75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de rôle : Deadlands reloaded
Deadlands reloaded >

Critique du Jeu de rôle : Deadlands reloaded

Avis critique rédigé par Christophe H. le jeudi 18 décembre 2014 à 2200

Dégainer ou courir, il faut choisir.

Ola amigo ! Bienvenue dans l’Ouest sauvage ! Ici, ce n’est pas un endroit pour les pieds tendres ou les cornes vertes ! Mais si tu te sens l’étoffe d’un pistolero ou d’un joueur de poker maniant la magie des cartes, alors ces quelques lignes sont écrites pour toi.

Qu’est-ce que Deadlands reloaded ?

Deadlands reloaded est un jeu de rôle dans lequel prend forme un savoureux mélange de western spaghetti et d’horreur. L’action ainsi qu’une tension sous-jacente y tiennent une part prépondérante et forment une alliance explosive. Le jeu se déroule dans le dernier quart du XIXème siècle, dans l’ouest sauvage. Dans les villes, les saloons sont bruyant et enfumés, des marshalls essaient de maintenir la loi, les cordes poussent sur les arbres et des buissons secs virevoltent au vent. Tout ça, tu le sais déjà Gringo, mais des phénomènes nouveaux bousculent le cours des choses.

En effet, dans un moment de rage et de vengeance, un Indien du nom de Raven a libéré les Manitous, de puissantes entités maléfiques. Venant de leurs Territoires de Chasse Eternelle, ces esprits gagnent en influence au fur et à mesure que la peur des Hommes grandit. Ils agissent en corrompant les Ames, libèrent des monstres terrifiants, jouent avec les superstitions et immiscent la peur dans le cœur et l’esprit des bonnes gens. Après ça, ce ne sera pas quelques morts, qui ne le sont pas tout à fait qui te feront peur, n’est-ce pas cow-boy ?

Autre  joyeuseté,  la Californie s’est effondrée sur elle-même, s’engouffrant dans l’Océan pacifique et créant une région dévastée que l’on appelle aujourd’hui le Grand Labyrinthe. Cet endroit porte bien son nom, et si tu veux visiter Amigo, je ne te servirai pas de guide. Mais sur place, tu feras certainement la rencontre de savants fous (ou presque) à la recherche de Roche Fantôme, un combustible permettant des avancées technologiques incroyables, encore faut-il aimer le risque. Une Nation Sioux a vu le jour sur les terres du Dakota et l’accueil qu’ils réservent aux intrus n’est pas des plus cordial.

Autant te dire qu’avec tous ces évènements, la guerre de sécession est au point mort. Chaque belligérant fait appel à ses services (plus ou moins) secrets (l’Agence Pinkerton ou les Texas rangers au Sud)  pour comprendre ces phénomènes. Ces hommes ou femmes arpentent le pays en quête de réponses.

Que joue-t-on dans Deadlands reloaded ?

Il existe plusieurs « classes » de personnages mais l’essentiel reste leur histoire et ce qu’ils en feront, s’ils survivent.

Quelques exemples proposés dans le livre de base :

  • Le Pistolero, passe partout dans cet univers, il peut être au service d’un puissant homme d’affaire ou à son propre compte, poussé par une envie de vengeance ou à la recherche d’un travail plus ou moins propre.
  • L’Elu est un servant de Dieu, persuadé d’être le bras de Sa volonté. Il protège ses brebis, prêche des sermons enjoué et lutte pour le bien (d’après l’idée qu’il s’en fait). Il est déclinable en sorcier Vaudou ou servant d’autres divinités.
  • Le Huckster est un sorcier, pratiquant la Magie des cartes. Il lance des sorts et peut accumuler de la puissance en jouant au Poker avec un Manitou. S’il gagne, ses sorts seront dévastateurs mais s’il lui arrive de perdre, son âme ne sera que jouet l’espace d’un instant entre les doigts du Manitou.                        
  • Le savant fou, créateur de machines infernales aussi dingues que lui, il est un allié précieux lorsque tout fonctionne bien. Mais si un grain de sable s’immisce dans ses rouages, gare à ceux qui sont trop près.

