75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Terminator Renaissance [#4 - 2009]

Film réalisé par McG. Etats-Unis d'Amérique


70
Staff (3)70
Membres (13)69
Date de sortie au cinéma en France : 3 juin 2009
Avec : Michael Ironside (General Ashdown) , Helena Bonham Carter (Serena) , Brian Steele (T 600)

Terminator Renaissance synopsis

En 2018, après l'apocalypse qui a vu s'affronter les hommes et les robots, John Connor est devenu le chef de la résistance humaine contre Skynet et son armée de Terminators. Sa vision du monde est pourtant remise en cause par l'apparition de Marcus Wright, un inconnu qui se souvient seulement de s'être trouvé dans le quartier des condamnés à mort. Connor doit découvrir si Marcus a été envoyé du futur ou s'il est un rescapé du passé. Alors que Skynet prépare l'assaut final, Connor et Marcus s'engagent dans une odyssée qui va les mener au coeur même des opérations de Skynet. Ils y perceront le terrible secret qui se cache derrière l'annihilation programmée de l'humanité tout entière...

Titre Original : Terminator Salvation
Terminator Renaissance fait partie de l'oeuvre Terminator.
Thèmes abordés dans Terminator Renaissance : Robots , Univers Futuristes / Hightech , Post Apocalyptique , Voyages dans le temps , Hard Science (Futur proche) , Action ( Guerre , Aventures, Combat)

Critiques du staff de Terminator Renaissance

Voir toutes les critiques

Photos, Images, Affiches & Vidéos de Terminator Renaissance

  • Image 01
  • Image 02
  • Image 03
  • Image 04
  • Image 05
  • Affiche 01
  • Affiche 02
  • Affiche 03

DVD / Blu-Ray de Terminator Renaissance

Casting de Terminator Renaissance

Les personnalités principales et leurs rôles dans le casting

Donnez votre avis !

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »

Commentaires des membres (13)

L'avis de la communauté SciFi-Universe.

  • T4 enfin non terminator salvation est de loin inférieur au autre T1 T2 T3 et oui même T3 est superieur .
    le film est en manque total de james cameron , de sa vision et de l'ambiance sans oublié l'élément essentiel de tout TERMINATOR schwarzenegger et oui sans lui ce n'est pas la même chose . les acteurs sont superbement bien choisie mais le manque schwarzy se fait ressentir malgré un clin d'oeil de 50 secondes
    macqueen23, le 3 juin 2009 09:38
    40

  • Je m'attendais à une production qui remettrait le Terminator sur les rails, après un dernier opus plutôt décalé par rapport à l'esprit des deux précédents malgré de bonnes idées;le film n'est pas totalement nul mais c'est en ayant l'impression d'avoir vu un film certes bien fait, mais sans réelle saveur que j'ai quitté la salle.
    Déçu par les compositions musicales, qui s'annonçaient plutôt bien avec un compositeur de talent qui nous a ici d'avantage servit une orchestration digne d'une épopée chevaleresque, plus qu'une atmosphère de terre désolée, dominée par les machines, très mécanique donc...
    Déçu aussi par la qualité du doublage qui étouffe le jeu dramatique des personnages et qui du coup perdent en saveur et en charisme(vivement le visionnage en VO!).
    Ce sont les deux aspects négatifs relevés qui plombent le film et feront que cet épisode semble plus vouloir faire basculer la saga dans la production insipide, comme avait commencé à le faire le 3, plutôt que de vouloir se ré-approprier le mythe des films de Cameron.
    Excellent point pour les effets spéciaux et le caméo de Schwarzennegger!
    hotdog37, le 3 juin 2009 23:13
    60

  • Je ne suis pas d'accord avec les 2 critiques précédentes.

    Quand on va voir un film qui s'appelle terminator, on s'attend à trouver de l'action, des méchants robots sortis du futur et encore de l'action.

    Et sur ce point, Salvation est une vraie réussite. De l'action on en a de bout en bout et elle menée tambour batant. Soutenue par des effets spéciaux à couper le souffle (le caméo de Schwarzy est tout simplement bluffant), les acteurs ne sont pas en reste.

