75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Star Trek Into Darkness [2013]

Film réalisé par J.J. Abrams. Etats-Unis d'Amérique


82
Staff (2)82
Membres (12)66
Date de sortie au cinéma en France : 12 juin 2013
Avec : Simon Pegg (Scotty) , Karl Urban (Bones) , Peter Weller (Admiral Marcus)

Star Trek Into Darkness synopsis

Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos…
Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive.
Nos héros entrent dans un jeu d’échecs mortel. L’amour sera menacé, des amitiés seront brisées et des sacrifices devront être faits dans la seule famille qu’il reste à Kirk : son équipe.

Star Trek Into Darkness fait partie de l'oeuvre Star Trek.
Thèmes abordés dans Star Trek Into Darkness : Science-Fiction

Critiques du staff de Star Trek Into Darkness

Critiques de produits

Voir toutes les critiques

Photos, Images, Affiches & Vidéos de Star Trek Into Darkness

  • Star Trek into the darkness - 01
  • Star Trek into the darkness - 02
  • Star Trek into the darkness - 03
  • Star Trek into the darkness - 04
  • Star Trek into the darkness - 05
  • Star Trek into the darkness - 06
  • Star Trek into the darkness - 07
  • Star Trek into the darkness - 08

DVD / Blu-Ray de Star Trek Into Darkness

Voir toute la gamme de produits

Casting de Star Trek Into Darkness

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (12)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • J'avais beaucoup aimé le premier et je reste très content d'avoir vu le 2ème.
    Scénario bien sympa ,réalisation parfaite, dialogue très bons.
    la fin rappelle un peu un vieux startreck mais c'est logique Mr Spoke n'est ce pas ?
    On se prend à rêver d'une série Télé reprenant tout ce jolie monde.
    Jerome69, le 18 juin 2013 17:55
    90

  • Hé oui cette relecture avec les moyens actuels (Financiers et techniques)nous permet de redécouvrir cette epopé de l'espace En pyjama avec grand plaisir !!!

    les scénes sur les cités terriennes sont magistrales ( quasi inexistantes dans les films originaux)
    Le relookage des klingons est également superbe, et la distribution excellente.

    Une mention spéciale pour le méchant ( que j'avais découvert dans la série Sherlock )

    Un vrai grand bon moment !!!
    LOLOMEGALO, le 20 juin 2013 12:03
    -

  • Eh Ben voilà,4 ans déjà qu'on la suite du reboot de J.J.Abrams qui nous avez stupéfiez grâce à son film ( presque ) parfait.
    Alors maintenant passons au film bon y a qu'une chose a dire pour décrire ce film INCROYABLE .Des acteurs géniaux les un apres les autres.Des bons dialogues,mais surtout un jeu d'acteur époustouflants et bien sur des effets spéciaux super bien .C'est tout simplement le blockbuster totale et même avec 2 heures 20 de film on ne s'ennuie jamais aucune baisse de rythme aucune erreur a part peut être quelque acteur qui sur joue ( Alice eve ) rien a redire.C'est une révolution dans l'univers STAR TREK j'ai hâte de voir le 3 éme
    Big men, le 21 juin 2013 23:08
    90

  • Je suis d'une génération où ma culture de Star Trek se limite au nom Mr. Spoke et son fameux signe de la main donc je n'osais pas donner mon avis pour le premier par respect pour les grands et ô combien fan de la série.

    Mais j'avoue avoir bien aimer le premier opus. En ce qui concerne le second est au dessus de mes attentes, scénario plutôt pas mal, le cast est très bon, notamment le nouveau venu Benedict Cumberbatch (John Harrison)
    découvert dans Sherlock, les effets bluffant (ça change de 2012). Le seul point négatif et c'est vraiment pour en**** des mouches c'est au niveau de la musique, ça ne sera pas le genre de BO que j'écouterai en boucle jour et nuit à l'image de Hans Zimmer, mais elle se marie très bien avec le film.

