75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : Defiance
Defiance >

Critique de la Série Télé : Defiance

Avis critique rédigé par Andre C. le lundi 20 octobre 2014 à 1827

saison :1 : Bien poussif et laborieux.

On pourra dire que la nouvelle version de BattleStar Galactica aura marqué les esprits. À tel point qu'il semble inconcevable, quelques années après, d'offrir une science-fiction fun et décomplexée pour espérer toucher un large public. Dorénavant, si une œuvre de science-fiction veut avoir l'air ambitieux, il faut qu'elle adopte un ton très premier degré, une photographie réaliste et mettre en scène des personnages traumatisés, et ce, quelque soit le point de départ.

Ainsi, le problème de Defiance est, non seulement, de passer après BattleStar Galactica, mais surtout de ne pas arriver à se démarquer de ses aînés. Cette nouvelle série, annoncée avec une grosse campagne de promotion par Sy Fy Channel (elle devait être l'événement estival de la chaîne), ressemble à un melting-pot d'influence qui ne parvient pas à trouver sa propre voie : l'intrigue se déroule dans un lieu unique, comme dans Star Trek – Deep Space Nine et Babylon 5 (la petite ville isolée remplaçant la station orbitale), la ville en question est peuplée de créatures diverses et variées comme dans FarScape et l'ambiance générale se veut un mixte entre science-fiction et western comme dans FireFly.

Cependant, malgré ses allures de SF d'anticipation à la sauce post-apocalytique, Defiance adopte la structure du procedural show, puisque nous suivons les enquêtes du shérif Joshua Nolan récemment établi dans la petite communauté. Comme on peut sans douter, chaque affaire de Nolan (Grant Bowler, dont le visage taciturne le rend parfait pour le rôle) permet de découvrir une nouvelle facette de la ville et de ses occupants. Or, ces enquêtes sont trop souvent reléguées en arrière-plan, en tant que McGuffin : chaque meurtre, disparition et autres vols sont des prétextes pour contraindre Nolan à prendre parti dans diverses intrigues et conflits, le problème étant que ceux-ci ont bien du mal à passionner.

En fait, l'ambition de la série, se situe ailleurs. On le comprend dès les premiers épisodes, Defiance ne cherche aucunement à être une révolution narrative et visuelle. En revanche, avec cette série, les auteurs tentent de toucher un public très spécifique, celui des gamers. Le but de l'opération est de franchir une étape supplémentaire dans un domaine, pour le moment peu confortable et très hasardeux : l'inter-activité. Pour ce faire, la chaîne a donc lancé, en parallèle à la série, un jeu vidéo... qui devrait en être un complément. Celui-ci n'est donc pas qu'un simple produit dérivé mais, au contraire, a pour but d'enrichir l'univers télévisuel : les joueurs peuvent créer des personnages et accomplir des missions... qui se retrouveront mentionner dans la série ensuite, dans une logique de transmedia, les deux supports s'influençant mutuellement.

Le principal souci de cette première saison provient donc de sa difficulté à trouver sa propre mécanique et son rythme. De nombreux éléments sont posés, mais aucun ne parvient à retenir l'attention. Déjà, nous avons les relations entre Joshua et sa petite protégée, Irisa, une native de cette planète. On se serait attendu à ce que ce duo travaille en binôme, or il n'en est rien, l'esprit de Irisa reste focalisé sur les mythes et les légendes de sa tribu. En revanche, Joshua devient de plus en plus complice avec la maire Amanda Rosewater (Julie Benz, Angel, Dexter) qui a bien du mal à préserver la tranquillité de sa petite communauté.

Nous pouvons supposer la chose suivante, la fameuse inter-activité qui aurait dû enrichir la série plus aisément devient une charge trop imposante pour les auteurs. L'univers a beau se dessiner petit à petit sous nos yeux, les scénaristes ne parviennent pas à lui donner suffisamment de consistance pour nous captiver. À travers les 13 premiers épisodes, plusieurs pistes susceptibles de faire décoller la série sont esquissées, mais aucune n'arrive à remporter notre adhésion. Il y a bien des intrigues de conspirations et de complots, mais elles s'avèrent si mal écrites qu'il ait bien difficile de comprendre où les auteurs veulent en venir. Le rythme de l'ensemble est trop laborieux et se laisse trop vite engluer dans des scènes de palabre bien dispensables : une conséquence plausible de l'inconfort de ce format misant sur l'inter-activité ? Les auteurs sont contraints d'attendre que les joueurs nourrissent la mythologie du show... mais ces derniers sont-ils seulement enclins à suivre les fils rouges amorcés dans la fiction télévisée ? Rien n'est moins sûr et il semble que les scénaristes n'aient pas prévu ce cas de figure.

Ce qui est fort dommage compte tenu du niveau de la production design. L'ambiance post-apocalytique est très convaincante (son rendu n’a pas à rougir d’une comparaison avec BattleStar Galactica sur ce point), il y a un bon travail sur les maquillages et même plusieurs acteurs ont déjà trouvé leurs marques. En somme, tout est réuni pour faire de Defiance une réelle série de science-fiction agréable à regarder... il ne manque plus que les auteurs se reprennent en main, et là, une sérieuse remise en question s'impose.

La conclusion de

Sans conteste, la déception de la saison 2013. Vu les personnes impliquées sur le projet (c'est une création de  Rockne S. O'Bannon, FarsCape quand même), on se serait attendu à ce que Defiance trouve bien vite ses marques et s'impose quasi instantanément en modèle du genre. Or, la désillusion est rude, la série souffre de gros problèmes d’écriture qui rend l’ensemble trop brouillon et confus.

Que faut-il en retenir ?

  • - L'univers post-apocalyptique bien rendu à l'image ;
  • - Les maquillages et effets spéciaux très réussis

Que faut-il oublier ?

  • - Des enjeux trop confus ;
  • - De gros problèmes d'écritures ;
  • - Un rythme laborieux

Acheter Defiance en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Defiance sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Defiance

En savoir plus sur l'oeuvre Defiance