    Il ne faut pas oublier non plus qu'il s'agit du début d'une trilogie et qu'il faudra juger des 2 suites pour pouvoir se faire une idée sur les qualités de l'ensemble.

    Bien supérieur au T3, tant par le scénario que par la mise en scène, on a enfin droit à cette projection dans le futur que l'on attendait tant avec la 1ère trilogie.

    Excellent film d'action, je le recommande à tous les fans de Terminator.
    nashtulsa, le 10 juin 2009 13:53
    80

  • I'll be back ! La franchise initié par James Cameron est de retour, et pour du grand cinéma.
    Beaucoup reprochent au film certaines incohérences ou un manque de finition dans le e, mais le film est tout bonnement une des meilleurs surprises de cette année.

    Tout d'abord McG que même moi je craignais m'a vraiment surpris, avec un véritable respect pour le mythe, il nous image enfin sur ce que le jugement dernier et cette fameuse guerre contre les machines dont on nous parle depuis plus de vingt ans.
    Il est sûr que le film se termine sur une fin super ouverte, mais vu que le film est censé être le premier volet d'une trilogie, c'est plutôt logique.
    En éspérant que les maigres résultats au box office ne vienne pas compromettre ça.
    Le casting est vraiment excellent, Christian Bale est vraiment bon en leader de la résistance (qu'il n 'est pas encore tout à fait), mais je dois avouer que j'ai vraiment été impressionné par les rôles de Marcus Wright et Kyle Reese, lkes deux seuls personnages auxquels ont s accroche vraiment.
    En effet, on sent trés fortement que leurs rôles respectifs ont été trés élaborés dés le départ.
    La petite décéption tenant au fait que le reste du casting est quasi similaire à de la figuration.

    Mcg a vraiment insuflé un rythme endiablé au métrage, on décroche pas une seule seconde, le visuel est impressionnant, et tout le bestiaire robotique est impressionant.

    Gros point positif et non des moindre, la musique, si Danny Elfman fait rarement du mauvais travail, je dois dire que là, on frole l'exceptionnel, le nouveau théme de la saga est héroïquement à tomber par terre.

    Si beaucoup se dise déçu, c'est peut être compréhensible, car il y a une réelle différence de ton, si le final n'est pas sans défaut, il a le mérite de nous offrir les images que l on attendait, le caméo de Schwarzenneger est tout bonnement excellent, techniquement et scénaristiquement parlant.

    Le film apporte une nouvelle visoin à l ensemble de la saga, l'humour s'efface au profit d'une ambiance plus sombre et et dont on est sûr de rien.

    Il faut vraiment que la suite soit mise en chantier, ce qui fera que le film prendra en valeur.
    Pas un bide, ni un échec, juste un film mal sortie par ses producteurs et peut être un peu trop coupé.
    La saga Terminator n'est pas finie et la guerre ne fait que commencer .....I'll be back
    comcisland, le 10 juin 2009 20:47
    90

  • Je suis entièrement d'accord avec ta critique 'nashtulsa'.
    Vivement la suite.
    Avec le recul, j aime encore plus le film, vivement le dvd et les scènes coupées ( on parle de 30 mn).
    Encore merci à Danny Elfman pour la grandioses musique du film.
    comcisland, le 12 juin 2009 19:57
    90

