75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Abigaël, la dernière nuit sans sommeil #1 [2018], par Nathalie Z.

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le vendredi 22 juin 2018 à 09h00

Quand une Alice insomniaque plonge dans un univers très sombre !

Abigaël, la dernière nuit sans sommeil est le premier roman d'Alexandra Ourse, une jeune auteure que j'ai eu le plaisir de rencontrer et de lire. Ce roman est surprenant de lyrisme et d'érudition. Il rappelle par ses thèmes les aventures d'Alice au pays des merveilles écrites par Lewis Caroll, en moins psychédéliques, ou encore celles de Coraline par Neil Richard Gaiman, mais avec plus de noirceur.

 

Abigaël a huit ans, elle est jeune et n'a pas la vie facile... au point d'en avoir perdu le sommeil. Elle ne dort plus, du tout. Elle ne se rappelle plus de la dernière nuit pendant laquelle elle a dormi, elle est épuisée, elle ne tiendra plus longtemps. Elle décide alors dans un dernier sursaut d'espoir de partir à la recherche de ce sommeil qui a disparu.

Elle entre alors dans un univers sombre, étrange, effrayant. Sa traversée la mènera de forêts terrifiantes à un temple japonisant, d'un monde steampunk au cabinet de curiosités d'une cruelle dame. Ses rencontres trop souvent violentes et l'atmosphère à la fois tragique et étouffante de certains lieux font de ce roman un vrai conte initiatique horrifique à tendance gothique, mais dans tous les cas à ne pas mettre entre les mains d'une enfant de huit ans. Parfois glauque, souvent triste, l'épopée initiatique de la jeune Abigaël ne vous laissera pas indifférent. classé roman jeunesse, je le destinerai plutôt à des adolescents (plus de 12 ans) et aux adultes.

 

Le style est dense, les descriptions très sensuelles: on voit, on sent, on touche ce monde étrange dans lequel le rêve cauchemardesque de la fillette prend vie. L'écriture d'Alexandra Ourse est riche, dense et le roman est jonché de références à la mythologie passionnantes. L'auteure parsème d'ailleurs l'ouvrage de notes à ce propos.

La conclusion de à propos du Roman : Abigaël, la dernière nuit sans sommeil #1 [2018]

Nathalie Z.
83

Abigaël, la dernière nuit sans sommeil, est un premier roman très réussi. L'écriture est maitrisée et dense, l'atmosphère oppressante et glauque. L'épopée dangereuse et étrange d'une fillette attachante ne vous laissera pas indifférente et vous fera peut-être même frissonner de peur !  A lire absolument si vous êtes fan de Lewis Carroll, Neil Gaiman ou encore Tim Burton !

Que faut-il en retenir ?

  • Une ambiance gothique horrifique très prenante
  • Un voyage surprenant dans un univers cauchemardesque varié 
  • Une écriture riche

Que faut-il oublier ?

  • Des moments durs et glauques
  • A ne pas laisser entre toutes les mains (surtout les petites)

Acheter le Roman Abigaël, la dernière nuit sans sommeil [#1 - 2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Abigaël, la dernière nuit sans sommeil [#1 - 2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+