75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi
Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi >

Critique du Jeu Vidéo : Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi

Avis critique rédigé par Bastien L. le samedi 5 mai 2018 à 0900

La consécration du Roi

Testé sur PS2.

Pendant trois merveilleuses années (2001, 2002 et 2003), on attendait impatiemment le mois de décembre pour (re)plonger en Terre du Milieu grâce à la trilogie culte de Peter Jackson adapté de l'œuvre de J.R.R. Tolkien. Une attente qui fut d'autant plus difficile pour les gamers en 2003 puisque Le Retour du Roi allait faire suite aux Deux Tours, succès critique et public mérité de 2002.

S'il fallait bien trois films pour rendre hommage au Seigneur des Anneaux de J.R.R. Tolkien, il fallait au moins deux titre pour retranscrire l'ambiance et l'action des films de Peter Jackson. Sorti fin 2002, Les Deux Tours fut un véritable succès qui conforta le partenariat entre New Line Cinema et Electronic Arts. La décision est vite prise de finaliser une production qu'on imagine déjà entamée du Retour du Roi pour la fin d'année 2003. Une adaptation confié à un autre studio puisque les Californiens de EA Redwood Shores sont en charge le projet. Un studio assez jeune à l'époque puisqu'il s'agit de leur second titre après le sympathique James Bond 007 : Agent pris pour cible. Pour la petite histoire, le studio changea de nom en Visceral Games et se fera connaître en créant la saga Dead Space. Mais pour l'époque, il s'évertue à reprendre le même procédé que pour Les Deux Tours tout en apportant les améliorations de rigueur.

Les adaptation Electronic Arts du début des années 2000 assumaient complètement le fait qu'elles étaient des produits dérivées et tentaient rarement de vouloir conter d'autres événements que les récits des films. Un choix fait pour caresser le fan dans le sens du poil mais cet aspect n'empêchait pas un jeu de qualité comme Les Deux Tours l'a prouvé. Le Retour du Roi se contente de résumer dans les grandes lignes le film en usant abondamment des extraits qui sont souvent couplés avec le moteur du jeu reprenant la suite de la scène avant de vous plonger dans la guerre. Un procédé très efficace qui donne l'impression de prendre part aux batailles vues sur grand écran. Néanmoins, EA a fait un effort d'adaptation en étoffant un peu son titre avec le point de vue de Gandalf primant sur les autres. Chaque début de mission, et souvent sa fin, est narrée par le magicien qui nous rappelle les enjeux en cours pour les héros et ce qui se passe pour le reste de l'ancienne Communauté.

Ainsi le jeu mélange des moments des Deux Tours et du Retour du Roi puisqu'on démarre avec un tutoriel nous mettant dans la peau de Gandalf à la fin de la bataille du gouffre de Helm. Le reste des missions permet de suivre la destinée de Gandalf jusqu'à Minas Tirith d'un côté, celle du trio Aragorn, Legolas et Gimli partis chercher l'aide des morts et enfin celui de Sam devant fuir Osgiliath avec Frodon puis tenter de le sauver des mandibules de Shelob... Les trois storylines sont bien pensées et permettent d'offrir cinq personnages (plus trois à débloquer) jouables contre trois précédemment. De même, ces trois parcours différents permettent d'adapter au mieux l'intrigue du Retour du Roi puisqu'on suit plus de personnages dans plus de situations et surtout plus de lieux. On peut ainsi défendre Minas Tirith sur ses remparts avec Gandalf, se battre sur les champs du Pelonnor avec Aragorn et se frayer un chemin dans l'antre de Shelob avec Sam. Bien sûr les différents personnages n'ont pas les mêmes approches car le trio Aragorn, Legolas, Gimli est plus du genre à rentrer dans le tas alors que Sam tente surtout de passer inaperçu en éliminant seulement les ennemis si c'est nécessaire. Les grands moments du film sont donc bien là et on est pas déçu par les choix des développeurs quant aux niveaux à parcourir.

L'aspect technique est encore une des indéniables réussites du titre. Si le moteur de jeu reste le même, on sent qu'il a été amélioré pour afficher encore plus d'ennemis à l'écran et aussi truffer le décors de plus d'interaction. Les batailles sont donc dantesques avec des dizaines d'ennemis et d'alliés se battant. C'est d'autant plus visible quand on incarne Sam car on s'aperçoit du nombre de PNJ qui se battent entre eux sans qu'ils ne s'occupent de nous. Les graphismes rendent justice au film tout comme la direction artistique calquée sur celle des métrages. Les animations permettent aussi de retrouver les manières de se mouvoir et de se battre de nos héros comme des différentes races que l'on doit affronter. On est plongé avec bonheur dans l'action qui fonctionne encore plus grâce à l'utilisation de la musique de Howard Shore qui réagit toujours avec ce qui se passe à l'écran. Le titre bénéficie des doublages des acteurs en VO et de leurs doubleurs officiels en VF. Seules quelques voix VF comme celle de Gollum réussissent l'exploit de nous sortir un peu du titre tant on est happé grâce à un travail sonore irréprochable.

