75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Dernier train pour Busan [2016]
Dernier train pour Busan >

Dernier train pour Busan - Anecdotes

Film réalisé par Sang-ho Yeon


80

Anecdotes de Dernier train pour Busan

  • En sélection au Festival de Cannes 2016

    Ce film est présenté en Séance de Minuit au Festival de Cannes 2016. Quatre ans après avoir présenté The King of Pigs à la Quinzaine des Réalisateurs, le réalisateur sud coréen Sang-ho Yeon est donc de retour sur la Croisette, cette fois-ci en séance de minuit, avec son premier film live.

  • Dernier train pour Busan est une suite

    Dernier train pour Busan est la suite du film d'animation Seoul Station, déjà mis en scène par Sang-Ho Yeon. L'oeuvre a été très remarquée au Brussels International Fantastic Film Festival et au Festival International du Film d’Animation 2016. Le cinéaste nous raconte la genèse du projet :

    "Je préparais un film d’animation intituléSeoul Station, déjà une histoire de zombies mais avec une ambiance beaucoup plus sombre et un message social beaucoup plus fort que dans Dernier train pour Busan. Pendant la production de ce film d’animation, je me suis dis qu’en traitant le sujet de manière plus commerciale, tout en y apportant une touche personnelle, je pourrais peut-être en faire une version en prises de vues réelles. (...) À ce moment-là, ma société de production m’a encouragé, en me proposant de réaliser un film avec de vrais acteurs. Au début, je n’étais pas sûr d’en être capable, je leur ai même suggéré d’engager un réalisateur plus expérimenté mais j’ai fini par me laisser convaincre."

  • Des zombies dans un train

    Prenez Snowpiercer, Le Transperceneige, ajoutez-y une pincée de The Walking Dead et 28 jours plus tard, et vous obtiendrez Dernier train pour Busan.

  • Des zombies cannois

    Lors de la projection en Séance de Minuit de Dernier train pour Busan, une horde de zombies à été lâchée sur la Croisette. Ambiance horrifique et décontractée donc, d'autant plus que le film a reçu une standing ovation à la fin de sa présentation.

  • Fond politique

    Si Dernier train pour Busan a des apparences de film d'horreur bourrin avec des zombies, la vérité est bien plus complexe. En effet, à l'instar de George A. Romero, le cinéaste coréen Sang-Ho Yeon ne s'est pas privé d'injecter un sous-texte anti-capitaliste dans son film, brocardant notamment le monde de la finance et des banques. Ce fond politico-sociale était d'ailleurs déjà présent dans Seoul Station, le film d'animation dontDernier train pour Busan est la suite :

    "Par rapport à mes films précédents, la dimension sociale est moins appuyée mais toujours présente. J’ai voulu que le public coréen puisse retrouver au sein du genre fantastique - auquel il n’est pas forcément très habitué - des éléments de la vie quotidienne. J’ai imaginé des personnages dans lesquels les Coréens puissent se reconnaître, même si je pense que Dernier train pour Busan aborde finalement des thèmes et des sentiments universels", confie le metteur en scène.

Notes de production de Dernier train pour Busan

  • Parlons mise en scène

    Le réalisateur Sang-Ho Yeon nous explique sa manière d'appréhender la mise en scène dans Dernier train pour Busan :

    "Le train propose un espace clos et répétitif. Tous les wagons et compartiments se ressemblent. Il y a beaucoup de scènes d’action dans le film mais je n’ai pas voulu trop les découper, afin de permettre aux spectateurs de se repérer plus facilement. J’ai limité le nombre de plans pour que l’on puisse suivre les mouvements des personnages, pour que l’action demeure lisible. Il y a moins de plans dans mon film que dans un film d’action habituel."

Références et Clins d'Oeil de Dernier train pour Busan

  • Train + Virus = DAnger

    Dernier train pour Busan renvoie au classique Le Pont de Cassandra, réalisé en 1977 par George Pan Cosmatos avec Sophia Loren et Martin Sheen. Dans ce film, un groupe de passagers voyageant en train à travers l'Europe est mis en quarantaine. Ils auraient été exposés à une maladie mortelle. On pense également à Runaway Train d'Andreï Kontchalovski (1986).

  • Influences

    Sang-Ho Yeon nous en dit plus sur ses différentes influences : "Comme d’autres cinéphiles de ma génération j’ai grandi avec des films de zombies et j’aime beaucoup ceux de George A. Romero. Parmi les films plus récents, je porte un intérêt particulier à "L'Armée des morts" de Zack Snyder qui est un remake de "Zombie" (Dawn of the Dead) de Romero et j’aime beaucoup "28 jours plus tard" de Danny Boyle. Cela va peut-être vous sembler étrange, mais mes goûts de spectateurs me portent autant vers la saga "Star Wars" ou la trilogie du "lSeigneur des Anneaux" que des films réalistes comme "Zodiac" de David Fincher. Je suis aussi un très grand fan de Ken Loach. "Sweet Sixteen" m’a beaucoup influencé pour la préparation de mon premier long "The King of Pigs."

Si vous avez aimé ce contenu, n'hésitez pas à le partager auprès de vos amis ou de vos proches.