75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Oubliés d'Ushtâr
Les Oubliés d'Ushtâr >

Critique du Roman : Les Oubliés d'Ushtâr

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mardi 28 août 2018 à 1639

Un premier roman prometteur

Voici un roman édité dans une petite maison d'édition qui mérite le détour. Les oubliés d’Uschtâr est un roman unique qui se présente plus comme le début d’un cycle de space opera à l’ambiance particulière : un planète opéra où gamins des bas-fonds et élue du peuple se retrouvent mêlés suite à une attaque imprévue.

Ushtâr est une planète océanique des confins d’une galaxie lointaine. Sur cette planète, une civilisation millénaire patricienne s’est développée, une utopie basée sur des élus porteurs de gemmes dont celle de la mémoire de leur peuple. Des légendes racontent qu’un des élus pourra devenir l’Arme vie, l’être capable de contrôler la vie.

Albâr est une planète dirigée par une société misogyne violente qui rejette l’humanité des femmes et valorise le guerrier et la virilité. Cette société forme des nadjams, des soldats invincibles ou presque. Cet empire militaire se jette violemment sur la planète d’Ushtâr et en quelques heures, celle-ci est vaincue et asservie. Lors de l’attaque, le détenteur de la mémoire de son peuple cède sa place à une femme. Le prince d’Albâr ne peut alors pas la tuer mais il est difficile de négocier avec une femme, c’est incompatible avec sa culture. Et pourtant, il va devoir faire des concessions car pendant la nuit, une jeune fille s’est enfuie, une élue, une infant capable de porter les gemmes de vie, la seule survivante. Pour cet homme, l’affaire est claire : la fille est l’arme vie et il lui faut s’il veut prendre le contrôle de son empire dont il est seulement le prince depuis trop longtemps. Il est prêt à tout pour la posséder.

Une troisième planète entre également en jeu mais je n’en dévoilerai pas plus. Chacune a ses particularités, son ambiance et sa culture associée. Les noms des lieux et des personnages ont une consonance exotique, indienne peut-être. Les descriptions sont très belles et les textes qui accompagnent les chapitres fins et poétiques. Le style élégant varie selon les personnages et la culture concernée, doux comme cinglant, cela surprend à la lecture et renforce la diversité des points de vue.

Ce roman enchaine les événements mais cela reste classique, et nous confrontent à deux niveaux d’histoires : les intrigues et manipulations politiques entre Albâr et Ushtâr, et à la société malsaine des envahisseurs, et de l’autre côté à la fuite de Gul-Yan, l’infant qui va découvrir qu’Ushtâr n’est pas non plus le paradis qu’elle pensait. Ses bas-fonds sont sordides et les malheureux qui y vivent y sont oubliés par les gens des hautes sphères. L’utopie d’Ushtâr n’est pas ce qu’elle semble être. D’ailleurs le titre du livre fait référence entre autres à un jeune garçon qui va aider notre héroïne, surprenant que ce soit le titre du livre car son rôle est non négligeable mais secondaire. Quant à notre héroïne elle souffre et subit la quasi-totalité du roman ce qui lui arrive, presque jusqu’à la fin. Les personnages secondaires sont finalement plus intéressants dans leur crainte et dans leur perversion. La traque est elle-aussi tendue et passionnante. Puis le roman accélère et ce qui aurait pu être une saga s’achève par un épilogue qui est ce que j’aurai voulu lire, l’histoire que j’attendais qu’on me raconte.

La conclusion de

Les Oubliés d'Ushtâr est un bon premier roman de planète opéra qui ravira les fans du genre. Avec une ambiance exotique, il déroule une intrigue plutôt classique mais qui fonctionne grâce à un rythme soutenu et des personnages variés. Le style de l'auteure est élégant et varié, parfois poétique, parfois cinglant. On aurait aimé que ce soit l'introduction d'une saga, les ambitieuses civilisations développées ici ayant du potentiel. 

Que faut-il en retenir ?

  • Style élégant et varié
  • Un univers riche aux civilisations originales

Que faut-il oublier ?

  • Intrigue classique, et l’impression d’en être qu’à l’introduction d’une saga

Acheter Les Oubliés d'Ushtâr en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Oubliés d'Ushtâr sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+