75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du jeu de rôle : Hexagon Universe : Les Entités Cosmiques, par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 13 juillet 2015 à 13h00

T'as pas une gueule de porte bonheur...


Avec un livre de base et quatre suppléments parus en un an, la gamme Hexagon Universe se développe à grande vitesse, dévoilant petit à petit, au fil des thématiques traitées, une richesse et des possibilités de jeu que l'on n'imaginait pas au premier abord. Ainsi, après avoir développé les diverses organisations (dans le Livre 1 et le Livre 2), traité des super-héros phares de l'univers (dans le Livre 3) et proposé une petite campagne bien sympathique (Apocalypse), Romain d'Huissier et Laurent Devernay ouvrent leur jeu à une dimension cosmologique, intégrant désormais la Terre et ses super-héros dans un tout bien plus vaste et global. Un sujet ambitieux qui va donner lieu à plusieurs publications permettant d'en définir les nombreux tenants et aboutissants.


« Ce supplément propose un traitement au moins aussi convaincant que celui de son prédécesseur, tant sur son aspect ludique que dans sa partie encyclopédique. »​


Première partie du dyptique Strangers (qui se focalise sur le groupe de super-héros éponymes chargé de protéger la Terre des menaces extérieures), Les Entités Cosmiques traite de créatures si puissantes qu'elles s'apparentent, pour nos yeux d'humains, à des divinités. A priori, avant de commencer la lecture, nous avions la même réserve que pour le Livre 3, Hexagon, à savoir un questionnement sur l'utilité ludique de tels "personnages", qui semblaient difficilement utilisables dans une partie de jeu de rôle. Mais au final, bien qu'effectivement un peu moins indispensable que les précédentes parutions (on peut jouer à Hexagon Universe sans jamais y intégrer cette dimension), ce supplément propose un traitement au moins aussi convaincant que celui de son prédécesseur, tant sur son aspect ludique que dans sa partie encyclopédique.

Les Entités Cosmiques parvient en effet à efficacemment allier ces deux aspects, d'une part en positionnant la Terre dans un environnement plus global (comme un grain de sable dans un multivers étendu), d'autre part en intégrant sur notre planète des éléments issus de conflits ou d'histoires de très grandes envergures, dépassant très largement les "ridicules" petits conflits terriens. Au final, si tout ce qui est présenté n'a forcément vocation à être directement appliqué en jeu, la justesse du traitement permet de faire de ce supplément un parfait condensé d'informations, à mi-chemin entre matériel ludiquement exploitable et éléments nécessaires à la bonne compréhension du maître de jeu. D'une façon globale, cela permet de conférer au jeu une petite dimension "philosophique" loin d'être désagréable.

Pour aller un peu plus dans le détail, quatre Entités Cosmiques sont ici décrites, chacune présentant ses spécificités qui jouent avec des notions de temps (Les Sopharques), d'espace (Les Tours), de valeurs (Le Grand Mental et L'Universalité) et de potentiel de destruction massive (Les Constructeurs de Zade). Pour chacune d'elles sont développés nombre d'informations permettant de les comprendre (origine, nature, objectifs, organsation et personnages agissant pour leurs comptes,...), mais également de mieux saisir l'immensité de l'univers du jeu (multivers, temps fractal, origine,...). Quelques enjeux (dépassant de loin les préoccupations des super-héros autour de la table) sont égalements présentés et décrits.

Pour exploiter tout cela, de nombreuses pistes d'aventures sont ici proposées, chacune ayant vocation de donner aux meneurs de jeu des indications pour intégrer les éléments de contexte ici proposés en partie. Chaque entité est également associée à un sous-chapitre "dans votre campagne". Deux petits (mais sympathiques) synopsis que les meneurs de jeu devront développer sont enfin proposés en fin d'ouvrage. Au final, on termine la lecture de ce supplément avec beaucoup d'idées en tête, ces Entités Cosmiques s'avérant être un véritable vivier d'aventures. Petit bémol : on ne pourra, en jeu, ne voir qu'une fraction du potentiel de ces Entités Cosmiques, les personnages ne pouvant clairement pas assimiler tout ce qu'elles peuvent représenter une fois prises dans leur globalité. C'est à la fois logique vis à vis du concept, mais malgré tout frustrant tant les idées développées sont bonnes.

La conclusion de à propos du Jeu de rôle : Hexagon Universe : Les Entités Cosmiques

Vincent L.
80

Avec ce quatrième supplément, le background d'Hexagon Universe s'ouvre désormais sur le cosmos et les créatures quasi-divines qui le peuplent, proposant une nouvelle dimension aux aventures des super-héros. Une nouvelle fois, le travail de Romain d'Huissier et Laurent Devernay s'impose comme un mélange parfait entre de l'encyclopédique et du ludique, développant l'univers du jeu tout en prenant grand soin de proposer une jouabilité directe à ce qui est décrit. En dépit de quelques petites réserves ici et là, le résultat obtenu s'avère donc à la hauteur des exigences qualitatives petit à petit posées par les différents ouvrages de la gamme.

Que faut-il en retenir ?

  • L'univers prend une envergure énorme,
  • Un supplément inspirant et plein d'idées,
  • Le soucis du ludique en plus de l'encyclopédique,
  • Les illustrations, encore et toujours.

Que faut-il oublier ?

  • Une thématique parfois difficile à exploiter,
  • Pas de scénario(s) proposé(s).

Acheter le Jeu de rôle Hexagon Universe : Les Entités Cosmiques en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hexagon Universe : Les Entités Cosmiques sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hexagon Universe