75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Godzilla final wars [2005]

Film réalisé par Ryuhei Kitamura. Japon


62

Anecdotes de Godzilla final wars

  • Lieux de tournage

    Pour la première fois dans l'histoire de la saga (exception faite de la version américaine par Roland Emmerich bien entendu), le film a été en partie tourné en décors réels hors des frontières du Japon : d'abord à New York, grâce à Zazou Productions, un groupe média japonais implanté à New York ; ensuite à Sydney, en Australie. Certaines scènes supposées se situer en Arizona ont été en réalité tournées à Broken Hill, en Australie également.

  • Joyeux Anniversaire

    Le projet Godzilla : final wars a été lancé afin de célébrer les cinquante années de la création du monstre (et de la franchise). Produit de l'explosion d'une bombe atomique, Godzilla est rapidement devenu une icône dans son pays d'origine, le Japon. Du statut de monstre destructeur métaphore de l'arme nucléaire, il est passé à celui d'ami des enfants, avant de revenir à l'esprit original. En tout, si l'on inclue Godzilla : final wars et la version américaine conçue par Roland Emmerich, 28 films sur Godzilla ont été réalisés, sans compter ses apparitions dans des oeuvres parallèles comme le super-sentai Shooting Star Zone, des parodies télé et cinéma, ainsi que de nombreux mangas et comics, des chansons, des livres pour enfants, des cartes et des centaines de types de produits dérivés.

  • Le lancement du projet

    La Toho, célèbre studio de cinéma japonais, voulait produire un film d'une ampleur inégalée afin de moderniser le personnage de "Big G" (surnom affectif de Godzilla). Il fallait également rattraper le flop financier de Godzilla Tokyo S.O.S., la 27e et dernière version (inédite en France) en date du mythe. Plusieurs cinéastes se sont déclarés intéressés pour prendre en main le projet. La société de production confiait d'ordinaire les "Godzilla-films" à des réalisateurs spécialisés dans le kaiju eiga, ou "film de grand monstre", mais cette fois-ci les responsables ont décidé de déroger à la règle. Ainsi, Takashi Miike (Audition, 2002) et Ishii Katsuhito (The Taste of tea, 2005) se sont entre autres portés volontaires. Au final, c'est Ryuhei Kitamura (Versus l'ultime guerrier), dont le nom est indéniablement lié au genre fantastique, qui a emporté le morceau.

  • Vétérans du fantastique

    Kumi Mizuno, qui joue le rôle du commandant Akiko Namikawa, est une ancienne gloire du film fantastique nippon. Affiliée de nombreuses années à la Toho, elle apparut dans Ebirah, Horror of the Deep (1966) et dans The War of the Gargantuas (1967). Elle a également inspiré le personnage de Yoko Tsuno, la bande-dessinée de Roger Leloup...
    A ses côtés, on retrouve Akira Takarada : cet acteur désormais octogénaire était présent dans le premier film de la série des Godzilla en 1954, tenant le rôle du fiancé d'Emiko, puis est apparu dans quatre autres épisodes de la série. L'acteur est l'un des rares "survivants" du premier film, ses collègues étant tous décédés ou bien retirés du monde du cinéma (Momoko Kochi, qui jouait alors Emiko, est morte en 1998 après une dernière apparition dans Godzilla vs. Destoroyah)...

Si vous avez aimé ce contenu, n'hésitez pas à le partager auprès de vos amis ou de vos proches.