75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de société : L'académie des savants fous
L'académie des savants fous >

Critique du Jeu de société : L'académie des savants fous

Avis critique rédigé par Gaetan G. le dimanche 18 mars 2018 à 0900

pas aussi fou qu'il n'y paraît (et c'est bien dommage)

Au premier contact, le jeu affiche un esprit fun et second degré qui passe bien. Le manuel est truffé de vannes potaches qui franchissent allègrement le quatrième mur, alors que les cartes font énormément de références à tout ce que le cinéma compte de grands méchants et de savants fous. Bref, on se marre bien avant de commencer la partie, et ça donne clairement envie de jouer.

La mécanique est plutôt simple, et se met en place facilement (y compris sur une première partie). A chaque tour, le premier joueur pioche un nombre de carte prédéfini (en fonction du nombre de joueurs) et les pose face visible sur la table. Ces cartes peuvent être des inventions, ou des matières premières qui servent à les construire. Au fur-et-à-mesure de la partie, des personnages viendront également s’y rajouter.

Le premier joueur répartit ensuite tout ce petit monde (cartes comme personnages) en autant de tas qu’il y a de joueurs. Il peut faire comme il veut, sans chercher à être égalitaire. Le problème, c’est que celui qui prépare sera le dernier à choisir et prendra donc ce que ses petits copains auront laissé. Il a donc intérêt à calculer soigneusement son coup s'il veut récupérer quelque-chose d’intéressant.

Une fois que chacun a récupéré ses cartes et ses personnages, il est possible de construire une invention en défaussant les ressources nécessaires. Enfin, on peut activer une fois chaque bâtiment déjà construit lors des tours précédents.

Les inventions sont assez classiques, pour ne pas dire bien trop sages, et permettent essentiellement de gagner des points de victoire ou des ressources. Idem pour les personnages, qui servent principalement à bloquer les adversaires.

Celui qui a récupéré le personnage de la Directrice Corrompue devient alors le premier joueur. On repart sur un nouveau tour, et ainsi de suite jusqu’à ce que les cartes soient épuisées. Vous voyez, c’est tout simple.

Le problème, c’est que les parties sont beaucoup moins fun que ce que l’on pouvait imaginer au départ. Tout est disposé face visible, ce qui signifie que celui qui répartit les cartes a une vision parfaite du jeu de ses adversaires. Il sait ce dont chacun a besoin, et son travail va consister à créer les tas les moins intéressants possibles. C’est de l’anti-optimisation, du brainfuck de compétition très très loin de l’esprit potache affiché sur la boîte. Le risque d’analysis paralysis est réel et plombe furieusement le rythme. La complexité de l’exercice monte graduellement tout au long de la partie, et de nombreux joueurs (pas que des casuals, au passage) finissent par faire des tas plus ou moins au pif avec un sentiment de frustration palpable.

Deuxième problème (en partie lié au précédent) : en l’état, la durée des parties est beaucoup trop longue. Elle tourne sans problème autour des 2 heures, voire plus si vous avez des optimisateurs compulsifs en face. C’est (beaucoup) trop pour une boîte de ce type. Je vous conseille de mettre de côté 4 ou 5 cartes d’invention à chaque partie, c’est meilleur pour la rejouabilité et le rythme n’en sera que meilleur.

Troisième problème : il n’y a pas moyen de se pourrir les uns les autres et de casser un combo trop puissant mis en place par un adversaire. On ne peut pas voler de ressources, et les personnages ne bloquent pas sur le long terme puisqu'ils sont remis sur la table à chaque tour. Du coup, pendant 10 ou 15 manches chacun déroule les mêmes inventions, pour faire les mêmes effets, dans le même ordre. Inutile de dire que cela donne un vrai sentiment de répétitivité au jeu…

Bref, l’ensemble semblait prometteur mais de mon point de vue l’essai n’est pas transformé. Dommage, parce que je suis personnellement un grand fan du thème.

La conclusion de

L’académie des savants-fous dissimule une mécanique exigeante sous une apparence de petit jeu décontracté. Le mélange est (d)étonnant, mais ce n'est pas sûr qu’il parvienne à trouver son public… Les joueurs occasionnels risquent d’être rebutés par le niveau de réflexion demandé à l’entrée, tandis que les vieux briscards se sentiront à l’étroit avec le nombre réduit d’inventions et l’absence d’interaction poussée entre les joueurs. Le résultat est sympathique mais sans plus, et c'est bien dommage.

Que faut-il en retenir ?

  • Le thème est amusant, et bien integré au jeu
  • Il y a moyen de bien phosphorer...

Que faut-il oublier ?

  • ... Et peut-être même un peu trop, pour le coup
  • Répétitif
  • Trop long

Acheter L'académie des savants fous en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'académie des savants fous sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+