75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Sherlock Holmes et le Necronomicon: La Nuit sur le monde
Sherlock Holmes et le Necronomicon: La Nuit sur le monde >

Critique de la Bande Dessinée : Sherlock Holmes et le Necronomicon: La Nuit sur le monde

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 29 juin 2013 à 1237

Le portail de verre

A Londres, la situation est dramatique. Sherlock Holmes,  victime du Necronomicon et d’un Moriarty mort-vivant plus mégalomane que jamais, git, inconscient, sur le sol de la Robert Blake Library. Les forces du mal, incarnées par le professeur dément, semblent sous le point de l’emporter. Mais ce dernier ne sait pas encore qu’il n’est qu’une simple arme dans les mains de puissances que l’esprit humain ne peut appréhender… les Grand Anciens !

Dire que le scénariste Sylvain Cordurié et le dessinateur Vladimir Krstic-Laci passent la surmultipliée dans ce deuxième tome tient de l’euphémisme tant le récit qui nous y ait conté prend une tout autre mesure. Rarement vu la ville de Londres plongée dans un tel chaos ! On pourrait même arriver à penser que, bien que l’ensemble soit assez bien ficelé, Sylvain Cordurié pèche par excès de zèle. On est ainsi très surpris de voir surgir de nulle part un nouveau personnage, le High Lord, porte-parole des créatures non-humaines et ami de la reine Victoria. Totalement absent dans le premier tome, il s’impose ici de manière peu naturelle, prenant même le dessus sur le colonel Damiens, le chef des services secrets, et occulte un peu les faits et gestes de Sherlock Holmes et de sa charmante alliée. Par contre, du coté de l’adversaire, on assiste à un twist excellemment bien amené, Moriarty se transformant au fil des pages en une marionnette manipulée par la descendance d’Abdul al-Hazred.

Au dessin, Laci nous fait une nouvelle démonstration de son immense talent. Et comme le récit a gagné en force, son style énergique et réaliste apparait comme encore plus efficace. Aussi à l’aise dans les scènes posées que dans les passages musclés, le dessinateur se lâche dans le climax, avec quatre planches aux composantes horrifiques très réussies. Il n’est jamais facile d’illustrer les délires d'Howard Phillips Lovecraft et, ici, le dessinateur s’en sort très bien avec la matérialisation  d’un portail inter-dimensionnel, sans en faire des tonnes, avec une belle gestion des mouvements et un rendu cinématographique efficient. On peut également apprécier son habileté à reconstituer les différents édifices londoniens, avec notamment un majestueux Crystal Palace. Bref, de l’excellent travail !

La conclusion de

Avec ce deuxième tome, Cordurié et Laci passent aux choses sérieuses. La nuit sur le monde nous montre un Londres plongé dans le chaos, Sherlock Holmes et ses alliés se retrouvant confrontés à des forces qu’ils ne peuvent maitriser. Quelques facilités scénaristiques ne parviennent pas à diminuer notre plaisir de lecture, d’autant plus que Laci nous offre un admirable travail graphique.

Que faut-il en retenir ?

  • Une belle montée en puissance
  • Une histoire accrocheuse
  • Un cachet lovecraftien bien entretenu
  • Des dessins de qualité

Que faut-il oublier ?

  • Quelques facilités scénaristiques

Acheter Sherlock Holmes et le Necronomicon: La Nuit sur le monde en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Sherlock Holmes et le Necronomicon: La Nuit sur le monde sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sherlock Holmes

En savoir plus sur l'oeuvre Sherlock Holmes