    Pour ma part, j'ai passé un très très très bon moment et Live long and prosper !!!
    Romanjb, le 22 juin 2013 03:41
    100

  • Navree si je plombe l'ambiance, mais je peux pas retenir ma contestation, là. Pourtant, je suis pas un hater, loin de là.
    J'ai trouvé ce film...eblouissant... au sens propre du terme, j'en ai encore mal aux yeux. Les lens flares, bien que diminués comparé à 2009, restent trop présents, et flirtent entre l'inutilité et la gêne.
    Je ne peux le nier cependant, les effets 3D et tous les trucs filmiques qui font qu'un scenar totalement pourri parviendra quand meme à faire quelques millions d'entrees, sont bien présents et magnifiques, confirmant son appartenance aux blockbusters hollywoodiens qui ont un bon budget.
    Mais comment est-ce qu'un scénario pareil a pu passer?! Il est bourré d'incohérences et de fautes qu'un gamin de cinq ans repererait.
    Sans oublier la supposée 'science' fiction qui ne parvient pas à tenir un niveau de premiere, et qui se contente, par conséquent, de l'utilisation abusive du 'ta gueule, c'est magique' a chaque explication risauant de depasser la comprehension dudit enfant de cinq ans.

    Côté personnages, le chara design ( oui ca peut aussi se dire pour la psychologie des personnages) manque cruellement de developpement, kirk se transforme en super heros de marvel et on croirait spock tout droit sorti d'un épisode de vampire diaries ( encore qu'ils sont plus profonds que dans le film).

    La sequence emotion est tout bonnemt ridicule, detruisant le peu qui avait ete créé sur les personnages.sans mentionner la fin, qui s' assure de reduire en miette ce qu'il aurait pu rester des precedentes sequences (cad 90% du film).

    En ce qui concerne le maquillage et les decors, ils sont beaucoup trop retro pour passer correctement et coller au realisme hollywoodien mis en place par la cgi.

    Bon, mention speciale quand meme pour benedict cumberbatch, qui ecrase les autres acteurs par la qualite de son jeu ( y compris chris pine, mais vu son perso....), meme si le minuscule grain de personnalite ne semble pas vraiment correspondre...
    pop-up, le 22 juin 2013 14:08
    30

  • Alors je suis allé voir un film, le nouveau star trek et presque 2 h 30 plus tard j'ai eu envie de me tabasser car je venais gaspiller 5 € pour de la m****.des acteurs pourri je sais même pourquoi ils sont payé ah si en faite pour parler devant une caméra et Ben dis donc repartez au theatre pour enfant car votre jeu est NUL!!!!!!,une histoire a dormir de bout je sais pourquoi le scénariste fait des scénario il ne sait pas écrire.et pour ce qui est des effets spéciaux,a part peut être voir un crash de vaisseaux et un énorme vaisseaux ils sont médiocres pour 185 millions de $ c'est une honte absolue.J'aime beaucoup J.J Abrams j'ai grand respect pour lui mais il a touché le fond il a fait un NANAR.a part des bons décors et un ou deux acteurs qui tiennent la route vous vous embêtez des 5 minute rien ne se passe,l'action c'est quelque chose qui doit vous impressionner et ne pas être des stupéfiant pour dormir.une bouse dans tout les domaine j'ai honte d'avoir juste mis 2/ 10 ça méritait la note la plus basse,une triste déception même si il y avait de bonne intentions.Mais dans le cinéma il n'y a pas que les intentions il y a la réussite ou la déception comme je disais un film tout juste passable.Désolé d'être un peu violent mais c'est NUL . A ne surtout pas voir car je répète j'ai payé 5 € pour rien pour de la m****.
    FASTER, le 22 juin 2013 20:13
    20

  • L'orientation que prend cette saga est original quand même, repartir sur de nouvelles bases avec les même personnages mais dans un contexte différent.

    Sans parler des effets spéciaux qui sont à la hauteur du film, le scénario poursuit correctement l'histoire tout en reprenant les personnages que l'on connaît déjà.

    Les Klingons ainsi que le retour de Khan dans cette nouvelle histoire donne l'impression d'un remake et d'une suite dans le même film.

    C'est vraiment à voir surtout si l'on connaît la saga.
    Night59, le 2 juillet 2013 12:32
    90

  • Je ne comprend pas l'engouement autour du film...
    Sans rentrer dans le débat totalement vain de pour ou contre les lens flares, il y a de nombreux problèmes dans le film, qui me font douter de la bonne foi de certains des critiques qui s'extasient.

