75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Summoner wars : Elfes du Phénix vs Orcs de la Toundra : Le royaume déchu
Summoner wars : Elfes du Phénix vs Orcs de la Toundra > Summoner wars : Elfes du Phénix vs Orcs de la Toundra : Le royaume déchu >

Critique du Jeu de cartes : Summoner wars : Elfes du Phénix vs Orcs de la Toundra : Le royaume déchu

Avis critique rédigé par Amaury L. le vendredi 7 juin 2013 à 1102

Les zombies font le « job ».

Le carnage s'annonçait prometteur. Ret-Talus, l'être en décomposition purulente depuis plusieurs millénaires salive de ces membres arrachés, de ces têtes tranchées qui, bientôt, ornementeront chaque parcelle du champ de bataille. « Mourez mes tendres morts-vivants, tuez à volonté, je serai votre âme et votre corps pour l'éternité ».

C'est tout petit...

Cette faction supplémentaire tient dans une boîte ridicule et propose simplement une armée complète de 28 cartes. On retrouve un invocateur Ret-Talus, 3 champions, 18 unités communes (archers squelettes, guerriers zombies et faucheurs), et des 13 événements. On conserve une cohérence artistique avec John Ariosa aux illustrations.

Une bonne armée...

Le royaume déchu est une faction tournée vers la « zombification » avec une vraie recherche dans les pouvoirs afin de coller au plus près à cette thématique très en vogue. Tous les éléments de cette faction font appel à la résurrection, au sacrifice et au « don de soi ». Les cartes Événements comme « Sacrification invocatoire » permettent d'invoquer de grosses bestioles (les champions) pour un coût minime. Cependant, les contreparties immédiates fragilisent la faction et le joueur se doit de calculer si le sacrifice semble une bonne opération. Souvent, l'appât du gain demeure le plus fort et on ressent toujours un plaisir enfantin à sortir rapidement un champion qui terrorise votre adversaire. Le royaume déchu offre une petite unité qui, avec un peu de roublardise, donnera à ces ennemis des sueurs froides, il s'agit du Faucheur. Ce dernier emmagasine un dé d'attaque pour chaque unité tuée (ennemie comme amie). Autant dire que les archers squelettes plutôt moyens offensivement passent de temps en temps sous la faux destructrice du Faucheur avant que celui-ci aille titiller les « gros bills » adverses.

La faction « Le royaume déchu » respecte parfaitement la thématique zombie avec des effets idoines et malgré un taux élevé de défaite s'avère amusante à jouer et à pratiquer. Le zombie sait séduire quand il le faut. Toutefois, on pointe un gros bémol. Pourquoi après deux boîtes de base Summoner wars (lire une critique ici) convaincantes et attractives pour leurs prix, on assiste à un tel découpage au niveau des extensions ?

Si on souhaite posséder toutes les unités Zombie et renouveler son armée (ainsi que les parties), il faut se porter acquéreur d'une autre petite boîte La lame de Goodwin, dont la moitié des cartes ne serviront pas, puisqu'elles concernent une autre faction (encore dans une boîte à part), Les avangardes. Finalement, pour simplement posséder deux armées supplémentaires, cela coûte un minimum de vingt euros (trente si on veut tout), le prix (ou plus) d'une boîte de base mais sans le tapis, les dés, les cartes Mercenaire et les jetons Blessure. Regrouper l'ensemble en une seule et unique extension aurait été plus judicieux et diffusé une image moins mercantile.

La conclusion de

Le royaume déchu est une nouvelle faction prête à jouer pour Summoner wars. Le zombie est au cœur de cette armée et les pouvoirs s'y rapportant sont millimétrés. On félicite l'auteur Colby Dauch pour le travail thématique qui colle parfaitement à cette faction très plaisante à jouer. Cependant, on regrette amèrement la politique éditoriale de Filosofia qui morcelle exagérément les extensions.

Que faut-il en retenir ?

  • Une nouvelle faction amusante.

Que faut-il oublier ?

  • Le découpage des extensions.

Acheter Summoner wars : Elfes du Phénix vs Orcs de la Toundra : Le royaume déchu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Summoner wars : Elfes du Phénix vs Orcs de la Toundra : Le royaume déchu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Summoner Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Summoner Wars