  • Depuis 1991, on croyait qu’il n’y avait plus rien à voir, que James Cameron s'était occupé de la circulation en même temps que John et Sarah Connor avait fait le ménage chez Skynnet. Bon, le ‘roi du monde’ était revenu à ses premières amours cybernétiques le temps d’un T2-3D de parc d’attraction, film le plus cher de toute l’histoire du cinéma en vue de sa durée. En fait que neni, l’humanité était et reste toujours sous la menace de la machine.
    Personne n’espérait grand chose de Terminator 3. Ce fut une fulgurante surprise, notamment pour une Kristina Locken qui n’avait pas à rougir devant Robert Patrick ( mais comment une TX pourrait elle rougir face à un T1000 de toute façon ?) et un apocalyptique final inattendu. Dès lors la brèche était ouverte pour un T4 ( avec ou sans Monsieur Univers, avec ou sans Cameron aux commandes) qui se passerait dans le futur, avec des hordes de robots qui écraseraient des montagnes de crânes humains. Mais que ne fut pas la ( mauvaise !) surprise à l’annonce que le metteur en scène allait être McG ! En effet, si Jonathan Mosthow n’est pas particulièrement un visionnaire, c’est un réalisateur solide, un bon technicien qui a fait d’excellents films comme U 571. En revanche, McG est connu pour avoir pondu deux bobines absolument indigestes que sont Charlie’s Angels 1 & 2, dont le seul intérêt était les prestations toujours aussi bonnes de Bill Murray et de Tim Curry dans le 1 ( ça veut tout dire pour le 2 !). Le reste n’était qu’une réalisation clinquante à l’aspect clip avec couleurs criardes et ralentis, scène de baston façon Tigre et Dragon ( ou Matrix, film plus ringard tu meurs !) et musique recyclée. On pouvait légitimement s’arracher les cheveux en se disant que les producteurs étaient devenus fous en confiant un tel joyau à un clipper qui aurait tôt fait de transformer son film en une gigantesque pub pour AK47 avec ralenti de John Connor tournoyant dans les airs une mitraillette dans chaque main sur une chanson de Britney Spears. On avait peur et on avait tort ! Car McG s’en ai finalement bien tiré et le film est tout à fait regardable, sans qu’on se croit sur MTV.

    Les premières minutes sont à ce titre éclairantes. Le générique est dans la tendance de la saga, quoiqu’un peu « poussé » et que la musique de Danny Elfman un peu lourde ( c’est un point négatif d’ailleurs, car sa musique est seulement un accompagnement discret au long du film). En revanche les deux premières scènes sont excellentes. Un dialogue « basique » entre deux personnages et une scène quasi muette. Et pourtant c’est très soigné, très adulte, pas clippé pour deux sous. Le reste sera du même acabit.

    En fait la mise en image est personnelle, sans être ce qu’elle fut sur les ‘Drôles de Dames’. Et c’est ce qui pourrait ne pas plaire aux fans purs et durs du Terminator.
    Comme Jonathan Mosthow s’était approprié son film sans singer James Cameron, McG s’approprie l’univers du Terminator sans singer ni l’un ni l’autre de ses prédécesseurs. Si on se situe dans une continuité ( à relativiser) des trois ( ou quatre si on compte T2-3D) films, l’univers visuel est propre au film et n’a finalement pas grand chose à voir avec ses prédécesseurs. Là où James Cameron développait un univers urbain froid et bleuté, là où Jonathan Mosthow développait un univers réaliste très brut, McG voit plus loin dans l’aspect réaliste de ce qu’il montre dans une atmosphère post-apocalyptique très sèche à base de paysages déserts ou en ruine à la végétation rase, aux images d’un beige très texturé. Bien sûr, cela n’est pas sans rappeler Mad Max ou Resident Evil 3. Mais cela a au moins le mérite de ne pas faire du Cameron là où tout le monde voudrait du Cameron !
    En effet, tout fan qui se respecte a toujours rêvé de voir un épisode de Terminator se passer dans le futur pendant le guerre contre les machines, c’est à dire de voir pendant deux heures ce qu’on a pu entrevoir le temps de quelques scènes dans T1, et surtout dans T2 ( le début) et dans T3( l’ellipse où John Connor se souvient), avec des armées d’endosquelettes tirant avec leurs fusils laser, appuyés par des forces aériennes et des tanks qui tirent dans tous les sens. Le tout bien entendu avançant sur des tas de débris humains et autres par une nuit noir éclairé de zébrures bleues. Une version longue de T2-3D donc ! L’univers visuel de T4 était défini à l’avance dans les autres films, direz vous ? Eh bien justement, c’est le pari qu’a pris McG de ne pas faire ce que les autres ont fait avant lui et de faire au contraire quelque chose qui lui était propre. Les robots et autres machines ne sont donc pas briqués pour faire ressortir leur chrome, ils sont au contraire usagés et sales. C’est très courageux de sa part, et si des fans pourrons vouloir lui taper dessus pour cette trahison, on ne peut que le féliciter pour cette intégrité artistique.

