75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Joann Sfar - Réalisateur, Scénariste, Dessinateur

Joann Sfar
 
  • Date de naissance : le 28/08/1971
  • Lieu de naissance : Nice, France
  • Age : 46 ans
  • Sexe : Homme
  • Implication : 64 rôles dans l'imaginaire

Joann Sfar est connu pour...

  • Voir la fiche Troll : Les Insoumis [#1 - 1996]
  • Voir la fiche Troll : Le Dragon du donjon [#2 - 1998]
  • Voir la fiche Légendes arthuriennes : Merlin [jeune] : Tartine et Iseult [Tome 5 - 2002]
  • Voir la fiche Légendes arthuriennes : Merlin [jeune] : Jambon et Tartine [Tome 1 - 1999]
  • Voir la fiche Grand Vampire : Le Peuple est un Golem [#6 - 2005]
  • Voir la fiche Grand Vampire : Le Peuple est un Golem [#6 - 2005]
  • Voir la fiche Légendes arthuriennes : Merlin [jeune] : Merlin va à la plage [Tome 3 - 2000]
  • Voir la fiche Petit Vampire va à l'école [#1 - 1999]

Les rôles de Joann Sfar dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de Joann Sfar

Joann Sfar naît le 28 août 1971 à Nice, dans
une famille moitié séfarade moitié ashkénaze,
où on lui raconte toutes sortes de mythes et
d’histoires. Dès qu’il sait par quel bout tenir
un crayon, il se met à dessiner. Vers quinze
ans, il commence à expédier aux éditeurs un
projet de BD par mois, qu’on lui refuse au
même rythme. C’est aussi vers cet âge qu’il
rencontre ses “mentors”, Fred, Baudoin et
Pierre Dubois (le modèle du Minuscule
Mousquetaire). “Ils m’ont mis dans la tête des
trucs sains. Tout ce que je fais, c’est pour leur
plaire.”
Au début des années 80, armé d’une maîtrise
de philo mention TB obtenue pour faire plaisir
à son père, il entre aux Beaux-Arts à Paris, où
il suit les cours du département de
morphologie et dessine des natures mortes
vraiment très mortes, comme les enfants à
deux têtes et autres monstres de la collection
de Geoffroy Saint-Hilaire, au Museum
d’histoire naturelle. Il assiste même à des
autopsies avec un copain légiste et dessine
toutes sortes de boyaux. Ce qu’il tire
finalement de cette expérience, c’est le plaisir
de dessiner un être vivant, habillé, qui marche
dans la rue.
À 23 ans, surprise. Le même mois, Dargaud,
Delcourt et l’Association répondent
favorablement à ses envois. Depuis, il
n’arrête plus. “La BD est quelque chose de
compulsif, on doit en faire beaucoup. Et
comme disait Charlier, c’est plus facile de
mener dix histoires de front qu’une seule.”
D’où un foisonnement d’univers dont la
cohérence est assurée par un cocktail très
personnel de sentiment, d’humour et
d’intelligence — sans oublier un charme
graphique à tomber par terre.