75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Loyauté
Loyauté >

Critique de la Bande Dessinée : Loyauté

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 8 août 2017 à 09:00

Cade et Tonton Skywalker

Le cinquième épisode de la série Star Wars Legacy remet enfin les héros sur le devant de la scène pour des aventures où ça parle plus que ça combat...

On commence à le comprendre, la saga Legacy est l'œuvre avant tout du scénariste John Ostrander et de la dessinatrice Jan Duursema. Le premier supervise quasiment toute la saga tandis que la seconde laisse le crayon à quelques collègues pour des histoires mettant en avant des personnages secondaires de la saga. Mais quand il s'agit de savoir ce qu'il advient de Cade Skywalker, elle reprend évidemment la main. Et ce pour deux des trois histoires que comprend cet album. Les deux premières sont la suite logique de la saga se situant après les événements contés dans Griffes du Dragon. La dernière histoire, plus courte, est un à côté permettant d'enrichir cet univers revisité avec des personnages très secondaires.

L'album nous permet enfin de savoir ce qu'il advient de Cade Skywalker après son échappatoire musclé de l'antre de Dark Krayt sur Coruscant. Devant faire profil bas, notre héros règle d'abord ses comptes avec son ancien employeur dans la contrebande et tente de se réfugier auprès de la seule famille qui lui reste, son oncle Nat Skywalker ayant lui aussi quitté l'ordre et vivant incognito loin de tout. Mais pas assez loin  de l'Empire Sith qui réussit quand même à le retrouver, il comprend alors qu'il ne sera jamais libre tant que les Sith seront au pouvoir. Il doit pour cela convaincre ce qu'il reste de l'Ordre Jedi qui pour sa part reçoit une demande d'alliance de l'Empereur Fel qui régnait avant que Krayt prenne le pouvoir. Les ennemis d'hier veulent devenir les alliés d'aujourd'hui... Cette position est incarnée par une nouvelle protagoniste, Azlyn Rae, une ancienne chevalier Jedi devenue chevalier de l'Empire travaillant pour Fel. Cette histoire convoque donc beaucoup de personnages croisés lors des albums précédant afin de faire le tour de ce qui leur est adevenu.

Les deux histoires se divisent entre les deux états d'esoirt de Cade, la première raconte sa tentative d'échapper à son destin et la seconde sa résolution à agir. On retrouve avec plaisir les personnages principaux et ce qu'il advient d'eux mais les scénarios des deux histoires manquent cruellement d'action ou de situations vraiment surprenantes. Les protagonistes se contentent de parler et Cade est frustré des situations qui n'avancent pas. Un peu comme le lecteur au final malheureusement. On reste fasciné par l'univers mis en place et les efforts d'Ostrander pour enrichir la mythologie de sa saga mais au bout du 5ème album, on aimerait que ça aille plus vite. On ne s'intéresse finalement qu'aux seules révélations sur les Jedi et celle sur le passé de Jariah (le meilleur ami de Cade) à propos de sa haine des Jedi. Le travail de Jan Duursema est toujours aussi impressionnant et elle peut encore déployer tous ses talents en ce qui concerne les habits des personnages, les différents aliens, vaisseaux et courbes vertigineuses des protagonistes féminins. On aimerait juste un peu plus de soin sur les expressions des visages des personnages en arrière-plan. Mais l'artiste aide beaucoup à nous plonger dans l'ambiance avec des décors toujours très soignés, ce qui était indispensable au vu des différentes planètes visitées.

La dernière histoire, un peu hors-sujette par rapport aux deux autres, est aussi l'œuvre de John Ostrander. On y fait la connaissance d'un escadron de stromtroopers, les Jokers, par l'intermédiaire d'un bleu devant l'intégrer. Manque de chance pour lui, son intégration coïncide avec une bataille contre des stormtroopers ralliés à Fel. Les anciens frères d'armes doivent donc se battre avec les mêmes uniformes pour chaque camp. Le potentiel tragique de l'histoire est atténué par les touches d'humour propres à la camaraderie militaire qu'Ostrander distille plutôt bien. Tout en nous faisant froid dans le dos avec la présence du Sith Dark Maleval aux méthodes trop expéditives. On nous offre enfin un peu d'action bien mise en scène par Travel Foreman dont le dessin plus stylisé fonctionne assez bien surtout sur les gros plans dont il abuse. Une histoire sympathique mais trop éloigné de celle principale.

65

Loyauté est un album assez décevant. Si on apprécie la réelle qualité d'écriture et de dessin, on reproche surtout un manque d'ambition et d'action alors que le potentiel est là. On a l'impression que les auteurs étirent un peu la saga en longueur...

Critique de publiée le 8 août 2017.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr