75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de rôle : Subabysse 8ème édition
Subabysse 8ème édition >

Critique du Jeu de rôle : Subabysse 8ème édition

Avis critique rédigé par Vincent L. le lundi 9 septembre 2013 à 1011

Un petit jeu qui ne demande qu'à devenir grand...

S'il s'agit de sa première édition "professionnelle", Subabysse n'est toutefois pas un jeu récent. Publié à compte d'auteur, puis chez Napalm Editions et enfin chez La Boite à Polpette, Subabysse aura connu en tout et pour tout sept versions différentes avant d'attérir dans le catalogue des Ludopathes. La création du jeu remonte donc à de nombreuses années, au moins autant que son concurrent le plus célèbre, Polaris, avec qui il partage une base similaire : un univers post-apocalyptique dans lequel l'humanité s'est réfugiée sous les océans. Plus de quinze ans après leurs premières sorties respectives, on peut désormais estimer que les deux titres sont aussi légitimes l'un que l'autre (d'autant plus que n'est pas la première fois que deux jeux de rôle partagent un background très proche, comme Hollow Earth Expedition et d'Aventures dans le monde Intérieur par exemple). Il reste toutefois intéressant de les comparer pour bien comprendre ce qui les distingue réellement.

De prime abord, Subabysse et Polaris sont en effet très proches, et, même au delà de leur point de départ, partagent un grand nombre de points communs, que ce soit sur le fond (des nations rivales qui se livrent des guerres politiques et économiques, la présence de mutants, etc.) comme dans la forme (les deux sont des jeux à secrets). Mais si la distinction n'est pas apparente à première vue, elle s'impose naturellement après une simple lecture du background : là où Polaris est un jeu survivaliste qui s'appuie sur un univers très sombre, Subabysse s'apparente quant à lui plus à un melting-pot permettant de varier les styles de jeu. Si on peut tout à fait y faire du dark très sérieux, il est également possible de partir vers des registres plus légers, plus aventureux ou plus pulp en fonction de l'ambiance souhaitée par le maître de jeu et/ou les joueurs. Pour résumer, disons que l'on peut faire du Polaris avec Subabysse, mais que l'on ne peut pas faire du Subabysse avec Polaris.

Malgré ces différences, les deux titres partagent tout de même un défaut similaire : ce sont des jeux à secrets. Certes, en théorie, il ne s'agit pas à proprement parler d'un défaut ; toutefois, en pratique, il faut bien reconnaître que Les Ludopathes ne sont en général pas très fiables dès lors que l'on parle de suppléments, y compris lorsqu'ils éditent des jeux à gamme (Oikouménè ou Manga No Densetsu n'ont eu aucun suivi par exemple, alors même que leurs livres de base n'étaient pas complètement fonctionnels). Polaris 3ème édition, de son côté, connaît exactement le même soucis : plus de cinq ans après la sortie du jeu, les fameux secrets n'ont toujours pas été dévoilés par Black Book Editions. Certes, le meneur de jeu peu combler ces lacunes et compléter tout seul les trous du background, mais d'une façon globale, il reste difficile de juger d'un jeu dont la qualité intrinsèque est directement liée à de futures publications.

Dans le cas de Subabysse, cela est d'autant plus vrai que le livre de base ne fournit que peu de background. Sur la totalité du livre de base, moins d'une quarantaine de pages sont dédiées à l'univers, le reste de l'ouvrage se composant principalement des règles du jeu (création de personnage, système et équipement) et de six scénarios. Dans l'optique d'un jeu à gamme, cela reste tout à fait logique, car le livre de base n'est censé fournir que le squelette, les suppléments venant par la suite greffer les organes (donc développer petit à petit tous les points sommairement présentés). Donc de deux choses l'une : soit le suivi est effectif, et Subabysse se présente à priori comme un très bon jeu, soit il ne l'est pas, et sa durée de vie en pâtira très sérieusement, ce livre de base ne fournissant pas suffisamment de matière pour dépasser le simple cadre du one-shot ou de la courte campagne.