    Commençons par le scénario, qui s'ouvre sur une incohérence grosse comme une planète, servant à justifier un détour scénaristique sans intérêt. Pire encore, l'intrigue est résolue par quelque chose qui devrait être interdit à tous les scénaristes du monde! (certes, l'élément en question est introduit tôt dans le film, donc on ne peut pas parler de Deus ex Machina...mais du coup on voit venir la solution un an à l'avance, et ça tue tout suspens, donc je ne sais pas ce qui est le pire...Dommage, un miroir d'un autre film star trek bien connu se voit totalement vidé de tout impact dramatique à cause de ça...)

    Le rythme, maintenant, c'est frénétique. Trop. On ne se pose jamais, et tout est filmé comme des poursuites ou des combats. Résultat: aucune profondeur des personnages (sauf, un peu, spock). Pour pallier à ce manque d'émotion, on s'efforce de faire des très gros plans sur les visages, jusque au mauvais goût, pour tenter de nous faire ressentir quelque chose, et en ce qui me concerne c'est un échec.
    Sans émotion, et avec la prévisibilité de l'intrigue, les efforts pyrotechniques sont vidés de leur sens, et le spectaculaire devient ennuyeux (en core une fois cette critique est subjective).
    Surtout, il n'y a aucun plaisir de découverte de l'univers, tout se passe à bord de l'Enterprise ou sur terre, et il y a bien peu d'émerveillement en conséquence de cela...et c'est un gros problème pour un film de genre, qui se doit de contenter (à mon sens) la fascination du spectateur.

    Restent donc le plaisir de revoir Peter Weller et Cumberbach, tous deux bien charismatiques, ainsi que Zachary Quinto.
    Pour le reste ce film m'a paru avoir peu d'intérêt au delà des clins d’œil au reste de la franchise.

    Par conséquent, vu le peu de magie du film, le prochain Star wars s'annonce pour moi peu enthousiasmant, à moins bien sûr que JJ change son fusil d'épaule.
    Gnome, le 18 juillet 2013 11:16
    40

  • Attention : avis sur la version 2D !


    Après un « Star Trek XI » ou « Star Trek I bis » à la fois honteux et ébouriffant, mais surtout fatigant pour les rétines à force de tremblements de caméra et de photo pleine de tâches lumineuses, où le spectacle pyrotechnique a fini par assassiner toute la philosophie de Star Trek, on ne pouvait qu’être anxieux à l’idée de voir JJ Abrams remettre ça. Non, encore lui, quelle horreur !
    En fait, on pouvait aussi avoir quelque espoir car après ce gros film bourrin un brin écervelé, le sieur Abrams avait réalisé le petit « Super 8 », film simple et sympathique, une sorte de Spielberg, certes un peu simpliste mais, pour une fois, correctement réalisé à défaut de génie.
    Avec cet « Into Darkness » on nous a promis du sombre, comme si on ne pouvait pas faire de bon film jovial (voir « Star Trek IV » à ce sujet !). Qu’en est-il à l’arrivée ?

    De fait, ce « Star Trek : into Darkness » laisse une impression mitigée. Il se présente comme un film à la fois meilleur que son prédécesseur direct, mais pas nécessairement comme un chef d’œuvre dans l’absolu, voir même pas comme un film entièrement réussi. C’est une sorte de gros pudding avec plein de trucs dedans, assez inégal, bénéficiant d’un scénario riche en rebondissement mais tournant parfois à vide.