D’autres personnages sont jouables, la création étant d’une simplicité enfantine et les possibilités très nombreuses. De la danseuse de saloon au chercheur d'or, en passant par le hors-la-loi où le soldat déserteur, il suffit d'avoir l'idée de départ et de suivre les étapes de création bien expliquées dans le livre de base.

Des personnages pré-tirés du livre de base avec une pistolero, un guerrier, un huckster et un savant fou

Exemples de personnages proposés, pistolero, guerrier, huckster et savant fou.

Deadlands Reloaded permet un renouvellement aisé grâce aux différentes ambiances que l'on peut proposer à travers des scénarios aussi sombres qu'originaux. En effet, il est facile de faire jouer des parties aux thématiques diverses, le contenu se mélangeant très bien avec l'univers présenté : "horrifique façon Cthulhu", "enquête", "western classique", ou "parodie pulp", tout cela pouvant prendre forme pour des soirées one-shot. 


Les règles du jeu :

Le système de règles est celui de Savage Worlds, un jeu décrit par ses créateurs comme étant « Fast ! Furious ! Fun ! » faisant la part belle à l’action. Les personnages sont décrits avec attributs et compétences, ayant pour chacun, un dé attribué (du D4 au D12). Pour réussir une action, le score de base à atteindre est de 4 et peut être modifié par le Marshall (ici c’est le nom du MJ) suivant la difficulté. L’initiative se joue avec un jeu de poker (Jokers inclus) et chaque joueur possède des pépites (jetons de poker) qui lui permet de relancer un jet de dés. Ces détails offrent une immersion dans l'univers à travers les règles et offrent des scènes d'affrontements rapides et brutales, ce qui convient tout à fait à Deadlands

A noter que les joueurs possèdent également un dé de Destin, (D6), qu’ils lancent avec leur dé de compétences. On part du principe qu'avec leur espérance de vie pouvant connaître une rapide dégringolade, il s’agit de héros et un coup de pouce peut être parfois le bienvenu.

La suite de la gamme :

Deadlands Reloaded est sorti en 2012, mais aucun supplément en français n’a encore vu le jour. Alors pour les intéressés, sachez que l’écran (dont l’illustration est magnifique) ainsi qu’une campagne française baptisée Stone Cold Dead sortira prochainement. L’éditeur français (Black Book Editions) doit également traduire des suppléments parus dans la langue de Clint Eastwood.

En attendant, des scénarios sont proposés sur le site de l’éditeur, téléchargeable en pdf gratuitement dont un qui se marie bien avec la période actuelle, sobrement intitulé Douce Nuit, Sombre Nuit. Un pdf sous la forme de journal est également disponible. Il permet une découverte de l’univers et des règles en douceur et se termine par un scénario basique, idéal pour faire débuter des pieds tendres.

La conclusion de

Deadlands reloaded est un jeu qui ne s'embête pas de détails. L'univers peut être expliqué très rapidement et les règles sont parfaitement adaptées et compréhensibles par des novices dès les premiers lancés de dès. Les balles sifflent, la manipulation de la magie est un réel plus et l'environnement parlera dès les premières descriptions à quiconque à déjà vu un western. Pour le côté horrifique, le contexte permet l'intrusion de créatures aussi sombres que surprenantes mais il serait dommage de ne pas profiter des autres possibilités offertes par cet univers. Un conseil, restez sur vos gardes et gardez votre poudre au sec !

Que faut-il en retenir ?

  • L’univers, savant mélange de colt, d’indiens et d’horreurs indicibles
  • Le système de jeu adapté et immersif grâce aux cartes de poker et aux jetons
  • Les one-shot proposés par l’éditeur en libre-service

Que faut-il oublier ?

  • Les illustrations du livre de base sont très inégales
  • Le suivi de la gamme qui se fait attendre

Acheter Deadlands reloaded en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Deadlands reloaded sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+