L'appel de Cthulhu 6ème édition > L'appel de Cthulhu 6ème édition : La France des années folles : Sous un ciel de sang >

Critique de L'appel de Cthulhu 6ème édition : La France des années folles : Sous un ciel de sang [2012]

Ecrit par Vincent L. le samedi 5 janvier 2013 à 11:03

Des scénarios matures et aboutis...

Un peu plus de quatre ans après la parution dans la langue de Molière du livre de base de L'appel de Cthulhu 6ème édition, les Editions Sans-Détour commencent à sortir régulièrement des suppléments originaux de création française. Ceux-ci agrémentent notamment une collection appelée La France des Années Folles, inaugurée en grande pompe par le très réussi Les mystères de Lyon en juillet dernier. Sous un ciel de sang constitue la deuxième contribution à cette collection ; il s'agit d'un recueil de scénarios écrit par l'un des auteurs les plus prolifiques qu'ait pu connaître le jeu en France : Tristan Lhomme.

Ce dernier est en effet connu pour avoir longuement contribué à la première version du magazine Casus Belli, proposant un nombre conséquent de scénarios aux lecteurs entre 1988 et 1999. Depuis l'arrêt du périodique, il n'avait plus rien écrit pour L'Appel de Cthulhu, et ce même si certains de ses scénarios avaient entre-temps été repris dans certaines publications (à l'instar du fascicule accompagnant l'écran des Masques de Nyarlathotep). Sous un ciel de sang marque donc son retour dans l'univers lovecraftien, désormais libéré des contraintes éditoriales liées au format "magazine".

 

 

Sous un ciel de sang est composé de trois scénarios et de douze trames d'aventures réparties en cent quatre-huit pages. Chaque histoire dispose donc d'une place confortable pour être développée (le scénario le plus court fait tout de même trente pages), ce qui permet la mise en place de contextes originaux et de situations inédites. Avec la masse de suppléments parus pour un jeu comme L'Appel de Cthulhu, on pouvait se dire qu'il était difficile d'être encore innovant, pourtant, Tristan Lhomme parvient à surprendre dans les diverses histoires mises en place, tout en gardant un fond cohérent - classique même - avec l'univers lovecraftien.

Le premier scénario, qui donne son titre au supplément, est une véritable mini-campagne dont le déroulé est modulable en fonction des actions des joueurs ; ambitieux, impeccablement conçu, il propose un grand nombre de scènes d'anthologie qui devraient aisément se transformer en souvenirs de jeu impérissables. La deuxième aventure, Les ténèbres au coeur de la montagne, n'exploite quant à elle pas spécifiquement le cadre de la France des Années Folles (et peut donc être transposée ailleurs sans trop d'efforts) ; débutant de manière très classique, cette histoire sait se complexifier et s'avère de plus en plus passionnante au fur et à mesure de son déroulé.

 



Le drame de la fosse 5 est enfin conçu pour être joué en double table, avec deux maîtres de jeu (bien qu'il soit possible de le jouer avec une table unique, mais cela fait perdre une partie de l'intérêt général). Le contexte de jeu y est lui aussi original, et la trame permet de faire cohabiter deux groupes dont les objectifs sont les mêmes, mais qui aborderont l'histoire par deux bouts différents. L'ambiance voulue est excellente, et l'histoire, même si quelque peu classique, s'avère suffisamment bien construite pour réussir à porter toute l'aventure. Le supplément se termine enfin sur douze grosses trames de scénarios (chacune tenant sur une double page) qui devront être développées par les maîtres de jeu.

Au final, Sous un ciel de sang s'apparente à une belle réussite, n'ayant absolument rien à envier aux recueils de scénarios parus aux Etats-Unis. Cependant, cette ambition affichée à un prix : chacun des scénarios demande un minimum d'expérience du maître de jeu (notamment en terme d'improvisation) ainsi qu'un temps de préparation en amont assez conséquent (malgré les nombreuses aides de jeu et l'excellent travail fait sur les personnages pré-tirés qui simplifient tout de même la tâche). Cela tend donc à destiner ce supplément à des meneurs expérimentés, les plus néophytes pouvant être effrayés, voire démunis, par cet aspect totalement ouvert dont bénéficient les scénarios.

à retenir

  • Trois histoires complexes et abouties,
  • Des scénarios structurellement ambitieux,
  • Des contextes de jeu originaux,
  • Des personnages pré-tirés bien construits,
  • Des aides et des conseils de jeu,
  • Douze trames de scénarios supplémentaires proposées.

à oublier

  • Un temps de préparation important,
  • Difficile d'accès pour les débutants.

Les autres critiques du même titre

Les dernières critiques de Vincent L.

Voir toutes les critiques de Vincent L.