75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
L'Appel de Cthulhu 7ème édition >

Critique du Jeu de rôle : L'Appel de Cthulhu 7ème édition

Avis critique rédigé par Vincent L. le mercredi 10 février 2016 à 12:00

N'est pas mort ce qui à jamais dort...

Jeu de rôle culte du paysage ludique mondial, L'Appel de Cthulhu a eu le droit, en trente-cinq ans d'existence, à six éditions différentes et des centaines de suppléments thématiques. Toutefois, en dépit du nombre impressionnant d'ouvrages parus, L'Appel de Cthulhu n'a connu que des évolutions mineures au fil des années. Malgré ses indéniables qualités, le jeu est donc aujourd'hui quelque peu "daté" dans ses mécaniques, d'une part dans la mesure où des produits récents ont apporté au média de grandes évolutions en termes de gameplay, d'autre part car la diversité des jeux exploitant la thématique "horreur" a permis de considérablement renouveller les façons de jouer et d'aborder le genre.

C'est donc fort logiquement que l'éditeur américain, Chaosium, avait présenté cette septième édition comme celle de la rupture. Au délà d'un nouveau format éditorial (un triptique Manuel du Gardien, Manuel de l'Investigateur et Malleus Monstrorum, qui n'est clairement pas sans rappeler la formule historique proposée par Dungeons & Dragons), la justification d'une nouvelle édition s'appuyait ainsi sur une volonté affirmée et affichée de faire évoluer les mécaniques de jeu. Se posait donc la question de savoir comment L'Appel de Cthulhu allait être modifié dans cette nouvelle version, et d'autres termes comment refondre un système sans lui faire perdre sa saveur et ses spécificités. En cela, les attentes autours de cette V7 s'avéraient particulièrement excitantes.

N'y allons pas par quatre chemin, cette V7 n'est absolument pas l'édition de la "rupture". Bien au contraire, elle se situe dans la parfaite continuité de la précédente. Si les changements et les évolutions sont indubitablement présents, ils ne rendent absolument pas caduques tout ce qui a pu se faire par le passé. Pris d'une façon globale, le gameplay de la V7 est d'ailleurs identique à celui des éditions précédentes, ne nécessitant que quelques petits ajustements de règles pour passer d'une version à l'autre. Les possesseurs de la 6ème édition (et des suppléments associés) peuvent ainsi garder leur ancienne version tout en bénéficiant des futures nouveautés de la gamme. Ce faisant, L'Appel de Cthulhu conserve donc tout ce qui faisait tout sa saveur, mais souffre malgré tout de quelques faiblesses.

« L'Appel de Cthulhu s'impose à nouveau comme un excellent jeu, dont la prise en main est simple mais dont la maîtrise reste riche, complexe et pourra accompagner le roliste tout au long de sa "carrière" de meneur de jeu. »


L'appel de Cthulhu 7ème édition fonctionne toujours sur la base du Basic RolePlaying System, système simple d'accès et de prise en main, idéal pour le type de parties que souhaite développer le jeu. Loin des canons héroïques, il propose en effet de confronter des gens ordinaires à des évènements et créatures dépassant l'entendement. Les personnages sont ainsi fragiles, tant physiquement que psychologiquement, et ne savent faire des choses que terriblement normales. Dans un jeu d'horreur totalement accès sur la peur et l'ambiance, le parti-pris du système fonctionne toujours aussi bien. Les mécaniques incontournables du jeu sont donc bel et bien présentes, s'avérant aussi efficaces que par le passé (même si réduites à leur forme la plus élémentaire, comme la Santé Mentale par exemple).

Mais parce que le système de jeu n'a pas été entièrement refondu, les concepteurs ont dû faire avec les spécificités de mécaniques oldschool. Au final, le résultat obtenu s'avère parfois bancal. On évoquera par exemple les paliers de difficulté qui fonctionnent avec des méthodes de calcul peu instinctives (calculer le cinquième d'un nombre) ou l'ajout de manoeuvres de combat qui, malgré leurs qualités, s'intègrent mal dans un système qui ne prête que peu d'importance au combat. On se dit souvent qu'une refonte totale du système aurait été plus judicieuse pour donner au jeu des mécaniques cohérentes de bout en bout. Néanmoins, cela aurait également fait perdre sa personnalité à L'Appel de Cthulhu. Si le parti-pris de Chaosium peut donc être vu comme critiquable, il rélève toutefois d'une certaine logique.

