75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : Aon
Aon >

Critique du Musique : Aon

Avis critique rédigé par Amaury L. le mardi 18 juin 2013 à 1146

Y'a pas que la cornemuse en Écosse !

Ablach est un terme gaélique qui signifie, selon les dires du groupe, « carcasse mutilée ». La musique imposée par nos musiciens écossais mutilent nos pauvres conduits auditifs sans aucune pitié. Ils œuvrent sans un death/grind avec quelques réminiscences « Crust ». Très underground, ils auto-produisent leur premier forfait longue durée ce qui est un euphémisme puisque Aon (one) ne « dure » que dix-neuf minutes. Sorti courant 2009, Ablach ne manque pas de cran avec treize titres dévastateurs et dont deux reprises « Unchallenged Hate » de Napalm Death et « Corporation pull-in » de Terrorizer (lire la critique de Hordes of zombie). Cependant, les compositions originales ne font pas tâche au côté de ces deux morceaux cultes. L'album reste cohérent et de qualité égale même si certaines pistes se dégagent du lot. On apprécie la déflagration sonore de « Jus primae noctis », « End of the world », ou encore « Fir Alban ». Ablach possède deux particularités intéressantes, ils proposent quelques titres en gaélique et surtout un affrontement remarquable sur l'ensemble des titres entre les deux chanteurs, un qui grogne très death, l'autre plutôt black écorché. Cela apporte une touche personnelle et surtout cela s'intègre complètement dans cette sauvagerie musicale sans concession. La production très crue, mais impeccablement réalisée, empêche aucunement les guitares de s'exprimer, de faire entendre leurs rugissements graves.


La conclusion de

Les dix-neuf minutes de Aon (one) demeurent une détonation échevelée. Les titres sont joués à une vitesse supersonique, avec quelques breaks rapides avant de reprendre une course endiablée. Ce death/grind écossais ne mentionne sa culture qu'au travers de la langue (le gaélique), les paroles (des références fréquentes à la mythologie gaélique), car sinon c'est brutal, violent et très américain musicalement. La cornemuse est enterrée sous dix tonnes de carcasse avariée. Une odeur écœurante et à la fois délicieuse...

Que faut-il en retenir ?

  • 20 minutes de death/grind intenses.

Que faut-il oublier ?

  • Assez classique.

Acheter Aon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Aon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+