    Le gros point noir du film réside justement dans le scénario. Si pour faire un bon film un scénario exceptionnel n’est pas nécessaire, quelques éléments simples s’avèrent indispensables pour que le résultat à l’écran ne crée pas de malaise. Il en va ainsi du film de fiction. Si « Microcosmos » se passe aisément d’enjeu tout en étant du vrai cinéma, dans le cinéma de fiction enjeux et objectifs doivent être présents à minima, sans demander pour autant de circonvolutions intellectuelles. A priori pas de problème pour « Into Darkness » à ce sujet, l’équipage de l’Enterprise a un objectif clair, à savoir arrêter le terroriste Harrison. Ses actions se font en réaction à celles de Harrison. Hélas, à partir de ce point de départ simple, le film se perd et, comme Néro dans le précédent, Harrison constitue une faiblesse, pour ne pas dire LA faiblesse du scénario. C’est pourtant dommage, les scénaristes ayant de l’or entre les mains.
    Selon le bon proverbe hitchcockien, plus le méchant en bon plus le film est bon. Dans un sens, Harrison est plus intéressant que Néro, moins simpliste. Néro était un gros benêt qui ne cherchait qu’à se venger de Spock, il n’était qu’une caricature, un méchant de carnaval armé de la bombe à neutron (ou plutôt de la matière rouge !). Harrison, est autrement plus charismatique dans l’interprétation même (ou la direction d’acteur ?), plus troublant. Hélas, il n’a aucun objectif ! On ne saisi jamais pourquoi il est si méchant ! Dommage, car avec Khan, on pouvait s’attendre à un grand moment. Sa résurrection sera ici très en deçà de l’originale de TOS et « Star Trek 2 » et de l’inoubliable interprétation de Ricardo Montalban.
    Le pauvre Khan, puisque c’est lui !, se retrouve noyé dans une intrigue alambiqué qui brouillent les pistes. Le film n’en sort pas grandi, au contraire. Il fait passer un moment la responsabilité des méfaits de Khan/Harrison à l’amiral Marcus (superbe Peter Weller), ce qui fait du grand Khan un méchant de seconde zone, un ersatz, un simple instrument de Marcus. Marcus aurait donc réveillé et utilisé Khan en sous-main pour déclencher une guerre avec les Klingons. Et dans quel but ? On n’en saura rien, Marcus ayant visiblement besoin d’une urgente thérapie… Alors Khan, simple outil ? Non, la troisième partie montrera que Kahn n’était pas dupe. A-t-il néanmoins un but ? Mystère…

    Le manque d’objectifs chez Khan est contrebalancé par un scénario riche en rebondissements. Si finalement on se foue de ce qui arrive, au moins ça bouge ! Trop, car le film se perd, ou ne va pas assez loin, au choix. Ainsi la scène d’introduction ne sert à rien dans la suite des événements. Cette scène, la plus réussi de film, est une sorte de court-métrage en soi. Mais ce qu’il en ressort, à savoir une situation nouvelle sera immédiatement annulée pour un retour en arrière et un statu quo d’avant scène à cause de l’attentat de Harrison. Et ainsi de suite… Dommage, il aurait peut-être été plus intéressant de créer une double intrigue en parallèle au lieu de cette linéarité accidentée un brin maladroite. Enfin, le film ne sait plus où aller au milieu, avec cet épisode du vaisseau de guerre. Passage à vide symbolisé par le voyage dans le vide spatial de Kirk et Khan ! « Into Darkness » serait-il un film auto analytique ?
    Alors que le film se perd et prend un coup de mou, le scénario n’exploite pas les possibilités offertes. Pensez donc, c’est la première fois que l’on visite Kronos, la planète des Klingons ! L’Enterprise en panne et l’équipage quasi fait prisonnier sur place, et…, et…, et…, RIEN ! Le surhomme de service donne une bonne rouste aux Klingons et tout le monde s’en va comme si de rien était ! On est là loin, très loin, des scénarios de « Star Trek 2 » ou de « Star Trek 6 »…

    Au delà de rebondissements vains, le film est truffé de références un peu lourdes. La scène d’ouverture est très proche de celle des « Aventurier de l’Arche perdu ». La référence principale est Khan, mais ici loin du Khan que l’on connaît. D’ailleurs de façon général c’est « Star Trek 2 » qui fournit les références et contre-références, les situations étant bêtement inversées. Ainsi l’Enterprise en rade est menacé de destruction si son réacteur ne repart pas. Il ne sera remis en marche que par le sacrifice d’un membre d’équipage… On a même droit aux mêmes adieux en sens inverses ! Et la même résurrection, mais ici sans la poésie déployée dans « Star Trek 3 ». Et à Spock de cirer : ‘Khan !!!!!!!!!!!’, comme le fait Kirk depuis les tréfonds de Genesis… Si l’introduction de Carol Marcus était une bonne idée, on peut se demander à quoi rime cette scène ‘de la petite culotte’. Quand à l’apparition éclaire du ‘vrai’ Spock se parlant à lui-même, voilà une scène de fait superflue, voire inutile, qui n’est là que pour brosser le trekkie dans le sens du poil.