Ceci étant dit, les évolutions proposées par la V7 amènent tout de même un mieux non négligeable par rapport aux éditions antérieures, faisant disparaître du système quelques mécaniques vraiment vieillissantes. Entre l'harmonisation des valeurs (désormais plus logiques), un nombre de compétences plus resserré (donc plus efficace d'utilisation) ou l'apparition de bonus/malus (via un astucieux système de double dé), on sent qu'il y a tout de même eu un véritable travail des concepteurs pour dépoussiérer le tout. Même si pas indispensables, quelques-uns de ces changements apportent incontestablement un plus au jeu, et si la V7 ne réconciliera pas L'Appel de Cthulhu avec ses détracteurs, reconnaissons qu'elle amène tout de même un petit vent de fraicheur qui sera apprécié des fans du jeu.

L'univers et la philosophie du jeu n'ont quant à eux pas fait l'objet de quelconques révisions. A ce niveau, L'Appel de Cthulhu conserve donc ses très nombreuses qualités, parfaitement mises en valeur par le travail éditorial effectué par Chaosium et Sans-Détour. Le Manuel du Gardien a beau être colossal, l'articulation des informations contenues à l'intérieur rend la lecture simple, logique, complète. Définition du jeu de rôle, présentation de Lovecraft et de son oeuvre, conseils aux meneurs de jeu, bestiaire, deux très bons scénarios d'une vingtaine de pages chacun,... L'Appel de Cthulhu s'impose à nouveau comme un excellent jeu, dont la prise en main est simple mais dont la maîtrise reste riche, complexe et pourra accompagner le roliste tout au long de sa "carrière" de meneur de jeu.

On regrettera tout de même que cette V7 ait fait disparaître de ses pages la nouvelle éponyme de Lovecraft, excellent ajout datant de l'édition 5.5. Mettre L'Appel de Cthulhu en ouverture du livre de base présentait en effet quelques avantages indéniables : d'une part présenter l'oeuvre de Lovecraft par l'intermédiaire de sa nouvelle phare, d'autre part apporter un exemple concret de l'ambiance recherchée pour le jeu, mais également donner une parfaite compilation des thématiques et principaux styles de jeu possible dans L'Appel de Cthulhu. Cela est toutefois compensé par des chapitres de conseils, à la fois aux meneurs (dans Le Manuel du Gardien) et aux joueurs (dans Le Manuel de l'Investigateur), qui permettent de donner aux participants une bonne vision de ce qu'est le jeu.

Le tout est enfin parfaitement mises en valeur par le travail éditorial de Sans-Détour. Dans la continuité de l'édition précédente, l'éditeur français a ainsi personnalisé sa V7 : maquette différente, illustrations inédites (signées par le désormais incontournable Loïc Muzy), nombreuses photos d'époque,... Celles et ceux qui trouvaient la maquette de la 6ème édition trop aérée seront ici ravis : chaque centimètre carré de papier est désormais optimisé, chaque page étant bourrée à craquer de texte. Si le plaisir de lecture est quelque peu amoindri, les ouvrages en deviennent très conséquent en terme de contenu. Quant à la nouvelle division en triptyque, elle n'est finalement qu'illusoire, le jeu bénéficiant tout de même d'un livre de base (donc le seul achat nécessaire) regroupant l'ensemble des informations nécessaires pour jouer (Le Manuel du Gardien).

Que faut-il en retenir ?

  • Un jeu culte qui n'a plus rien à prouver,
  • Un toilettage des règles souvent bien pensé,
  • Un excellent travail éditorial,
  • Un seul ouvrage indispensable dans le tryptique,
  • La compatibilité avec les éditions précédentes.

Que faut-il oublier ?

  • Quelques mécaniques bancales,
  • La disparition de la nouvelle L'appel de Cthulhu.
90

Si cette 7ème édition nous promettait une révolution en terme de système de jeu, force est de reconnaître que ce n'est clairement pas le cas. L'appel de Cthulhu reste dans la lignée des éditions précédentes, conservant son côté old-school, avec ses nombreuses forces et ses quelques faiblesses. Si cette nouvelle édition n'est donc pas indispensable pour tout possesseur de l'ancienne, elle offre tout de même aux règles un petit toilettage bien sympathique, et permet surtout de voir revenir dans les boutiques un livre de base pour cet excellent jeu qui conserve ici toutes ses qualités.

Critique de publiée le 10 février 2016.

Suis nous sur facebook !

Notre critique vous a convaincu ? Pourquoi ne pas l'acheter ?

Nous vous proposons de comparer les prix de ce produit sur différents sites d'achats en ligne dans lesquels vous pouvez avoir confiance. Constituez votre panier grâce aux liens suivants qui vous proposerons différentes éditions ou des produits similaires.

Trouver ce produit sur Fnac.com Trouver ce produit sur Amazon.fr