75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
A Touch Of Evil > A Touch Of Evil : Something Wicked >

Critique du Jeu de société : A Touch Of Evil : Something Wicked

Avis critique rédigé par Benoît F. le samedi 15 janvier 2011 à 08:45

LOSING MY RELIGION

Encore une fois les alentours de Shadowbrook sont menacés par de sinistres créatures aux sombres desseins. Alors que cette charmante communauté se remet tranquillement des traumatismes dus aux meurtres de ses chers concitoyens, des rumeurs inquiétantes arrivent depuis le monastère. On parle d’une secte ou plutôt d’un ordre occulte portant le nom, quelque peu bucolique, de La Main Pourpre (The Crimson Hand). Ces cultistes, adeptes de la comedia dell’arte et adorateurs d’une horreur innommable, désirent prendre le pouvoir dans la région tout en tentant d’invoquer leur sombre déité sur cette terre. On parle également d’une gargouille pétrifiant d’un seul regard ses pauvres proies, d’une créature errant dans les marais et d’une banshee se régalant des âmes de ses victimes. Un dur labeur attend les héros du peuple qui seront rejoints dans cette tâche par quatre nouveaux combattants : Eliza la chasseuse de sorcière, la Capitaine Hawkins, le frère Marcus et la ravissante et non moins vampirique Valeria.

 

 

 

UN MATERIEL DU FEU DE DIEU!

Something Wicked est donc la première extension conséquente pour A Touch of Evil. La boîte est de la même taille que celle du jeu de base ce qui en dit long sur ce qu’elle renferme. En effet, en plus des quatre nouveaux personnages et autant de grands méchants pas beaux, un nouveau plateau nous est proposé. De mêmes dimensions que celui fourni dans A Touch Of Evil, cette aire de jeu nous invite à visiter un monastère mal fréquenté, une auberge hantée ainsi qu’une île interdite. Quel joyeux programme en perspective. A noter qu'une case du nouveau plateau s'ouvre vers d'autres cieux et notamment vers la côte, laissant entrevoir l'éventualité d'une future extension au même format.

 

 

L’ensemble du matériel est encore d’excellente qualité : les figurines conservent la finesse de leur sculpture ; les cartes sont d’une solidité à toute épreuve tout comme les planches de personnages et de créatures. L’aspect graphique est identique à celui de A Touch of evil : un style à part aisément identifiable et garant d’une immersion totale.

 

 

 

QUOI DE NEUF SOUS LE SOLEIL DE SATAN?

Comme à son habitude, l’éditeur américain propose un certain nombre de variantes au jeu de base et en particulier une règle solo à laquelle un certain nombre de joueurs auront pensés bien avant l’arrivée de cette extension. A contrario, on appréciera grandement la nouvelle table délivrée pour le jeu coopératif, beaucoup plus riche en termes d’évènements. Bref, ce n’est pas à ce niveau que se situent les apports conséquents de ce nouvel opus.

 

 

L’apparition d’un nouveau plateau de jeu n’est pas sans conséquence sur la durée et le renouvellement des parties. En effet, le temps de jeu se verra doublé grâce (ou à cause selon votre niveau d’appréciation) à une région deux fois plus grande à explorer. Les notables du village détiennent toujours un rôle important mais l’influence de La Main Pourpre planera au-dessus de vos têtes tout au long de la partie. Elle sera d’autant plus prépondérante si vous choisissez L’Horreur Sans Nom (Unspeakable Horror) comme grand méchant à abattre.

 

 

En plus de cela, cette déité transcendant l’espace-temps apportera son lot de nouveaux jetons représentant cercles d’invocation et autres passages inter-dimensionnels qui vous permettront d’aller d’un bout à l’autre du plateau tout en préservant vos vieilles sandales de pèlerin « compostelliste ».

 

 

La créature du marais (Bog Fiend) amène elle aussi son lot de joyeusetés en commençant pas des nuées de moustiques particulièrement tenaces et totalement à leur aise dans l’environnement marécageux qui s’étendra au fur et à mesure de la partie. Si deux jetons Marais doivent se retrouver sur le même lieu, ils sont remplacés par un jeton Sunken (immergé) qui interdira désormais toute fouille du lieu ; adieu l’accès aux cartes de l’endroit en question !

 

La zone marécageuse progresse!

 

Les deux autres créatures renouvellent un peu moins la pratique du jeu tout en intégrant quelques éléments dignes d’intérêt tels que l’intervention d’un nouveau pion de forme hexagonale répondant au nom de Grounds Keeper. Cet ennemi à ne pas prendre pour un lapin de trois semaines viendra donner un gentil coup de main à son amie la Banshee. De même les capacités de la gargouille ne sont pas négligeables et viendront parasiter, comme celles du loup-garou du jeu de base, votre envie d’en découdre.

Au rang des nouveaux personnages, on appréciera le ton donné par la nouvelle équipe. La tendance est au Sacré sans oublier les fondamentaux tels que la bonne grosse pétoire d’oncle Virgile. Le frère Marcus sera une arme inestimable pour peu qu’il puisse faire ses saintes emplettes au monastère ; sa faculté à contrer les évènements et les effets des cartes Mystère s’avèrera inestimable. Le capitaine Hawkins agira sur les faits et gestes de la milice, plutôt pratique en ces temps troublés. La chasseuse de sorcière est une tueuse de monstres particulièrement efficace et notamment contre les créatures fantomatiques, démoniaques et magiques. Enfin, la belle Valeria, vampire très ancien de son état, possède une capacité de régénération particulièrement pratique et effective à la fin de chaque round de combat.

80

Something Wicked est une très bonne extension qui ravira les fans du jeu de base. Certes, son utilisation allongera grandement la durée d’une partie mais les renouveaux scénaristiques qu’elle apportera justifieront à eux seuls son achat. Grâce aux nouvelles créatures et à la présence de l’ordre de La Main Pourpre, de véritables histoires dans l’histoire se mettront en place et cela de manière plus conséquente que dans le jeu de base.

Critique de publiée le 15 janvier 2011.

Que faut-il en retenir ?

  • Une trame scénaristique qui s'enrichit
  • Le matériel de toute beauté

Que faut-il oublier ?

  • Un rallongement conséquent de la durée des parties
  • Pas d'amélioration concernant le système de déplacement des personnages

Acheter A Touch Of Evil : Something Wicked en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de A Touch Of Evil : Something Wicked sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !