75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Hatchet : Victor Crowley [#4 - 2017]
Oeuvre Hatchet >

Victor Crowley Vol.4 - Critiques & Avis

Film réalisé par Adam Green. Etats-Unis d'Amérique


30

Critiques du staff sur le film Victor Crowley

Les critiques de nos experts et passionnés.

  • La critique de Vincent L. : Jason le mort-vivant...

    La saga Hatchet continue son petit bonhomme de chemin avec un quatrième opus signé par le réalisateur du premier film, Adam Green. Comme le titre l'indique si bien, on va retrouver le boogeyman Victor Crowley, toujours aussi increvable, toujours aussi violent. Il s'en prend ici à deux groupes perdus dans les bayous, d'un côté une équipe de télé-réalité venu faire un reportage sur lui, d'un autre une équipe de cinéma venu tourner un film. Ah oui, les plus attentifs me diront que Victor Crowley est mort dans l'opus d'avant. C'est vrai. D'ailleurs, le héros du film également est mort dans l'opus précédent, mais il revient quand même... Bah, on s'en fout non ?

    Et oui, les films qui composent la saga Hatchet (titrée Butcher dans la langue de Molière...) ne sont pas vraiment connus pour la profondeur de leurs scénarios. La franchise s'est en effet toujours fait remarquer par l'extrême crétinerie de ses scripts, un aspect d'ordinaire rédhibitoire, mais ici légèrement contrebalandé par deux petites`qualités : d'une part un côté second degré qui se moque plutôt bien des codes du genre, d'autre part des meurtres violents et extrêments gore propres à réjouir l'amateur de slasher. Bref, les films Butcher ont toujours été de petits plaisirs coupables uniquement aptes à satisfaire les fans purs et durs de ce genre de cinéma. On le sait, et, au bout du compte, on peut même passer un agréable moment dès lors que l'on sait ce qui nous attend : un spectacle regressif, violent, graphique et occasionnellement drôle. Et je suis allé voir Victor Crowley dans cet état d'esprit.

    Mais même avec toute la meilleure volonté du monde, il est difficile d'apprécier Victor Crowley tant le film est un bon gros ratage. Adam Green essaie ici de reproduire la formule qui fit le succès du premier film (humour + violence), mais il ne parvient jamais à la retrouver. Il faut ainsi attendre plus d'une heure de film pour que l'action ne commence, et même si celle-ci est une nouvelle fois plutôt fun et très graphique, elle ne dure malheureusement que quinze petites minutes. Avant cela, il faut se coltiner des tentatives d'humour qui ne fonctionnent quasiment jamais. La gestion du second degré est catastrophique et ne fonctionne pour ainsi dire jamais : les effets sont trop appuyés, et le détournement des codes du genre est très très pauvre. Du coup, les protagonistes n'ayant absolument aucun intérêt (ni dans ce qu'ils disent, ni dans ce qu'ils font, ni en terme de charisme), on s'ennuie profondément. Reste à se mettre sous la dent quinze petites minutes d'un massacre final amusant (si on est fan du genre), des effets spéciaux à l'ancienne et la présence de Kane Hodder qui apporte tout sa puissance physique au boogeyman. C'est vraiment maigre... 

    30

Donnez votre avis sur le film Victor Crowley

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

1 seul avis est disponible pour une moyenne générale de 30 sur 100.