75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Voir la fiche Shining [1980]
Oeuvre Shining >

Shining - Citations & Slogans

Film réalisé par Stanley Kubrick. Etats-Unis d'Amérique


80

Cette page rassemble les répliques cultes, les citations principales et les slogans publicitaires du film Shining. Grâce à ces citations vous pourrez vous faire une idée du ton du produit. C'est aussi le meilleur moyen de se rappeler des meilleurs moments du film. Quand aux slogans promotionnels, ils sont souvent courts et directs, de quoi résumer en une phrase toute une œuvre.

Coucou chérie !


.

Papa est rentré !


.

Mon prédécesseur avait engagé un homme du nom de Charles Grady pour le gardiennage d'hiver. Il est arrivé ici avec sa femme et ses deux petites filles d'environ 8 ou 10 ans. Il était réputé compétent, avait de bonnes références et, à en croire les gens, il semblait être absolument normal et inoffensif, mais à un moment donné, au cours de l'hiver, il a dû être victime, le malheureux, d'une espèce de dépression nerveuse, il est devenu furieux. Il a tué sa famille avec une hache. Il a soigneusement éliminé les corps dans une des chambres de l'aile ouest. Puis il a placé le double canon de son fusil dans sa bouche. La police pensait qu'il s'agissait de ce que les vieux de la vieille appelaient "le mal des cachots", une forme de claustrophobie qui se manifeste quand les gens sont enfermés ensemble pendant trop longtemps.


.

- Tony, tu crois que papa va être engagé ?
- C'est déjà fait. Il va téléphoner à Wendy dans quelques minutes pour lui dire.


.

- Tony, pourquoi tu ne veux pas venir à l'hôtel ?
- Je sais pas.
- Si, tu le sais. Dis-le moi. Je t'en prie.
- Je veux pas te le dire.


.

- C'était quoi le groupe Donner ?
- C'était un tout petit groupe de pionniers dans des chariots au temps de la ruée vers l'or. Un hiver, dans la montagne, ils furent bloqués par la neige et durent avoir recours au cannibalisme pour pouvoir rester en vie.
- Tu veux dire qu'ils se sont mangés entre eux ?
- C'est la seule issue pour essayer de survivre.


.

- Je me rappelle lorsque j'étais encore tout môme, ma grand-mère et moi avions des conversations des heures entières sans jamais avoir ouvert la bouche. Elle appelait ça le "Shining." Et pendant longtemps, j'ai cru que nous étions les 2 seuls à avoir le "Shining." Comme toi, tu as cru sans doute que tu étais le seul. Mais d'autres ont ce pouvoir, quoique la plupart l'ignore ou ne veut pas y croire. Il y a longtemps que ça t'es venu? Pourquoi tu ne veux pas en parler ?
- Parce que j'ai pas le droit.
- Qui dit que tu n'en as pas le droit ?
- Tony.
- Qui est Tony ?
- Tony est le petit garçon qui vit dans ma bouche.
- Est-ce que Tony est celui qui te raconte des choses ?
- Oui.
- Et comment il te les raconte ?
- C'est comme si je m'endormais et il me montre des choses, mais quand je me réveille je me rappelle pas tout ce que j'ai vu.


.

Tu vois, peut-être que des évènements passés peuvent laisser une autre sorte de trace derrière eux. Non pas des traces que tout le monde peut voir, mais des traces que les personnes qui ont le "Shining" peuvent voir. De même, elles peuvent voir ce qui ne s'est pas encore produit et parfois elle peuvent voir ce qui s'est passé il y a très longtemps. Je crois qu'un tas de choses se sont passées ici, précisément dans cet hôtel au cours des années, et pas toutes recommandables.


.

J'ai rêvé que je vous tuais, toi et Danny. Mais je ne faisais pas que vous tuer. Je vous découpais en petits morceaux.


.

- Monsieur Grady. Vous avez été le gardien ici.
- Je regrette de vous contredire, Monsieur, mais c'est vous qui êtes le gardien. Vous avez toujours été le gardien. Je le sais, car moi j'ai toujours été ici.


.

Les femmes, on ne peut pas vivre avec, on ne peut pas vivre sans.


.

Eh bien ça tombe à pic, c'est exactement ce que je cherche en ce moment. J'ai un nouveau très gros roman en préparation et... cinq mois de tranquillité c'est tout ce que demande !


.

Wendy, je vais t'expliquer quelque chose. toutes les fois que tu entres ici, tu m'interromps, tu perturbes ma concentration, tu me fais perdre le fil et il le faudra du temps pour reprendre là où j'en étais ! Tu saisis ?


.

Il semblait être ... absolument normal et inoffensif, mais, à un moment donné... au cours de l'hiver, il a dû être victime, le malheureux, d'une furieuse... il a tué sa famille avec une hache.


.

- Papa ?
- Oui ?
- T'es malade ?
- Non. Juste un peu fatigué.
- Alors, pourquoi tu dors pas ?
- J'peux pas. J'ai beaucoup trop à faire.
- Papa ?
- Oui ?
- Tu l'aimes, cet hôtel ?
- Oui. Bien sûr. Je l'aime bien. Pas toi ?
- Je crois...
- Bon. Je veux que tu te plaises ici. Je voudrais que nous restions ici à jamais. À jamais. À jamais.


.

Je n'ai jamais frappé le gosse, bordel ! Jamais ! Je ne toucherais pas à un cheveu de sa petite tête. Je l'adore, ce petit enfant de pute ! Je ferais n'importe quoi pour lui. Tiens, je me foutrais au feu pour lui. Cette pétasse ! Aussi longtemps que je vivrai, elle me laissera jamais oublier ce qui s'est passé. ... Je lui ai démoli le bras, d'accord ! Mais c'était un accident absolument involontaire. Ça aurait pu arriver à n'importe qui. Et il y a 3 bon Dieu d'années de ça. Et le petit Jean-foutre avait jeté tous les cahiers de mes élèves par terre. Tout ce que je voulais, c'était le remettre debout. Une perte momentanée de coordination musculaire, tu vois. Quelques petits kilos d'excédent d'énergie par seconde, par seconde !


.

Je ne te ferai rien. Wendy, ma chérie, éclatante lumière de ma vie, je ne te ferai rien. Tu ne m'a pas laissé finir ma phrase, je disais, je ne te ferai rien je vais simplement te défoncer la gueule, je vais te faire un grand trou par où je t'enfilerai.


.

Petit cochon, petit cochon ouvrez moi donc. De me refusais l'entrée, il n'est pas question. Sinon je soufflerai si fort que je ferai sauté la maison.


.

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras.


̶— Jack Torrance..

Redrum... Redrum... Redrum...


̶— Danny Torrance..

Je ne vais pas te faire de mal... Je vais juste t’éclater la gueule !


̶— Johnny..

C'est Johnny !!


.

Les slogans publicitaires de Shining

France

La vague de terreur qui balaya l'Amérique est là

Slogan Publicitaire sorti en 1980

Si vous avez aimé ce contenu, n'hésitez pas à le partager auprès de vos amis ou de vos proches.