75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Joan Allen - Acteur

Joan Allen
  • Date de naissance : le 20/08/1956
  • Lieu de naissance : Rochelle, Illinois, Etats-Unis d'Amérique
  • Age : 62 ans
  • Sexe : Femme
  • Implication : 5 rôles dans l'imaginaire

Acheter des produits autour de Joan Allen

Les rôles de Joan Allen dans la science-fiction et l'imaginaire

Biographie de Joan Allen

Etudiante à l'Eastern Illinois University puis à la Northern Illinois University, Joan Allen est l'un des membres fondateurs avec John Malkovich de la troupe de théâtre Steppenwolf. En 1985, le public américain la découvre dans la mini-série Evergreen et dans son premier film sur grand écran : la comédie Compromising positions, aux côtés de Susan Sarandon. Victime aveugle du Sixième sens (1986) de Michael Mann, elle tourne à deux reprises sous la direction de Francis Ford Coppola dans Peggy Sue s'est mariée (1986) et Tucker (1988), puis incarne l'ancienne épouse de Bruce Willis dans le drame Un héros comme tant d'autres (1989) de Norman Jewison.

Il lui faut attendre 1995 pour trouver un rôle à la mesure de son talent : elle interprète l'épouse tourmentée de Nixon sous la houlette d'Oliver Stone. L'année suivante, elle est citée à l'Oscar de la Meilleure actrice dans un rôle secondaire pour sa performance dans La Chasse aux sorcières (1996). Connue comme l'une des actrices les plus sensibles de sa génération, elle contribue au succès critique de The Ice storm (1997), Volte-face (id.) et Pleasantville (1998). Parallèlement à ses compositions émouvantes, Joan Allen aime à incarner des femmes de caractère comme la sénatrice Laine Hanson dans Manipulations (2001), et l'agent de la CIA Pamela Landy dans La Mort dans la peau et sa suite, tous deux signés Paul Greengrass.