75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La Dame aux corbeaux et autres nouvelles
La Dame aux corbeaux et autres nouvelles >

Critique du Roman : La Dame aux corbeaux et autres nouvelles

Avis critique rédigé par Nathalie Z. le mercredi 7 mars 2018 à 0900

C'est dark, c'est de la fantasy, et c'est bien !

Blood Song est un saga de dark fantasy en sept volumes (pour la version originale) écrit par Anthony Ryan. Riche en combats, en action et en magie, cette saga est plutôt épique pleine de batailles sanglantes. Les Editions Bragelonne l'ont publiée et publient actuellement sa suite, toujours fantasy mais teintée de steampunk, Dragon Blood.

Le recueil de nouvelles La Dame des corbeaux est un excellent moyen d'entrer, de découvrir l'univers de Blood Song et le style d'Anthony Ryan, souvent comparé à David Gemmell ou Patrick Rothfuss.

Il regroupe trois nouvelles au thème et au style très variés.

La superbe couverture avait suffit à me convaincre d'ouvrir le livre !

La première nouvelle de 90 pages, la Dame des Corbeaux, est l'histoire initiatique de Derla. Célèbre figure des bas-fonds de la ville de Castelvarin, prostituées un poil susceptible, impressionnante et effrontée, notre héroïne est dès le début de notre histoire confrontée à un drame personnel. Cette tragédie l'a conduit à entrer au service du roi Janus dont on ne sait pas vraiment s'il est bon ou mauvais et ainsi commence sa formation en tant que Dame des Corbeaux. On suit alors sa formation pour devenir espionne du seigneur mais aussi sa lame. Sa première mission d'importance sera alors de protéger un seigneur étranger, le surprenant Sentes Mustor, qui même s'il vient d'arriver en ville, semble être la cible de la pègre locale entre autres. L'ambiance est posée : le rythme est soutenu, les événements s’enchaînent et l'ambiance Casino royale de la dernière partie de la nouvelle est très réussi. Le Borgne, chef en devenir de la pègre castelvarine, est un personnage intéressant et dont les objectifs sont tout aussi multiples que ceux du roi Janus. Et au milieu de ses requins, Derla joue un jeu dangereux. En moins de 100 pages, vous vous attacherez à cette jeune femme intrépide et aurez envie d'en savoir plus. C'est clairement la nouvelle que j'ai préférée.

Le Haut Percepteur est une nouvelle toujours aussi sombre mais au ton très différent : Jehrid Al Bera, chef de la compagnie des octroyeurs, est envoyé en mission par son seigneur. Il est chargé de retrouver une passagère qui aurait survécu à des naufrageurs. En effet, une quarantaine de corps ont été retrouvés sur une plage après que ces naufrageurs aient attirés le navire vers un amas de récifs. Jehrid se retrouve donc à interroger l'un des leurs Varesh Baldir, pour déterminer où se trouve la jeune femme. Il est ensuite contraint de collaborer dans son investigation avec des moines chevaliers particuliers du deuxième et du sixième ordre. Cela contrarie au départ les plans de Jehrid venu en réalité chercher vengeance. Le sang appelle le sang. Enfouis sous les secrets, la vérité se fera jour et nous découvrirons qui est cette passagère et qui est l'homme derrière ces naufrageurs. Une ambiance piraterie d'un côté est mêlée à des intrigues politiques sous jacentes, laissant entrevoir la profondeur de l'univers de Blood Song.

Le mal par le mal est présenté comme le texte d'un chroniqueur rapportant l'histoire du roi-guerrier légendaire Tavurek. Le ton est ainsi celui d'un universitaire de l'Empire écrivant impartialement, à la gloire de celui-ci. Verniers Alishe Someren, le chroniqueur, fait des citations, reprend la biographie du personnage principal de la période racontée avec un style académique qui rend réaliste son propos. L'histoire retiendra ainsi le nom de Fer-de-Lance, un combattant exceptionnel, l'ennemi de Tavurek. C'est ainsi la chronique de l'ultime bataille entre la cité-état de Kethia et l'Empire Volarien qui est contée. Ce conflit sanglant nous permet de découvrir un autre aspect de l'univers de Blood Song, évoqué dans la première nouvelle, la Ténèbre... je vous laisse découvrir cet aspect original par vous-même.

​Ces trois nouvelles très différentes l'une de l'autre sont ainsi un moyen agréable et facile de voir si la saga Blood Song est pour vous ! La couverture très jolie avec cette Dame aux Corbeaux avançant, déterminée, dans une ruelle sombre, reflète bien l'atmosphère des nouvelles.

La conclusion de

La Dame aux Corbeaux est un recueil de trois nouvelles qui sont autant de portes d'entrée différentes à l'univers dark fantasy d'Anthony Ryan. De l'initiation de Derla à la vengeande de Jehrid, en passant par les chroniques d'une bataille mythique, vous découvrirez certains aspects de l'univers de Blood Song, le style épique de l'auteur et aurez sûrement envie d'aller voir du côté de sa saga.

Que faut-il en retenir ?

  • Un style efficace à la Gemmell
  • Des personnages haut en couleur
  • Trois ambiances : espionnage, vengeance et guerre
  • Lisible même si on ne connait pas la saga

Que faut-il oublier ?

  • Vous allez avoir envie d'acheter la saga
  • De la dark fantasy efficace mais classique

Acheter La Dame aux corbeaux et autres nouvelles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Dame aux corbeaux et autres nouvelles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+