75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Comics : House of M1
House of M > House of M1 >

Critique du Comics : House of M1

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 24 mars 2006 à 0620

La maison Marvel, avec un grand M ?

Après "les vengeurs : la séparation", les what if… ? Et avant Civil Wark de Mark Millar, voici House of M de Brian Michael Bendis. Grosse campagne lors de l’année 2005, House of M était annoncé fièrement comme un chamboulement inespéré de la maison des idées. Bref après le passage de ce comics rien allé être comme avant! Un discours pas vraiment nouveau.
Tout commence avec Wanda alias la sorcière rouge, fille de Magnéto et ancienne membre des vengeurs. Celle-ci depuis le titre la séparation a perdu le contrôle de ses pouvoirs. Bien qu’étroitement surveillée par le professeur Xavier, docteur Strange et Magnéto, elle devient de plus en plus dure à contrôler et risque de modifier les champs de probabilité de la planète. Les super héros sont donc obligés de se réunir pour décider de son sort…


4 comics de 2 chapitres chacun. Voici le topo pour avoir l’aboutissement de l’histoire. Cette première partie et présenté de manière à poser les bases et que tout soit compréhensible. Maintenant, j’ai eu beaucoup de mal à voir où tout cela va révolutionner. Le schéma semble assez classique : une fille aux pouvoirs énormes et des héros qui vont tous faire pour la stopper. Il est difficilement imaginable que Marvel assassine un Spider-Man, un capitaine America ou encore un Wolverine. À l'heure actuelle, Brian Michael Bendis a pondu quelques perles pour la maison d’édition et je lui fais assez confiance pour épater. Mais dans tous les cas ça ne sera pas ce premier numéro qui innovera.
Côté dessin, Olivier Coipel nous vient de France, et c’est a lui que l’on a chargé de remodeler tout ça. Hormis la fierté de voir un Français dessiner du super héros, le dessin est plutôt passe-partout et dans la lignée du comics US. Ni pire ni meilleure. Efficace, mais sans personnalité. Que ça soit lui ou un autres, nous ne l’aurions pas vraiment remarqué.

La conclusion de

Il faudra attendre pour avoir une véritable idée du potentiel de ce House of M. pour l'instant il est plutôt classique. Ni mauvais, ni exceptionnelle. Qualité pour passer un bon moment et s’oublier, mais à en croire la maison d’édition la suite me contredira.

Que faut-il en retenir ?

  • Un français au dessin
  • Une histoire de Bendis se refuse rarement

Que faut-il oublier ?

  • N°1 Classique pour l’instant
  • Manque de personnalité

Acheter House of M1 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de House of M1 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+