    En fait, le film en déconcertera plus d’un, car outre l’aspect visuel, c’est tout le film qui est en complet décalage avec les autres films de la saga. Ne serait ce que du point de vue de l’intrigue.
    Les autres Terminator sont tous basés sur le même ressort dramatique. Un méchant robot est envoyé du futur pour tué dans l’œuf la résistance avant même la guerre, un protecteur est lui-même envoyé du futur pour protéger la cible et ensemble ils vont fuir jusqu’à éliminer le robot tueur. Le tout se basant dans un univers de tous les jours. Ici ce n’est pas le cas. D’une c’est un film qui se passe dans le futur après la guerre ( T2 se passait dans un futur pas très lointain et finalement comparable au présent). De deux, il n’y a pas ici de voyage temporel, ni de robot envoyé pour tuer qui que ce soit. La stratégie de Skynet étant nettement plus subtile. Il n’y a d’ailleurs pas de méchant terminator.
    Comme pour d’autres films contemporains, l’intrigue est passablement compliquée et on ne sait pas vraiment où on nous emmène. Pour le meilleur et pour le pire. Il y a des sous-intrigues, là où les autres films étaient infiniment plus simples. John Connor est ainsi occupé à rechercher son père, la résistance organise une contre-attaque massive, un inconnu veut rejoindre la résistance, Skynet tisse sa toile pour le moins nébuleuse…C’est finalement un peu confus et on se demande à quoi servent tous ses éléments scénaristiques qui, à force, aboutissent à des incohérences et invraisemblances.

    Ainsi en est-il du personnage de Marcus. Il est d’une richesse beaucoup plus importante que ses prédécesseurs, mais sa nature est pour le moins suspect jusqu’à la révélation. Il nous apparaît comme une sorte de Frankenstein, hurlant dans la nuit, se débarrassant d’une sécrétion gluante, prenant les vêtements d’un gars qui se trouve là. Etrangement résistant à un crash où personne ne pourrait résister, il n’en sort sans une égratignure. On se dit qu’il y a anguille sous roche. Puis sa véritable nature est révélée et ceci n’est pas sans poser de questions. A ce sujet le film est intéressant, quoiqu’il aurait pu l’être beaucoup plus, si d’autres éléments avaient été développés.
    En revanche, en ce qui concerne son utilisation par Skynet, on y croit pas une seconde ! Déjà, la révélation via écran interposé et le jeu caricatural d’une Helena Boham Carter de synthèse, rendent cette scène particulièrement ridicule. Mais comment croire qu’il a tout fait exprès comme Skynet avait prévu, puisque son histoire relève de la succession parfaitement aléatoire de rencontres et d’événements, nullement contrôlés par Skynet ? C’est parfaitement invraisemblable. Il ne serait pas aller à L.A., il n’aurait pas prit la bonne rue, il n’aurait pas croisé la route du T600 qu’il n’aurait pas pu accomplir sa soi-disant mission !

