75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film (direct to vidéo) : Porn Wars - Episode 1, par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le mardi 3 décembre 2013 à 19h25

Le sperme rejoint la Force...


Si l'on peut au moins reconnaître une qualité au cinéma X, c'est bien l'imagination avec laquelle les producteurs et distributeurs peaufinent leurs titres pour essayer de faire un maximum parler d'eux, et donc de transformer des films finalement très basiques en espèce d'objets de curiosité. Ainsi, sans même les avoir vu, nombreux sont ceux qui ont déjà entendu parler de Total Rectal, de Matrique ou de Qui veut la bite de Roger Rapeau ? Il serait toutefois naïf de penser que ces métrages constituraient une sorte de haut du panier en matière de films de boules, qu'ils bénéficieraient de plus grandes qualités que leurs concurrents anonymes, voire qu'ils pourraient s'apparenter à des spectacles parodiques plaisants. Non, car en dépit d'un packaging somme toute amusant, un film de cul reste un film de cul.

Porn Wars en est un bon exemple. Parodie hot de Star Wars, il s'appuie sur un pitch qui pouvait laisser espérer, en plus des incontournables pénétrations, plans à trois et autres orgies lesbiennes, une partie humoristique bon enfant. Pensez donc, on nous parle de jolies guerrières Jodis, capable de maîtriser le pouvoir sexuel de la force, qui se battent contre l'Empire Seth à coup de sabres lasers, de pouvoir télépathiques et d'éjaculations faciales, le tout sur fond de "voyage épique aux profondeurs du sexe". Avouez que ça fait rêver ! Quand en plus, le tout est monté avec trois bouts de ficelles et deux cartons (les Jodis en kimono, les Seth en pantalon de cuir), et se permet quelques ajouts d'effets spéciaux numériques tout droit issus des pires films Asylum (enfin, des films Asylum), on se dit que l'on va passer un agréable moment.

Le scénario (oui, appelons le comme ça) reprend dans les grandes lignes les spécificités de Star Wars, en détourne certains aspects (devinez à quoi sert le contrôle mental des Jodis... bravo, vous avez trouvé !), mais reste globalement purement cosmétique. L'oeuvre de George Lucas est ici gentiment parodiée, par bien des aspects plus rigolo qu'un Spartatouille, mais Porn Wars met trop en avant les figures imposées du porno pour s'avérer vraiment drôle sur la durée. Le film n'est donc fun que très épisodiquement, entre deux (longues) séances de jambes en l'air, pour peu, bien sur, que l'on s'amuse des prestations des comédiens (vous pensez qu'ils le font exprès d'être aussi mauvais ?), des inscrustations sur fond vert absolument dégueulasses, des effets spéciaux risibles ou des dialogues ridicules parfaitement mis en valeur par un doublage français absolument nullissime. 

Pour le reste, Porn Wars suit le cahier des charges (visiblement très strict tant il est invariant d'un film à l'autre) des films pornos. Sans grande surprise, on voit dans le film plus de bites que de sabres lasers, et il est rare que ces guerrière Jodis tout en plastique n'aient pas quelque chose de dur à enfiler (ici ou là). Alors à moins d'être un adorateur de cinéma hard, on finit quand même par se faire chier devant ces longues séquences de baise. Une nouvelle fois, le titre et la jaquette nous auront fait miroiter autre chose que ce simple film de cul, et de nouveau, on se sera fait piéger. Mince. Au cas où, je vais quand même m'enfiler le 2 (enfin, je vais le regarder, mais vous m'avez bien compris), juste au cas où ce serait un peu mieux. Je sais, je suis un grand naïf...

La conclusion de à propos du Film (Direct to Vidéo) : Porn Wars - Episode 1

Vincent L.
10

Ne rêvez pas, Porn Wars n'est qu'un porno comme il en existe des milliers. Le cahier des charges est respecté à la lettre, et l'aspect parodique n'existe pour ainsi dire que très peu. On peut certes s'amuser devant les aspects les plus ringards du film, mais avouons le, les éléments les plus drôles restent l'affiche, le titre et le pitch. Pour le reste, à moins d'aimer le cinéma X et les actrices siliconées, on se fait rapidement chier devant ce film qui (ne riez pas) est le premier volet d'une trilogie.

Que faut-il en retenir ?

  • L'habillage parodique de l'ensemble.

Que faut-il oublier ?

  • Chiant comme du porno,
  • Avec tous les défauts du porno,
  • Avec des actrices en plastique en plus.

Acheter le Film (Direct to Vidéo) Porn Wars - Episode 1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Porn Wars - Episode 1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+