    D’autres éléments navrants parsèment le film et sont propres à la saga ‘réinventée’. Certes, on se place dans la logique d’une ligne temporelle nouvelle, parallèle à celle de TOS et des films. Néanmoins certaines choses relèvent de l’absurde, voir de la trahison à l’esprit de la série inventée par Gene Roddenberry.
    Les personnages tout d’abord. Ils sont dans la veine du film précédent. A quoi rime donc ce Spock violent ? Déjà qu’il voulait étrangler Kirk dans l’opus 1, ici il veut se faire Khan et lui brise les membres ! Les Vulcains ont bien changé… On ne peut que déplorer aussi cette histoire d’amour avec Uhura mièvre et leurs scènes de ménages. Kirk quant à lui est, comme dans le métrage précédent, insupportable une grande partie du film. Si Kirk a toujours été un charmeur, ici il ne pense qu’à coucher ! Un ‘salut les filles !’ par ci, une ‘triplette’ par là, on est tombé bien bas… Rien à voir avec la relation avec Carol Marcus (on verra dans l’opus 3…), ou celle avec les filles de TOS, comme celle qui donne la soupe populaire et se fait écraser par une voiture… Kirk n’est ici qu’une b… ambulante ! Et il n’en fait qu’à sa tête ! Chris Pine est à ce titre excellent, on a envie de lui taper dessus la plupart du temps… Mais il évoluera, donc on pardonne.
    Plus gênant sont les absences d’états d’âme de Star Fleet. Le précédent film souffrait déjà de cela en faisant tirer à volonté sur un vaisseau en perdition. Ici le tir est rectifié mais maladroitement. Star Fleet n’est plus ici qu’une association de criminels. Pulvériser Harrison/Khan et ses compagnons ? En s’introduisant sur le territoire d’un tiers ? Pas de problème ! Kirk obéit sans problème. Il faut la droiture de Scotty, et la rigidité de Spock pour que Kirk change d’avis. Ouf, il n’aura finalement pas commis de nouveau crime dans cet épisode… Si Marcus lui est un parfait criminel, Pike lui est un pur. Dommage qu’il y passe… L’honneur est sauf mais cette ambigüité est malsaine, car n’oublions pas que, si tout le monde n’est pas rose à Star Fleet (voir « Star Trek 6 »), Star Trek est avant tout une ode à la paix et aux droits de l’Homme…et des aliens.

    Derrière ces maladresses, qui suivent les droites lignes de l’opus précédent, ce film rectifie néanmoins le tir à la fois dans le fond et la forme.

    Pour le fond, on sort du strict spectacle pyrotechnique pour un film un peu plus profond sur le sens des responsabilités (mal habile certes) et le sens du sacrifice, ces deux thèmes étant étroitement liés. Le Kirk insupportable finira irradié, ce qui finalement le grandit. Ce changement de cap en deux temps, d’abord par le biais d’autrui (finalement il n’explosera pas Kronos : encore heureux !), puis en âme et conscience (il doit mourir pour que son équipage vive) enrichit le personnage qui dans le premier tiers du film n’est qu’un sabreur bas de plafond. Si la scène d’ouverture, comme on l’a vu, ne sert à rien sur le plan de l’intrigue, elle joue un rôle illustratif de ce sacrifice, illustrant le propos vulcanien selon lequel ce qui est utile à beaucoup l’emporte sur le désir du petit nombre ou d’un seul. Par avance, la résignation de Spock illustre celle à laquelle Kirk sera confrontée.

    Pour la forme, on se situe ici largement au dessus du premier « Star Trek » de JJ Abrams.
    Fini ici la caméra tremblotante et des mouvements de névropathe à la « Lost » ou « Mission : impossible III ». En faisant du Spielberg sur « Super 8 », il a appris à tenir une caméra. On peut donc voir le film sans sortir de la salle avec une migraine. Les cadrages sont corrects. L’espace, notamment pour les scènes de dialogues, est bien maîtrisé. Une réalisation correcte à défaut de génie.
    De même, en ce qui concerne la photo, on n’a plus ici toutes ces immondes tâches lumineuses à la Jan de Bont qui irradiaient les rétines (rappelons-le, voulues par le réalisateur alors que le directeur photo, connaissant son travail, voulait et pouvait faire une lumière ‘propre’). On n’a plus non plus ces choix de couleurs discutables où le vert se mélangeait au jaune et à l’orange.
    Si on peut émettre des bémols sur le scénario, les dialogues sont cette fois d’un niveau autrement plus convenable pour un « Star Trek ». D’ailleurs, ce sont les scènes de dialogue, en particulier les dialogues croisés entre Spock, Kirk et Khan qui constituent les meilleurs moments du film. Il y réside une vraie tension, bien plus palpable que celles résultant des explosions ou des tirs de phaser. Enfin, on nous épargne gracieusement les blagues potaches et l’humour débile l’opus précédent. Si Tchekhov a toujours l’air aussi ahuri, au moins ne fait-il plus joujou avec le téléporteur comme un gosse de 3 ans ! De même ne voit-on pas Scotty faire de l’apnée dans un circuit de refroidissement. Ouf !
    Les acteurs sont excellents. Si on peut déplorer certains choix de traitement de personnages, leurs interprètes n’ont pas à souffrir la critique.
    Enfin, rien à redire sur les décors et les effets spéciaux efficace. Le spectacle est bien présent avec des scènes grandioses comme le crash du vaisseau de guerre en plein San Francisco, ou la poursuite de la navette dans l’ensemble industriel klingon, où les engins des poursuivants ressemblent furieusement aux oiseaux de proies.