    Là n’est pas la seule invraisemblance du film. A ce titre, on ne comprend pas comment, alors que Skynet a enfin mis la main sur John Connor, le T800 fait mumuse avec au lieu de lui arracher tout de suite la tête ! Non, il avance, joue des muscles, se prend pour un squelette de Jason et les Argonautes, fait de la boxe avec J.C., mais tarde à le tuer. Franchement pas efficace ce robot tueur.
    D’ailleurs pourquoi faire tout ce cirque pour attirer J.C. dans un piège grâce à l’espion de Skynet ? Pourquoi l’espion de Skynet ne règle-t-il pas le problème lui-même ?
    Autre invraisemblance, Skynet veut mettre le main sur le père de John Connor. Il kidnappe Kyle Reese. Et qu’est-ce qui lui font ? Rien ! ! ! Avant Skynet envoyait dans des T800 ou T1000 pour tuer des cibles. Là il a la cible dans son usine et que fait Skynet ? Il le met dans une pièce à part à attendre que son fils viennent le délivrer. Un Terminator tuerait Kyle Reese et tout serait terminer, mais non.
    Par ailleurs le fait qu’il recherche Kyle Reese est en soi une invraisemblance. Seul John Connor connaît l’identité de son père, Skynet ne la connaît pas. Voir ainsi Terminator 1, où le même Kyle Reese annonce au psychiatre que le terminator ‘connaît seulement le nom de celle qui a mis Connor au monde’. Et Kyle Reese est inconnu au bataillon ! Comment Skynet pourrait-il connaître le nom du père de John Connor ? On nous l’expliquera peut-être dans T5…

    Ce qui nous est présenté d’ailleurs dans ce film présente des incohérences avec le reste de la saga, et en particulier avec le premier Terminator.
    Dans ce volet, quand Kyle sauve la vie de Sarah, il lui raconte son histoire dans la voiture. La guerre nucléaire et tout ça. Il annonce bien sûr qu’il connaît le fils de Sarah qui l’a envoyé pour la protéger du T800. Or, il dit clairement qu’il n’a pas connu cette guerre. Il est ici adolescent et le jugement dernier a eu lieu quelques années plus tôt. Il a donc connu l’avènement des machines. Ce qu’on voit d’ailleurs aussi dans la série, où Kyle et son frère voient les missiles s’élancer. De plus, quand il raconte son histoire, il dit qu’il a rencontré John Connor dans un camp de concentration où eux deux travaillaient ensemble avec d’autres au four crématoire. John Connor n’était d’ailleurs à ce moment là pas un héros. Skynet ne connaissait pas son existence, ni son identité. Il n’y avait pas non plus de résistance, ce n’est qu’une fois qu’ils se sont échapper du camp qu’ils ont monté la résistance. Ce n’est pas ce qu’on voit ici. La résistance existe, John Connor est connu du Skynet contemporain ( les robots de T1, T2 et T3 ne le connaissait que parce qu’il venait du futur post-T4), il n’a jamais été en camp ( du moins on nous le dit pas…), Kyle Reese non plus, et il se rencontre au moment d’une contre-attaque, alors que c’est John Connor lui même qui cherche son père. Alors que pensez de tout cela ? Kyle Reese aurait donc raconter n’importe quoi à Sarah Connor ( dès lors John Connor serait-il le héros ?)… Ou y a-t-il une autre explication ? En fait on sait bien que le Jugement dernier n’a pas eu lieu à la bonne date. Dans T2, Cyberdine est détruit, et tout prend du retard, et l’apocalypse a lieu plus tard à la fin de T3. On peut donc comprendre que Kyle Reese a finalement connu la guerre. Mais pour le reste ? Tout aurait été chamboulé, par cela, ce qui est physiquement probable. Difficile de savoir quoi pensez entre l’espace-temps modifié pour repartir de zéro, ou s’en accommoder pour faire n’importe quoi ?… A chacun son choix.

    Autre invraisemblance, le programme sur clef USB qui permet de contrôler les machines. Formidable, il rend les terminator inoffensifs ! Pensez vous que la résistance l’utiliserait ? Eh bien non ! Il est testé sur une anguille métallique, puis un patrouilleur. Mais personne n’aurait l’idée de l’utiliser contre l’espion qu’on ne fait qu’attacher. Pas plus que J.C. ne l’utilise contre les T800 dans l’usine, ou contre tout Skynet. Il s’en sert juste pour conduire une moto. On se demande d’ailleurs comment, puisqu’il n’y a aucune pédale, ni guidon, ni rien. Une bonne idée qui tombe à plat.