Pour profiter pleinement de telles batailles, il fallait que les développeurs nous donnent les mêmes armes que le premier opus. C'est évidemment chose faîte avec quelques améliorations appréciables en plus. EA a bien sûr gardé les bases de ce qui a fait la force des Deux Tours avant de confier la suite à un autre studio. Le titre est toujours un beat'em all façon Devil May Cry avec des environnements tout en 3D plutôt fermés où l'on progresse en éliminant des ennemis avec un score à chaque fin de niveau. Comme pour la série de Capcom, le titre d'EA se veut toujours aussi accessible pour les néophytes que technique pour ceux cherchant un challenge. Mais la véritable nouveauté est la possibilité de jouer en coopération ce qui transforme vraiment l'expérience de jeu. Le second personnage s'intègre bien dans le jeu sans que cela n’impacte le moteur. Enchaîner les éliminations et progresser face aux armées de Sauron aux côtés d'un autre membre de la communauté de l'anneau donne beaucoup plus de punch au titre. D'autant plus que les modes solo et coopération sont bien séparées pour ne pas trop parasiter les parties.

Le gameplay reste le même à savoir deux coups pour attaquer (coup simple et coup puissant contre les ennemis ayant un bouclier), une charge, le fait de parer, d'achever son ennemis au sol ou de brandir son arc et autres haches/couteaux de lancer. Évidemment Gandalf choisira de lancer des boules d'énergie. L'ensemble est donc complet pour bien s'amuser sans être trop compliqué même si les nombreux combos permettent aux artistes de la manette de sortir de beaux enchaînements. A travers les combos, on peut se défaire de plusieurs ennemis avec classe mais le système de contre s'avère beaucoup plus efficace pour éliminer un ennemi et ensuite pouvoir mettre à fond sa jauge de combo afin de faire des dégâts plus dévastateurs. Plus on enchaîne les coups sans se faire toucher, plus on est récompensé en XP se dépensant à la fin des niveaux. Se défaire du menu fretin est jouissif mais des ennemis plus coriaces (surtout des trolls) comme des boss se dressent aussi sur notre route dans des combats où il faut être plus patient mais la victoire est d'autant plus gratifiante. Le gameplay du titre est ainsi une réussite car on s'amuse constamment.

Le joueur qui décidera de faire une seule fois les niveaux en solo avec un seul personnage pourra trouver le jeu bien cours mais le titre est fait pour se faire en coopération et avec tous les personnages. Chaque fin de niveau permet de dépenser son XP quand on monte de niveau afin de débloquer de nouvelles capacités et combos. Chaque personnage a par ailleurs ses propres capacités à débloquer (les attaques à distance pour Legolas, le fait de se rendre invisible pour Sam ou les sorts de Gandalf). Mais on peut débloquer les combos et augmenter la vie de tous les personnages si on décide de dépenser un peu plus d'XP. Faire un niveau avec un personnage au niveau 0 puis ce personnage au niveau 10 change radicalement la façon de jouer. Enfin, produit dérivé oblige, on déloque aussi des dessins et photos de production mais surtout des interview des acteurs qui sont sympathiques sans être indispensables.

La conclusion de

Le Retour du Roi couronne sans rougir la licence et s'avère être une excellente adaptation d'un film en jeu vidéo et n'est pas une suite au rabais. L'esprit des longs-métrages est préservé par une ambiance excellente et un aspect technique plus que correct. Mais ce qu'on apprécie c'est surtout le gameplay qui plaira à tout type de joueur. Détruire les armées de Sauron n'avait jamais été aussi jouissif sur console.

Que faut-il en retenir ?

  • Une adaptation réussie
  • Un gameplay accessible et efficace
  • La coopération

Que faut-il oublier ?

  • Durée de vie faible si fait en ligne droite
  • Niveaux parfois inégaux
  • Ne se détache jamais de son statut de produit dérivé

Acheter Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Seigneur des Anneaux : Le Retour du Roi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Seigneur des Anneaux

En savoir plus sur l'oeuvre Le Seigneur des Anneaux