75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Recueil de nouvelles : Dyrméa
Dyrméa >

Critique du Recueil de nouvelles : Dyrméa

Avis critique rédigé par Kathleen A. le samedi 23 juin 2018 à 0900

Dyrméa, ou l’imaginaire collectif

Je suis la forme cachée dans les ombres, celle que l’homme oublie après chacun de ses pas, je suis celui qui sait mais que personne ne voit. Je suis celui qui cherche et qui se fourvoie, dans l’ivresse et les bras de celle qui n’est pas ce qu’on croit. Je suis l’ogre solitaire qui ne comprend pas, et qui trouve la joie où il ne l’attend pas. Je suis les curieux remplis d’innocence qui braveront les cieux pour avoir la chance de découvrir l’envers et la vérité de ceux qui ont souffert. Je suis les amants qui ravagent la beauté pour le goût des trophées sans tendre l’oreille vers la flûte des merveilles. Je suis le garçon qui mourra par la faim, où sous les coups de celui qui aurait dû jurer de toujours le protéger. Je suis l’esprit oublié d’une époque passée. Je suis l’homme qui ne demande qu’à vivre, entre rêve et cauchemar d’un tyran que la richesse enivre. Je suis le mutilé qui ne veut qu’avancer pour échapper à sa destinée. Je suis tout cela en un, imaginaire d’écrivains réunis en son sein dans un recueil de nouvelles.

 

Pour des éditeurs amateurs et bénévoles, Elenya éditions nous offre un bien joli livre. La couverture est magnifique et plonge déjà le lecteur dans un monde imaginaire : une créature légendaire -un dragon peut-être- composé de matériaux et de pierres précieux. Les tons verts omniprésents nous rappellent l’émeraude et intensifient la beauté de la créature. La couverture est d’une parfaite rigidité, les pages sont agréables au toucher et d’une épaisseur idéale. Les chapitres sont bien définis et débutent toujours par le titre de la nouvelle accompagné d’une illustration. Une jolie pièce en soi.

 

Bien que le contenant soit joli, je suis bien plus mitigée sur le contenu. Les nouvelles s’enchainent sans se ressembler, sans autre point de similitude que « l’imaginaire », toute époque confondue, toute réalité alternative confondue, toute fondation d’univers confondue. Nous nous retrouvons donc aisément perdus entre chaque nouvelle avec la difficulté d’oublier la précédente pour comprendre la suivante, sans répits réel puisque certaines sont parfois particulièrement courtes. Quant aux histoires… Même si parfois l’idée de fond est intéressante (bien que rarement innovante), la forme n’atteint pas nos espérances. Le rythme est souvent inégal avec des passages bien trop longs et d’autres rapidement expédiés. Le style d’écriture n’est pas assez travaillé également et l’amateurisme est trop majoritaire pour un livre qui essaie de se faire une place dans la cour des grands. Néanmoins, avec un peu d’efforts, je suis certaine qu’ils y arriveront.

La conclusion de

Un recueil inégal sur bien des points, peut-être corrigés dans une possible future réédition ?

Acheter Dyrméa en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dyrméa sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+