    Il y a beaucoup d’éléments qui parsème le film et qui sont sous-exploités.
    On nous présente la résistance et ça laisse une impression de déjà vu. On pourrait se croire dans la série V, où les aliens reptiliens seraient remplacés par des cyborgs, avec un Michael Ironside qui y joue le même rôle ( hélas ses apparitions se résume à une poignée de scènes « d’état major »). Et ses images très brèves de résistants dans la forêt tropicale ( tiens le Jugement dernier n’y a pas eu lieu ?) donne une caution internationale au film un peu surfaite ( genre les deux trois scènes vite expédiées d’Indepence Day).
    Que faire des prisonniers du camp ennemi ? Voilà une question qui aurait pu se poser avec Marcus. Eh bien non, mis à part Blair qui le délivre, le questionnement ne va pas bien loin.
    On aurait aussi pu espérer des réflexions sur l’esclavage, les travaux forcés et la déportation, et tout ce que cela sous-tend. En effet, on voit des prisonniers, raflés, conduits dans les camps de Skynet. Vision de l’horreur ? souffrances mentales et physiques ? Non, on ne voit rien ! Un prisonnier essaient de s’échapper, il se fait éliminer et c’est tout. On ne verra rien, on ne devinera rien de la violence qui s’y déroule. On ne sera pas plus qui sont ces silhouettes qu’on aperçoit au fond de l'image, homme ou machine ? T4 serait-il un film négationniste ou tout du moins un film qui se voile la face ?

    L’un des problèmes majeur du film, et de bien d’autres films contemporains, est d’être un film complètement édulcoré, pas violent pour deux sous. Pas violent Terminator 4 ? Non, il ne l’est pas, ou tout du moins bien moins que les trois autres qui l’ont précédés. On ne voit pas de mort violente à l’écran. Pas de sang. Malgré la furie de la scène de destruction de la station service par une sorte de transformer lanceur de motos, on voit des explosions de camionnettes et de camping car, là où leT800 flinguait tout un commissariat avec de l’hémoglobine à foison, là où le T1000 embrochait à tout va, là où le TX passait son bras au travers du corps d’un policier pour conduire une voiture. En fait le seule mort montrée du film est celle du prisonnier qui essaie de s’échapper, mitraillé par un T600. D’ailleurs les T600 qu’on voit sont de gros balourds.
    En fait on voit surtout des terminator se faire ratatiner plus qu’autre chose. Rien que l’arrivée de J.C. en hélicoptère, pied de nez ou hommage inversé au début de T2 où un pied écrase un crâne.

    Enfin, parmi les points positifs, car si la présente critique met surtout le doigt sur les défauts du film, il ne s’en révèle pas moins être plein de qualités, il ne faut pas oublier de citer l’apparition final du T800 sortant de sa boite tel un diablotin cybernétique. Ces dernières minutes du film nous replonge complètement dans la saga Terminator, avec une scène qui n’est pas sans rappeler le final de T1, T2 et T3, y compris sur le plan du cyborg. Etonnant comme on se croirait revenu à 1985 ! Les effets sont sur ce plan une réussite totale, et si on pouvait s’attendre à un moment ou à un autre à un hommage de ce genre, il arrive comme une surprise et on est ravi de retrouver ce bon vieux T800.


    Alors que garder de ce T4 que l’on redoutait ? A l’inverse d’autres films qui garde le décorum d’une saga pour mieux en pervertir l’esprit et en tirer un simple divertissement ‘bête et méchant’, ce nouveau volet de Terminator fait table rase de l’imagerie et du modèle scénaristique des trois autres films pour aboutir à une œuvre personnelle riche en réflexion.
    On peut hélas déplorer des incohérences et des invraisemblances, être énervé par un casting qui n’a rien à voir avec les autres films ( Christian Bale n’est pas mauvais, au contraire, mais son jeu est quelque peu crispé genre « commando dur à cuir », et ça devient lassant de ne jamais voir le même interprète de John Connor après les excellents Edward Furlong ou Nick Sthal, de même on déplore l’absence de l’excellente Claire Danes), trouver les séquences d’action trop longues et un peu trop « grosses » alors que dans le même temps des éléments dramatiques sont sous-exploitées.
    Il n’en demeure pas moins que cet opus, reste dans l’esprit dans la lignée des autres films de la saga, notamment par son humanité et les questions qu’il pose sur la nature de l’Homme.
    guitou, le 16 juin 2009 11:53
    60

