75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell
Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell >

Critique du Roman : Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le jeudi 12 avril 2018 à 1400

Opium et tentacule !

Quand on trouve dans le même titre Sherlock Holmes et Cthulhu, la geek que je suis est déjà conquise ! Pourtant une superbe édition à la tranche dorée et à la couverture mystérieuse ne suffit pas à faire un bon roman : voyons voir ce que Les dossiers Cthulhu ont dans le ventre !

James Lovegrove réussit ici un pari audacieux : s'approcher du style de Sir Arthur Conan Doyle tout en apportant l'atmosphère effroyable typique des nouvelles lovecraftiennes. Le livre commence par une préface qui suggère que l'écrivain est entré en possession de vieux manuscrits ayant appartenu au maître de Providence et écrit par le docteur Watson : la véritable version des investigations du célèbre détective londonien. En effet, pour ménager la santé mentale de ces lecteurs et lectrices, Watson n'a jamais dévoilé l'intégralité des enquêtes de Holmes, enfin pas leurs aspects les plus sombres. Ainsi la préface nous révèle que trois ouvrages nous attendent et que nous tenons le premier entre nos mains. Tout ceci laisse supposer que Watson et Holmes ont vécu mais que nous n'avons eu que la version édulcorée de leurs aventures via la plume d'un autre célèbre docteur.

Watson a 28 ans à l'automne 1880 lorsqu'il rentre, profondément meurtri d'Afghanistan et vous n'avez jamais eu la véritable version de sa rencontre avec Sherlock Holmes. Contrairement aux propos tenus dans Une étude en rouge, la rencontre avec le détective consultant a été plus remuante et la première enquête qui les a liés est dévoilée ici. Sherlock enquête sur des meurtres qui ont lieu dans le quartier pauvre de Shadwell. Les corps sont retrouvés à intervalle régulier comme vider de leur substance vitale. La police londonienne n'a pas fait le lien entre ces meurtres mais pour Holmes, un tueur en série est derrière : modus operandi particulier, date précise pour chaque crime... Un soir il part donc déguisé observer son suspect, un médecin accro à l'opium. Au même moment, Watson boit un verre avec un ancien ami de l'université de médecine, un ami qui a changé et ne semble plus vraiment lui-même. Après une bagarre de bar, une course poursuite et une nuit agitée, Watson se retrouvera colocataire et partenaire de Sherlock Holmes dans la recherche du meurtrier. En quelques jours, leurs mondes vont basculer et l'enquête fera remonter chez le bon docteur des souvenirs atroces enfouis volontairement dans les tréfonds de sa mémoire.

Immersion dans une fumerie d'opium, trip hallucinatoire dans la campagne anglaise, créature du mythe, rituels et sacrifices... Sherlock Holmes et John Watson auront fort à faire. Si dans cette histoire, le célèbre détective consultant semble mener l'enquête dans la première partie du roman, très rapidement, il va subir les événements et se retrouver face à l'Ennemi, un célèbre professeur arrogant et égocentrique. Les passages de discussion entre ces deux protagonistes sont croustillants mais le rythme est fortement ralenti dans cette seconde partie du roman qui met en place l'arrivée du mythe dans le Londres holmésien. La partie enquête m'a parue trop courte mais j'ai appréciée l'incursion du mythe et le choix fait par l'écrivain dans ce qu'il a pioché de l'univers de Lovecraft. Le passage sur la recherche en bibliothèque des deux enquêteurs sur le mythe m'a rappelé les scènes classiques du jeu de rôle L'Appel de Cthulhu, les fameux jets de bibliothèque ou de TOC (trouver objet caché) qui permettent de découvrir toute sorte d'ouvrages impies : le roman peut ainsi être facilement transposable en scénario de jeu de rôle pour Cthulhu Gaslight ou Cthulhu 1880. Vous apprendrez d'ailleurs quelques mots et expressions de R'lyehen tout au long du roman, indispensable pour l'apprenti cultiste que vous êtes !

Le roman se lit avec plaisir et a été édtié avec goût. la tranche dorée, la couverture d'Arnaud Demaegd et ce marbré de vert avec écriture doré en font un objet parfait à glisser entre le Necronomicon et d'autres livres maudits dans votre bibliothèque.

La conclusion de

James Lovegrove réussit son pari : Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell est la rencontre entre deux univers classiques de la littérature. C'est à la fois une enquête du plus célèbre des détectives avec beaucoup de références à ces aventures précédentes et une vraie immersion dans l'ambiance lovecraftienne indiscible. Cet ouvrage qui a un début et une fin est l'amorce d'une trilogie qui mèlera le mythe de Cthulhu aux enquêtes de Holmes, les créatures effroyables crées par Howard Phillips Lovecraft à l'ennemi juré de Sherlock. Le roman, superbement édité par Bragelonne, se lit aisément, le style de Lovegrove se rapproche par moment de celui des deux auteurs dont il s'inspire. Seul bémol, l'enquête est facilement résolue pour laisser la place à l'affrontement entre le mythe et la réalité. Un livre qui se glissera facilement dans les collections des fans de Cthulhu et/ou de Holmes.

Que faut-il en retenir ?

  • Si tu veux apprendre comment Holmes et Watson se sont vraiment rencontrés !
  • Si tu aimes les tentacules et que tu n'as pas trouvé de cours de R'lyehen !

Que faut-il oublier ?

  • Si tu n'aimes pas l'horreur lovecraftienne.
  • Si tu es puriste de Holmes, y a que les écrits de Doyle qui compte !

Acheter Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sherlock Holmes et les Ombres de Shadwell sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+