75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord
Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord >

Critique du Jeu Vidéo : Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 30 mai 2018 à 0900

Bienvenue chez les Ch'tis.

Testé sur PS3.

La licence du Seigneur des Anneaux est des plus juteuses avec un univers bien plus riche que la simple adaptation de ce qui se passe dans les livres. Warner l'a bien compris et nous propose enfin une aventure inédite qui nous fait combattre au nord de la Terre du Milieu.

Pendant les sorties des films de Peter Jackson, Electronic Arts avait acheté les droits du Seigneur des Anneaux en l'adaptant avec plus ou moins de succès avant que Warner ne les récupère à la faveur de la refonte de New Line Cinema. Une opportunité pour Warner qui fit d'abord développer une Le Seigneur des Quête d'Aragorn de triste mémoire avant de confier aux Américains de Snowblind Studios le hack'n'slash La Guerre du Nord. Un choix logique car le studio s'est illustré dans le très sympathique Dark Alliance premier du nom ainsi que sur Champions of Norrath et sa suite. Des jeux solides faisant qu'on attendait le nouveau titre avec bienveillance malgré le choix de faire un hack'n'slash en vue à la troisième personne, ce dont on reparlera. Il est à noter que ce fut le dernier jeu du studio qui ferma ses portes un an après la sortie du titre en 2012. Une malédiction qui semble toucher beaucoup d'équipes ayant travaillé sur la licence...

Le parti pris de ce jeu est vraiment de s'écarter des films afin de proposer une aventure inédite tout en gardant évidemment l'esprit de l'adaptation de Peter Jackson. Les combats se déroulent donc au nord des Terres du Milieu dans des lieux plutôt inédits pour les amateurs de la saga. Vous incarnez un des membres, au choix, d'un trio aussi surprenant que complémentaire. Soit le ranger humain Eradan, soit l'elfe maître du savoir de Fondcombe Andriel ou le champion nain Farin d'Erebor. Un regroupement fortuit qui vous plonge en pleine guerre suite à l'arrivée des Cavaliers noirs en Comté... Votre quête débute à Bree où vous recevez des ordres d'Aragorn (qui attend l'arrivée des Hobbits comme dans La Communauté de l'Anneau) vous demandant d'explorer la vieille forteresse de Fornost infestée de gobelins et d'orcs qui travaillent pour l'étrange homme du Sud Agandaûr. Ce dernier se révèle être le chef des armées de Sauron dans les Royaumes de Nord et vous irez à sa poursuite. Un long combat qui vous fera passer par les Galgals, Fondcombe, la forêt de Mirkwood, le mont Gundabad ou encore la forteresse nain de Nordinbad...

Si l'histoire du titre se suit sans déplaisir, force est de constater qu'elle fait office de prétexte comme dans de nombreux hack'n'slash malheureusement. Aucune profondeur n'est apportée quant à la psychologie des héros ou les motivations des ennemis. La traque de l'ennemi est le seul but du scénario qui n'hésite pas néanmoins à faire du fan service. Vu les lieux visités, on croise parfois des héros de la trilogie avant qu'ils ne partent vers le Sud. On peut ainsi bavarder avec les membres de la Communautés et recevoir des ordres d'Elrond. Quelques personnages alors inédits pour la franchise viennent égayer notre parcours comme le magicien Radagast ou encore les aigles dont Beleram qu'on sauve au début de l'aventure et qui vient souvent nous prêter main forte. Le principal problème dans le scénario est la manière dont l'histoire est racontée avec des dialogues à choix multiples qui ne servent à pas grand chose si ce n'est ralentir le rythme du jeu... On peut quand même saluer les bons doublages français du titre dont les doubleurs officiels pour les personnages qui apparaissent dans les films.

L'un des paris du jeu est aussi d'avoir voulu composer une toute nouvelle partition et s'éloigner de celles composées par Howard Shore entendues à longueur de jeux depuis 2002. C'est Inon Zur qui s'y colle et le compositeur attitré de Snowblind s'en sort plutôt bien avec des compositions tout à fait dans le ton héroïc-fantasy. Le jeu a ainsi le mérite de proposer une ambiance propre aux écrits de J.R.R. Tolkien en restant fidèle à l'œuvre du maître de la fantasy moderne. Même idée pour les décors qui reprennent pourtant la direction artistique solide des adaptations de Peter Jackson. Les décors sont variées entre des monts enneigés, des forteresses en ruine, des landes désertiques ou une forêt infestée d'araignées. A ce titre les ennemis manquent parfois de diversité mais sont assez nombreux et de différents types pour s'amuser. On peut quand même regretter un manque d'ambition dans la mise en scène surtout lors des combats de boss qui manquent un peu de folie...