  • Je trouve vos critiques assez injustes , ce film est parfait !
    C'est en tout cas celui qui m'a le plus accroché des 4 . Je trouve par ailleur que l'équipe qui a réalisé ce film a vraiment respecté l'esprit des autres épisodes dans tous ses détailles et j'espère que la suite sera de la mème trempe . P
    our Schwartzi (que j'adore) c'ètais un peu normal finalement qu'il ne participe pas à cet épisode et je trouve excellent la façon d'introduire par la suite la transision entre le T600 (assez maladroit) et Le T800 ,on ne pouvais pas créer le modèle parfait des le début , logique !
    En tout cas je trouve qu'ils ont fais preuve de beaucoup d'immagination dans cet opus et ça nous a révélé plein de choses nouvelles et intéressantes sur le futur ,une bonne bouffée de fraicheur et bravo pour le dising des vaisseaux et des robots ! Vivement la suite !
    zizmartinel, le 21 juin 2009 17:51
    100

  • Je Comprends qu'il y ai des incohérences par raport au premier film de terminator dans le scénario , mais il y a quelquechose à prendre en compte !
    Vu la visite de plusieurs terminators dans le passé et le fait que skynet a été retardé dans son évolution ,grace aux diférentes Victoires de John et Sara ,le dévelopement de Skynet à été un peu perturbé , la date du jugement dernier a aussi été retardé entre temps non ?
    Donc , le passé ayant été changé le futur actuel n'est logiquement pas le mème que celui qu'a quité Kyle !C'est un futur paralèle en quelque sorte !
    A part ça le film nous permet de nous poser beaucoup de question sur les voyages dans le temps et je trouve cela super intéressant !
    martinelch, le 21 juin 2009 18:17
    100

  • On l'attendait ce film! La fin de T3 nous mettait l'eau à la bouche et nous visualisions déjà cette guerre tant attendue...
    Si l'image est tout simplement fantastique, le scenario quant à lui... euh justement, il n'y en a pas! Et le film est rempli d'incohérences.
    1) L'histoire de Marcus Wright est peut-être originale, mais elle ne tient pas la route du tout. Un homme-machine... Les scénaristes ont cru qu'ils travaillaient sur RoboCop ou quoi? C'est la guerre des hommes contre les machines, il n'y a pas d'ambiguïté là-dessus!
    2) T4: Ne sors pas la nuit, les C-T ont des capteurs infrarouges, c'est mieux de sortir le jour / T1, Kyle Reese: Le jour on ne sort pas...
    3) Comme l'a déjà dit la critique du film sur ce site, le caméo de Schwarzenegger est peut-être bien fait, j'avoue, mais il est complètement illogique, car Kyle Reese n'est pas censé reconnaître le Terminator dans T1.
    4) Pour finir, une fin complètement naze, à la Happy-end. Prends mon coeur! Mais bien sûr...
    J'ai entendu qu'ils travaillaient sur une autre fin où John Connor devait mourrir et où on mettrait sa peau sur un T-800. Mon Dieu...

    Un bon point cependant au lien avec T1, John Connor écoutant les cassettes de sa mère. Par contre, les clins d'oeil commencent à être barbants Viens avec moi si tu veux vivre et je reviendrais tiennent maintenant de la comédie.
    Pour conclure, un film de bourrin sans scenario et couvert par des beaux effets speciaux. Esperons que le 5 soit mieux, et il est censé se dérouler en 2011, soit 7 an avant le 4, ce que je ne comprends pas non plus.
    Angelo, le 21 juin 2009 21:54
    40

