Pierre Lary
F... comme Fairbanks (1976), de Maurice Dugowson
Attention les yeux ! (1976), de Gérard Pirès
Que la fête commence (1975), de Bertrand Tavernier
C'est pas parce qu'on n'a rien a dire qu'il faut fermer sa gueule (1975), de Jacques Besnard
L'An 01 (1973), de Jacques Doillon