Il faut dire que le jeu n'est pas exempt de reproches techniquement. Pour commencer, les développeurs se sont basés sur une amélioration du moteur de jeu créé pour Dark Alliance sorti en 2001... On sent que le moteur se traîne un peu avec des textures pas toujours propres et quelques bugs d'affiches avec des problèmes de jointures grossières lors des animations de personnages. Néanmoins la direction artistique réussit à masquer ces problèmes avec des décors divers assez détaillés offrant un bon dépaysement tout au long de l'aventure. Le moteur à au mois le mérite de ne jamais ramer malgré le nombres d'ennemis et d'effets qui s'affichent par moment à l'écran. Ce qui est plus condamnable se sont en revanche les bugs qui existent et qui peuvent même faire en sorte qu'un script ne s'enclenche pas tout en corrompant notre sauvegarde. Assez rageant puisque cela est synonyme de restart complet sauf si vous êtes prêt à poursuivre sur la partie d'un autre en ligne... Enfin l'IA des ennemis est vraiment trop basique car ils se contentent de foncer dans le tas sans vraiment se protéger. Si vous jouez seul ou à deux, le reste de l'équipe sera contrôlé par l'IA qui pour le coup se révèle plus satisfaisante sans être transcendante.

Les développeurs ont donc décider d'orienter leur hack'n'slash sur la coopération en ligne et en local tout en offrant une vue de dos à la troisième personne contrairement à celle de haut habituelle du genre. Le pari est en parti réussi. Tout d'abord cette vue permet de vivre des affrontements plus intenses nous plongeant au cœur de la bataille. Mais cela s'avère frustrant contre des ennemis puissants et les boss car la caméra est assez capricieuse et on dispose de moins de visibilité d'ensemble dans les couloirs notamment. Cette vision correspond ainsi beaucoup plus pour un beat'em all où l'on peut enchaîner les combos dévastateurs. La Guerre du Nord se contente d'un coup normal et d'un coup fort avec la possibilité de parer et d'esquiver sans oublier les capacités spéciales. Chacun ayant évidemment les siennes à commencer par l'archer Eradan pouvant se rendre invisible aux yeux de l'ennemi pour mieux les contourner et les attaquer dans le dos. L'elfe aura des sorts offensifs comme défensifs, ciblés ou de zones, permettant à ses alliés de regagner de la vie. Le champion nain quant à lui pourra exécuter des cris de guerre le rendant résistant et enchaîner les coups dévastateurs. Toutes ces capacités peuvent donc être améliorées en gagnant des niveaux. L'aspect RPG est assez classique dans l'ensemble avec une progression logique des capacités générales et la spécialisation de notre héros selon ses capacités spéciales. Enfin le loot et les marchands seront là pour parfaire votre équipement que vous pourrez souvent améliorer avec des pierres spéciales.

Le gameplay quoique limité est loin d'être bourrin. Foncer dans le tas sans concertation ni travail d'équipe s'avère rapidement fatal surtout contre les boss. C'est pour ça que le titre prend toute sa saveur en multijoueur et s'avère souvent très fun. Les équipiers doivent élaborer quelques stratégies et souvent se venir en aide. Les ennemis de base s'éliminent facilement mais d'autres comme les uruk-hai et les trolls demandent un peu de coordination et de skill pour éviter leurs attaques puissantes. Même idée pour les boss qui pourront souvent vous donner du fil à retordre. Sans être excessivement dur, le titre s'avère quand même être un challenge satisfaisant. On peut néanmoins regretter une durée de vie faiblarde, pour le genre, une dizaine d'heures. Les plus acharnés trouveront des niveaux de difficulté supérieure comme la possibilité de faire des arènes où il faudra éliminer des vagues d'ennemis successives.

La conclusion de

Cette Guerre du Nord est un titre tout juste correct qui saura contenter les fans du Seigneur des Anneaux sans éblouir les amateurs de hack'n'slash. Le scénario vaut surtout pour son fan-service et les lieux inédits à visiter. De même que le gameplay manque un peu d'ambition et s'avère donc trop classique malgré son efficacité. L'aspect technique et la vue de dos peinent néanmoins à vraiment convaincre. Un titre à faire en coopération de préférence.

Que faut-il en retenir ?

  • Une adaptation fidèle avec un scénario original
  • Des décors variés bien travaillés
  • Très amusant à plusieurs

Que faut-il oublier ?

  • Une vue à la troisième personne pas toujours convaincante
  • Une IA ennemie aux fraises
  • Techniquement problématique

Acheter Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Seigneur des Anneaux : La Guerre du Nord sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux

En savoir plus sur l'oeuvre Le Seigneur des Anneaux