75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : La Stratégie Ender
La Stratégie Ender >

Critique du Film : La Stratégie Ender

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 13 novembre 2013 à 1405

La force brute n'est pas la plus forte

Andrew "Ender" Wiggins est un gamin pas comme les autres. Dès son plus jeune âge il a été repéré par la flotte pour faire partie de l'élite des chefs de l'armée et pour mener à bien une mission : repousser l'envahisseur extraterrestre (les Doryphores) qui s'apprête à tenter pour la deuxième fois de coloniser la Terre.

Adaptation cinématographique de l'un des romans les plus connus d'Orson Scott Card, La Stratégie Ender repose plus sur la psychologie et la tactique de ses protagonistes que sur les effets spéciaux attendus dans ce genre de film. Ender fait preuve de ses capacités à comprendre et anticiper ses ennemis pour combattre des situations difficiles pour lui et les retourner à son avantage. Une grande partie de l'intérêt du film (et du livre) se trouve dans sa manière de résoudre ses problèmes, que ce soit à l'académie de formation, dans les exercices sur le terrain ou dans sa vie privée. Avec sa tête de premier de la classe et ses yeux qui opèrent froidement tels deux analystes, Asa Butterfield incarne à la perfection le « Ender » des bouquins (même si celui-ci n'a pas 6 ans quand il est repéré).

La prestation d'Asa Butterfield ferait presque de l'ombre à Harrison Ford qui joue pourtant là le rôle d'un colonel convaincant dans son entêtement à trouver son remplaçant et à jouer avec le mental des gamins. Le colonel Graff est prêt à tout pour arriver à ses fins : gagner la guerre de manière radicale. Étant trop vieux et conventionnel pour se battre contre des ennemis qu'il ne comprend pas, il s'en remet donc à ces gamins dont l'esprit est encore malléable et vierge de toute convention leur permettant de développer des tactiques inédites grâce au jeu. L’humour froid – comme l’espace – parsème le film d’une ambiance aseptisée mais réussi à faire mouche alors que le lieu et la situation ne s’y prêtent guère. On pourrait regretter que les personnages secondaires soient si peu développés, mais ça permet au réalisateur de se concentrer sur l’essentiel et de ne pas faire durer le film en longueur.

D’un point de vue global, le jeu est un thème important du film car il nous est démontré qu'à travers le jeu on peut tout apprendre et conditionner un esprit pour lui faire faire ce qu'on veut. Le jeu est utilisé par les enfants pour développer leurs tactiques dans l'espace mais il est aussi utilisé par le commandement pour connaître les peurs et les sentiments profonds d'Ender. C'est un élément important de l'histoire et qui n'est pas si inoffensif.

Pour couronner le tout, le film est habillé de nombreux effets spéciaux et décors pas vilains du tout. Les espaces confinés des quartiers de repos font opposition à la gigantesque salle d'entraînement en apesanteur et permettent d'alterner huis clos et grands espaces. Et même si cette salle n’a pas de haut ni de bas, les plans de caméras sont suffisamment intelligents pour qu’on s’y retrouve tout le temps. Ces séquences en apesanteur, filmées sur fond vert permettent d’apprécier la stratégie des équipes et nous préparent à la bataille finale tout en nous donnant l’impression de la grandeur du vide spatial. Idem lors des séquences finales réalisées comme une sorte de réalité virtuelle augmentée bien trouvée. Quelques plans séquences en images de synthèses de moins bonne qualité que le reste du film se trouvent être en fait des morceaux de jeux vidéo visibles sur la tablette d’Ender, on accepte donc leur qualité plus basse.

La conclusion de

La stratégie Ender est un film intelligent, centré sur la psychologie des personnages et qui n’insiste pas sur une surenchère technique ou spectaculaire pour séduire son public. Les personnes qui ne connaissent pas le livre d’origine se laisseront surprendre par le scénario tandis que les autres seront plutôt contents de retrouver les points forts du livre. Un blockbuster de qualité et qui, je l’espère, donnera lieu à des suites tout aussi passionnantes. Un des meilleurs films SF de l'année, pour sûr !

Que faut-il en retenir ?

  • Les jeux psychologiques de Graff
  • Ender et sa capacité à se sortir de situations tordues
  • Les effets visuels de la bataille finale
  • L'ambiance froide

Que faut-il oublier ?

  • Les séquences "jeux vidéo"
  • Personnages secondaires pas très développés

Acheter La Stratégie Ender en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Stratégie Ender sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le cycle d'Ender

En savoir plus sur l'oeuvre Le cycle d'Ender