75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Orgueil & Préjugés et Zombies
Orgueil & Préjugés et Zombies >

Critique du Film : Orgueil & Préjugés et Zombies

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 26 juillet 2016 à 1000

Raisons et Sentiments... et Zombies...

Un High Concept Movie est un long-métrage dont le principal intérêt s'articule autour d'une idée suffisamment saugrenue pour que le spectateur se demande comment un film entier peut tenir là-dessus. Ainsi, au delà de la réussite intrinsèque du film, le visionnage est avant tout guidé par une certaine curiosité : comment vont-ils faire ? A quoi est-ce que cela peut ressembler ? Est-ce que le concept permettra de tenir un film entier ? A titre d'exemple, on pourrait par exemple citer le personnage bloqué dans une cabine téléphonique (Phone Game), le huis-clos dans un cercueil (Buried), le film qui ne se passe que sur un écran d'ordinateur (Open Windows), l'histoire racontée à l'envers (Memento),... Et si le pari est parfois réussi (Memento), les exemples de ratage sont tout aussi nombreux (Open Windows).

Dans ce genre là, Seth Grahame-Smith fait quelque part office d'expert. C'est ainsi à lui que l'on doit l'idée d'Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires (catastrophe industrielle honteusement mise en scène par Timur Bekmambetov) ou, dans le cas qui nous intéresse aujourd'hui, Orgueil & Préjugés et Zombies. Le concept de base des deux oeuvres est ainsi d'introduire des créatures surnaturelles dans un cadre historique qui, a priori, n'y est pas adapté. Avec Orgueil & Préjugés et Zombies, il va même plus loin en reprenant le texte original de Jane Austin pour y ajouter des passages zombiesques. Le livre ayant été un succès, une adaptation cinématographique a rapidement été envisagée ; et on imagine sans mal que la production du film n'a existé que sur la base d'un titre un peu fun.

« On retrouve ainsi à la fois ce qui fait le sel de l'oeuvre d'origine ainsi que tous les ingrédients du film de zombies post-apocalyptique, le tout lié avec suffisamment de sérieux pour que cela paraisse crédible. »


Et des titres funs qui ont donné un film catastrophique, on en a des exemples à la pelle : Zombeavers, Lesbian Vampire Killers, La Main qui tue, Des Serpents dans l'avion,... Alors devant un film à concept tiré d'une oeuvre de l'auteur responsable du scénario d'Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires, mis en scène par un réalisateur dont les seuls faits d'armes sont deux mauvais longs-métrages avec Zac Efron (dont le calamiteux 17 ans encore), autant dire que l'on n'était pas du tout confiant quant à la qualité générale du tout. Mais, pour notre plus grand bonheur, Orgueil & Préjugés et Zombies s'avère être un petit spectacle franchement sympathique.

Alors certes, tout n'est pas bon dans ce long-métrage : les trois comédiens principaux sont un peu à la masse, la dernière partie part complètement en sucette, le tout reste très propret en terme de violence (alors que le concept même du film semble avant tout le destiner aux amateurs du genre), la mise en scène est anecdotique,... La liste pourrait être très longue. Mais malgré tout ces défauts (indéniables), on s'amuse tout de même beaucoup devant ce long-métrage qui parvient à tenir son concept casse-gueule sur une grande partie de sa durée. On retrouve ainsi à la fois ce qui fait le sel de l'oeuvre d'origine ainsi que tous les ingrédients du film de zombies post-apocalyptique, le tout lié avec suffisamment de sérieux pour que cela paraisse crédible (on n'est pas, ici, dans la grosse blague potache sans queue ni tête).


Le scénario du film a ainsi été écrit par le réalisateur du film, Burr Steers à partir du matériau de base de Seth Grahame-Smith (et vu la piètre qualité du travail d'adaptation de ce dernier sur Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires, c'est tant mieux !). Steers est parvenu à tirer des éléments caractéristiques de l'oeuvre de Jane Austin (vision de l'aristocratie anglaise de l'époque, histoire d'amour culcul,...) tout en les adaptant à une Angeterre uchronique dans laquelle les zombies hantent les campagnes. Grâce à un générique d'une grande efficacité, le contexte est efficacement posé et parvient à créer un background relativement crédible qui va opposer la noblesse britanniques, enfermée dans ses châteaux surprotégés, et la réalité d'une la vie quotidienne placé sous le signe de la menace zombie.

La suite va astucieusement jouer sur ce décalage : les nobles cachent nombres d'armes létales sous leurs atours dorés, les discussions triviales se font dans des salles d'entrainements, les jeunes demoiselles pratiquent les arts-martiaux et l'escrime, les vétérans de guerre n'ont pas affronté les français mais les zombies,... Et ce décalage est formidablement mis en avant par une batterie de personnages interprétés avec un second degré savoureux par des comédiens qui se font visiblement plaisir (Matt Smith et Lena Headey, notamment, sont hilarants). Dommage, donc, que le film ne maintienne pas ce niveau dans son dernier acte, qui, pour le coup, tombe dans la facilité et présente moins d'intérêt.

La conclusion de

Adapter le classique de Jane Austin à la sauce zombie aurait rapidement pu tourner au fiasco (on se souvient encore du lamentable Abraham Lincoln, Chasseur de Vampires), mais au final, le long-métrage parvient à tenir son concept jusqu'au bout. Certes, Orgueil et Préjugés et Zombies n'est pas un immense chef d'oeuvre du septième art, mais dans le genre "série B pop-corn", le film de Burr Steers fait le taff avec un plaisir suffisamment évident pour qu'il soit communicatif.

Que faut-il en retenir ?

  • Une adaptation originale et bien fichue,
  • Un humour globalement bien dosé,
  • Des comédiens qui se font plaisir.

Que faut-il oublier ?

  • Une dernière partie moins convaincante,
  • Une mise en scène sans éclat.

Acheter Orgueil & Préjugés et Zombies en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Orgueil & Préjugés et Zombies sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Orgueil et préjugés et zombies

En savoir plus sur l'oeuvre Orgueil et préjugés et zombies