    Dans l’ensemble ce « Star Trek : into Darkness » s’avère bien meilleure que son prédécesseur direct. Si on peut reprocher des maladresses par-ci par-là, l’ensemble s’avère moins manichéen, plus raffiné dans l’approche du personnage principal, plus parlant.
    Il reste palpitant, et se montre infiniment plus jouissif dans ses dialogues, plus regardable, plus intéressant dans ses personnages.
    Hélas, la réussite n’est pas totale. Si par certains côtés le film se hisse à hauteur de « Star Trek : premier Contact », on reste loin des maîtres étalons que sont « Star Trek 2 » et « Star Trek 6 », où tout faisant d’eux de grands films tout simplement et pas seulement de potables blockbusters.
    Si on peut attendre le retour de Nicholas Meyer à la barre et en compagnie de Leonard Nimoy au scénario pour un opus 3 bis, on sort de ce film rassuré devant les progrès de JJ Abrams. Si on ne peut nullement espérer que le futur « Star Wars : Episode VII » soit un chef d’œuvre à la « Episode V », au moins on peut croire que le film sera regardable…
    guitou, le 27 juillet 2013 17:36
    70

  • Simplement le meilleur de tous les star trek.
    Réaliste et bien fait.

    A voir.
    YVN01, le 8 août 2013 13:52
    100

  • Grosse déception pour moi, la faute à un scénario qui enchaîne les incohérences et les fautes de goût: La scène d'intro sur une autre planète n'a aucun sens (mettre l'enterprise sous la mer et envoyer une navette se faire dégommer le moteur dans la poussière
    volcanique, alors que le téléporteur fonctionnait tout ce temps...quoi?) La mise à pied de 5 minutes Les rebondissements prévisibles (trahison...) le méchant au sang faisant office de remède universel qui guérit tout (et tue tous les enjeux); en plus de cela
    la mise en scène tout le temps en mouvement empêche tout émerveillement et dépaysement, et nous colle de très gros plans de la, gueule des acteurs, sans (bien sûr) que ça redonne de l'émotion à un scénario désastreux (du gars de prometheus, sans chercher à
    blâmer qui que ce soit). reste un clin d'oeil sans finesse mais sympathique à la colère de Khan, et Peter Weller, ainsi que Cumberbatch. J'avais beaucoup aimé le premier, qui usait habilement de son histoire de voyage dans le temps pour ouvrir la voie à une
    nouvelle continuité tout en respectant l'ancienne, mais là le film m'a laissé un goût amer; et ce alors même que les critiques sont globalement très positives, quelque chose doit clocher chez moi... Mais en tout cas, j'ai peur pour star wars: et si Abrahams
    arrivait à faire pire que Lucas?
    gnome, le 14 octobre 2013 23:27
    20

  • Star Trek : Into Darkness (JJ Abrams) > J'ai hésité après le "premier" opus, mais celui-ci m'a beaucoup plu. L'histoire est beaucoup plus riche, complexe et sombre. Le rythme est bon, pas de temps mort, et on est complètement perdu, dans l'incertitude.
    Et quand on croit que c'est fini, le film continu. Toujours. L'autre point fort est la caractérisation des personnages à commencer par Khan, une personnalité troublée. Un seul regret c'est que les Klingons ne soient pas assez développés. mais ça reste le meilleur
    film que j'ai vu depuis longtemps.
    Space opera, le 9 janvier 2014 11:19
    85

Autres films du même auteur J.J. Abrams

Autres films de la même oeuvre Star Trek

Informations complémentaires sur Star Trek Into Darkness