  • Bonne critique qui sonne juste du début à la fin, donc peu d'intêret à répéter la même chose.
    Je dirais juste qu'à part Marcus Wright et son épopé tout au long du film, tout le reste est plat.. inintéressant...
    Et à mon sens, vu que les scénariste
    ont clairement mis en avant ce personnage, il aurait été plus judicieux de creuser davantage sur son histoire, et (Attention Spoiler) il aurait pu être une pièce maitrêsse pour les autres volets.
    D'ailleurs il est dommage de voir des personnages comme Angelo (cf: au-dessus) dire qu'il est incohérent car sans lui le film serait une pure daube, je l'embaucherai pas comme scénariste personnellement ;)

    Vais me permettre de remonter les bretelles de l'auteur parce que ça m'énerve...

    Une erreur, Kyle Rise ne voit pas Schwarzenegger, au moment où il apparait de loin, il se fait explosé instantanément par Connor et devient squelette de métal, alors
    faudra m'expliquer comment il est sensé le reconnaitre dans T1? aucune incohérence par rapport au premier donc, c'était un peu la critique gratuite là. (Même erreur pour Angelo au-dessus donc, bon en même temps je viens de le voir en BlueRay)

    Puis une énorme erreur, c'est une honte de cracher sur T2, je cite Ainsi, contrairement à Terminator 2 et 3, qui copiaient sans honte la structure scénaristique du film original..
    c'est James Cameron le scénariste du premier et du deuxieme volet, et tu le critiques parce qu'il s'est honteusement auto-copié ? lol va révisé tes classiques avant de venir faire
    des critiques et de jeter la pierre sur Cameron, sachant que sans lui aucun Terminator n'aurait vu le jour, respecte-le Cow-boy avant de déguéné!
    PuLP, le 14 novembre 2009 19:52
    70

  • Je fais un passage sur ce site après un long moment d'absence et je vois ton commentaire. Tu peux relire le mien 10x, je ne critique à aucun moment Cameron, je ne sais pas où tu as vu ça (c'est justement parce que ses 2 opus étaient énormissimes que je ne pardonne pas les incohérences d'un autre réalisateur dans la série). J'ai dit Par contre, les clins d'oeil commencent à être barbants Viens avec moi si tu veux vivre et je reviendrais tiennent maintenant de la comédie. Cela veut dire que dans T2, les clins d'oeil étaient bien vus, et que maintenant ça en fait trop. Ensuite comment tu te permets de me remonter les bretelles, tu es qui? On est tous là pour donner son avis, certains ont aimé, d'autres non, alors donne ton avis sur le film et point barre.
    Angelo, le 20 juillet 2010 13:31
    20

  • T4 est largement supérieur a la bouse de Mostow. Restons sérieux s'il vous plaît. Difficile de faire pire que T3.

    Du reste bon film émaillé de nombreuses incohérences (temporelles et scenaristiques).

    Par contre l'auteur Vincent L tu te tripotes. L'hyper violence et la noirceur de T1. Euh ou ça ? Encore un adepte du les premiers films sont meilleurs ......

    T2 est a tout point supérieur a T1. Fx, ambiance,réalisation. C'est plutôt T2 qui est hyper violentpour reprendre ton thème débile. Les exécutions du T-1000,le T-800 qui se charcute le bras,le rêve de Sarah etc....

    Bref T4 est un bon film.
    Mika, le 1er novembre 2010 17:57
    70

  • Un Terminator qui tente une approche nouvelle du mythe après deux épisodes singeant sans vergogne le premier. Terminator Renaissance fait plutôt bonne figure même si McG n'est pas Cameron, la réalisation souffrant d'approximations et le scénario d'incohérences. Néanmoins l'histoire fonctionne bien, l'atmosphère respectant scrupuleusement l'univers apocalyptique de la série. Au final le résultat n'a rien de transcendant mais le film se présente sous un meilleur jour que son prédécesseur et c'est déjà pas si mal.
    G7K, le 20 mai 2013 18:52
    70

Personnages de fiction de Terminator Renaissance

Autres films de la même oeuvre Terminator

Informations complémentaires sur Terminator Renaissance