75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Camelot édition 2016
Camelot édition 2016 >

Critique du Jeu de cartes : Camelot édition 2016

Avis critique rédigé par Amaury L. le jeudi 8 septembre 2016 à 13:44

A Camelot, les chevaliers se défoulent !

Courir après le Graal, c'est cool, mais se mettre une épée en travers la calebasse, ou un bon ramponneau au coin du nez du mécréant qui se gaussait de votre maladresse sur votre canasson, ça met du baume au cœur aussi. Êtes vous prêts à distribuer quelques torgnoles ?

Camelot, bourrage de pifs cuvée 2016

Comme pour Service compris (lire la critique ici), Asmodée propose simplement un nouveau packaging sans changement de matériel et de règles pour cette version 2016. On retrouve cent dix cartes, vingt-cinq pions en plastique et une règle du jeu. Comme c'était plutôt bien illustré grâce à François Bruel, on ne va pas se plaindre de retrouver les mêmes situations burlesques sur les différentes cartes de Camelot.

Camelot, quelques règles pour tournoyer entre preux chevaliers

L'objectif est de remporter quatre tournois dans des domaines différents (lutte, fléau, joute, épée, hache). A son tour, on pioche une carte, on joue une ou plusieurs cartes de sa main (on commence la partie avec huit cartes) et on entame un tournoi si aucun commencé, ou on concourt dans l'épreuve lancée par un adversaire, ou on abandonne (honte sur vous). Chaque domaine d'armes correspond à une couleur. Pour remporter un tournoi, il faut posséder la valeur la plus forte (les cartes sont numérotées de 1 à 7) dans l'épreuve en cours. Pour ne pas subir une défaite humiliante, un joueur est toujours obligé de poser un total davantage élevé que le meilleur score proposé. Le dernier en lice gagne un jeton de la même couleur que celle du tournoi (cartes). S'il s'agit de son quatrième jeton (obligatoirement de couleur différente), c'est gagné. Il existe des cartes neutres (blanches) qui s'acclimatent à tous les types de combat et aussi des cartes Action avec des effets qui tourneboulent les règles honorables du code d'honneur de la chevalerie.

Camelot, roublardise et force au menu

Camelot est un jeu de cartes qui se contente d'une mécanique usée jusqu'à la corde, on pioche et on joue une ou plusieurs cartes pendant son tour. Toutefois, le talentueux auteur, Reiner Knizia, parvient à donner du « corps » à l'ensemble grâce à quelques astuces malicieuses. La récupération mesurée (une carte maximum par tournoi enclenché) de cartes afin de tournoyer oblige les joueurs à réfléchir avant de se lancer dans la bataille. En effet, posséder seulement quelques cartes main garantit un faible taux de réussite de victoire et un affaiblissement inquiétant pour la suite des événements. Il faut gérer intelligemment ses abandons, laisser échapper la victoire (sur un tournoi), garder les bonnes cartes en main et les jouer au bon moment.

On remarque que la différence se fait surtout dans la pioche et l'utilisation efficiente des cartes Action (celles qui ont des pouvoirs qui déchirent et provoquent de sacrés retournements de situation). Si la fortune ne vous sourit pas (tirage de cartes Action puissantes) alors l'horizon s'assombrira. Une partie de Camelot se nourrit d'alliances éphémères, d'entourloupes. On apprécie de faire perdre un rival qui risque de gagner, de pourrir sympathiquement un tournoyeur trop zélé, de sourire quand les autres vous abandonnent le gain d'un précieux tournoi (un pôv jeton en plactoc). Camelot convient à une majorité de joueurs (néophytes comme confirmés) et se pratique toujours avec plaisir. Un p'tit jeu chevaleresque !

Que faut-il en retenir ?

  • Règles simples.
  • Jeu amusant.
  • Astucieux.
  • Excellent à 4 ou 5 joueurs.
  • Entourloupes à prévoir.

Que faut-il oublier ?

  • On ne contrôle pas tout.
  • Moyen à 2 ou 3 joueurs.
  •  
80

Camelot est un jeu de cartes simple qui propose de s'affronter dans des épreuves distinctes (bourrage de pifs, découpe de viande à la hache, tranche fine de chevaliers à l'épée, renversement de chevaliers sur canasson). L'esprit burlesque de Camelot (par le biais des illustrations de François Bruel et les effets renversants des cartes Action) suscite un joli intérêt de la part des joueurs, surtout que la cogitation n'est pas absente (la gestion de sa main est primordiale afin d'améliorer ses chances de victoire). Vais leur montrer que je ne suis pas une camelote de chevalier !

Critique de publiée le 8 septembre 2016.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr