75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu de cartes : Mascarade
Mascarade >

Critique du Jeu de cartes : Mascarade

Avis critique rédigé par Amaury L. le mercredi 18 septembre 2013 à 0817

Incompréhension et mascarade ?

L'argent est au centre de toutes les convoitises. Acquérir richesse et pouvoir, même les paysans en rêvent. Et si tout devenait possible en entrant dans la Mascarade...

Une jolie mascarade.

Mascarade est une boîte de taille modeste qui renferme quatorze cartes Personnage magnifiquement illustrées par Jérémy Masson. D'ailleurs, l'achat de protège-cartes adaptées sera une nécessité afin d'allonger leur durée de vie, en raison des nombreuses manipulations effectuées durant la partie. Le reste du matériel demeure classique avec des marqueurs cartonnés (un tribunal, 86 pièces et quatorze tuiles Personnage). En dehors des cartes Personnage, rien d'exceptionnel en terme artistique.

Une simple mascarade.

Le but du jeu est d'amasser treize pièces d'or ou si un joueur est ruiné, d'être le plus riche à ce moment précis.

On distribue aléatoirement une carte Personnage face visible à chaque joueur. Ensuite, elles sont retournées face cachée quand tous les joueurs les ont bien vues. Lors du premier tour, les quatre premiers joueurs doivent effectuer l'action échanger sa carte Personnage. La mise en place est terminée.

Lors de son tour, un joueur choisit une action parmi échanger sa carte ou pas avec une autre (sous la table et en dehors des regards, il intervertit ou pas sa carte avec celle d'un autre participant), regarder sa carte (afin de prendre connaissance de son personnage) ou annoncer son personnage. Cette dernière action consiste à déclarer être un personnage et en activer son pouvoir (exemple : j'annonce être le Roi afin de récupérer trois pièces d'or). Les autres joueurs peuvent contester cette annonce en se proclamant aussi le personnage indiqué. Si personne ne conteste, on active le pouvoir du personnage sans le révéler, sinon tous les joueurs concernés retournent leur carte. Uniquement celui qui a le personnage annoncé bénéficie de son effet, les autres paient une pièce d'or au tribunal.

Un double visage.

Mascarade est un jeu de bluff de Bruno Faidutti, un créateur français qui officiait déjà chez le mythique éditeur Ludodélire (La vallée des mammouths est paru en 1991). La principale réussite de cet auteur demeure à ce jour Citadelles (déjà à sa troisième édition). Cet inventeur de jeu se caractérise par une volonté assumée d'intégrer un aspect chaotique, de « non-contrôle » dans chacune de ses œuvres.

Mascarade emprunte lui-aussi ce chemin cher à son géniteur. Très rapidement, suivre les changements incessants (ou pas) des personnages devient un défi presque impossible à relever. Les joueurs nagent en pleine incertitude et le chaos cède volontiers sa place au bluff. On essaie avec le maximum d'aplomb d'annoncer des personnages avec des pouvoirs intéressants sans réellement savoir qui on représente. C'est le cœur, le moteur de Mascarade, jouer de roublardise et d'astuce. Et c'est à ce moment précis que le jeu bascule vers le « party-game » agréable pour certains, ou vers le désintérêt absolu pour d'autres. Mascarade ne laisse pas sans impression, on aime ou on n'aime pas. Comme le jeu s'appuie sur une mécanique épurée, si le bluff et la non-maîtrise ne sont pas dans vos petits papiers, Mascarade aura un pouvoir de séduction frisant le zéro absolu. Certains parties ne dégagent aucune ambiance, aucun plaisir si les participants n'adhèrent pas ou ne saisissent pas la subtilités, les nuances de ce jeu de bluff. L'idée de départ, à la lecture des règles, annoncer un personnage afin d'activer son effet semble plutôt ingénieuse, mais selon les publics, elle ne fonctionne pas systématiquement, Mascarade ne présente pas toutes les garanties de passer un bon moment, de prendre du plaisir en le pratiquant. Plus que jamais, le conseil « bateau » de tester avant d'acheter semble opportun.

 

La conclusion de

Mascarade s'appuie sur des valeurs ancrées chez son auteur, une part de non-contrôle, de chaos. Avec la pratique, on s'aperçoit rapidement des effets pervers de ces mécanismes épurés et chaotiques, le jeu ne fait pas du tout l'unanimité. Certains joueurs (presque la moitié) passent totalement à côté et ne voit aucun intérêt à ce jeu de bluff pendant que d'autres apprécient l'ambiance chaleureuse autour de la table, le fait de subir cette incertitude constante, ce chaos permanent, car ne rêvez pas, même avec une excellente mémoire,il demeure impossible de suivre la valse des personnages. Dans tous les cas, Mascarade est un vraie mascarade, pour le meilleur comme pour le pire.

Ceux qui aiment notent : 7,5 / 10

Ceux qui n'aiment pas notent : 2,5 / 10

Que faut-il en retenir ?

  • Magnifiques illustrations.
  • Facile à jouer.
  • Jeu de bluff.

Que faut-il oublier ?

  • 1 fois sur 2, le jeu fait un flop.
  • Fins de parties qui peuvent tourner en rond.

Acheter Mascarade en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Mascarade sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+