A l'exception de son point de départ mythologique qui détonne quelque peu avec le reste du traitement (à voir par la suite comment il sera exploité par les secrets), l'univers de Subabysse s'impose donc a priori comme un mélange des genres plutôt réussi où cohabitent différents styles de jeu. Si la description géopolitique reste encore légère, les bases sont néanmoins bien présentes et prêtes à être développées. Les autres éléments amènent chacun leur pièce à l'édifice : technologie (pour le côté SF), religion (pour l'aspect fantastique), pirates et exploration sous-marine (pour partir à l'aventure), etc. Le tout est complété par un premier cadre de jeu, le projet Deepsea I, parfaitement pensé pour pouvoir justifier la réunion de différents personnages et les emmener vers l'aventure. Si le contenu reste léger, il exploite cependant impeccablement l'espace mis à disposition en ne se concentrant que des informations utiles.

La partie technique de Subabysse constitue le gros du livre de base, divisé entre création de personnages, système de jeu et matériel technologique. A ce niveau, on sent que le jeu a vécu et que le système a été testé pendant longtemps. Si quelques défauts mineurs apparaissent (le système d'expérience où plus tu es fort, plus tu progresses vite), le tout est solide. Certes, la mécanique reste très classique (les jets sont réussis s'ils sont inférieur à un pourcentage), mais elle s'avère avant tout efficace (ni trop simpliste, ni trop complexe), fluide et globalement facile de prise en main. La création de personnage, quant à elle, est aussi riche que complète. Il faudra ainsi en créer un certain nombre avant de faire le tour des nombreuses possibilités offertes par le système et l'univers. La partie technique, enfin, contient tout ce qui est nécessaire pour bien saisir tout l'aspect futuriste et technologique du jeu.

Le livre se base se termine sur une partie donnant aux maîtres de jeu de nombreux outils facilitant ses premières parties dans l'univers du jeu, notamment des archétypes et des six scénarios. Ce genre de matériel est d'ordinaire suffisamment rare pour que le principe doive être salué, mais souffre cependant d'un problème : l'impression que tous les scénarios sont des scénarios d'introduction. Il n'y a ainsi pas de progression dans l'ambition des diverses histoires, qui s'appuient chacune sur des structures relativement simples. Cela tend ainsi à renforcer l'impression de jeu à one-shot (comme si chaque scénario était destiné à être joué avec des joueurs différents), ce que ne semble pourtant pas être Subabysse. Le reste du matériel, des archétypes au projet Deepsea I en passant par la descryption des fosses abyssales, est quant à lui parfaitement pensé en terme d'utilisation.

Un petit mot pour terminer sur le livre en lui-même, aussi somptueux que pratique. Subabysse bénéficie ainsi du tout couleur, est imprimé sur du papier glacé et dispose de magnifiques illustrations (bien plus réussies que cette couverture "pour puceau prépubère" qui ne donne pas une vision exacte - et flatteuse - de l'univers du jeu). La maquette est claire, aérée et lisible, le découpage est logique et instinctif, et le style d'écriture va à l'essentiel sans s'embarasser de fioritures. Grâce à ses capacités formelles en terme d'immersion, Subabysse est donc un ouvrage très agréable à lire et à manipuler, qui donne envie de plonger dans les profondeurs abyssales en quête de mystères et d'aventures.

La conclusion de

Subabysse propose un univers sous-marin se trouvant au croisement de nombreux genres, entre fantastique et science-fiction, entre aventure débridée et survivalisme sérieux. Cela aurait pu n'être qu'un gloubiboulga absolument indigeste, mais le background s'avère au final harmonieux et cohérent. Subabysse permet donc de varier les styles, les plaisirs et les aventures, et ce même si, pour l'instant, la faible place accordée au développement de l'univers ne lui permet pas de s'étendre comme il le pourrait. Un petit jeu qui ne demande qu'à devenir grand, et qui, indéniablement, en possède le potentiel.

Que faut-il en retenir ?

  • Mélange des genres réussi,
  • Système de jeu fonctionnel,
  • Création de personnage riche,
  • Beaucoup de matériel de jeu,
  • Un très beau livre, agréable à lire.

Que faut-il oublier ?

  • Univers très peu développé,
  • Scénarios assez moyens,
  • Qualité dépendante des futures parutions.

Acheter Subabysse 8ème édition en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Subabysse 8ème édition sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+