75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : T.R.I.P.
T.R.I.P. >

Critique du Musique : T.R.I.P.

Avis critique rédigé par Amaury L. le dimanche 16 juin 2013 à 1822

Un mauvais trip...

Abstracta est un groupe dont la discographie ne contient qu'un unique album, T.R.I.P sorti en 1998. Originaires de Rome, les italiens apprécient comme beaucoup de leurs congénères le fantastique Dream Theater, un maître absolu du métal progressif. Aduler ou s'inspirer d'un groupe, cela n'est répréhensible en soi, mais parvenir à offrir des titres ambitieux sans être pompeux, voilà une toute autre affaire. Dès les premières notes écoulées, le constat semble irrémédiable, le chanteur possède un timbre de voix irritant, désagréable à l'écoute et surtout très limité techniquement. Qu'il s'essaie dans les aiguës ou les graves, il n'arrive jamais à emmener l'auditeur dans sa prestation vocale.

La lassitude ou le désintérêt survient avec une promptitude inquiétante, les treize minutes de « T.R.I.P. » forge une opinion très négative sur ces musiciens incapables de s'affranchir de leurs sources inspiratrices. Malgré des tentatives honorables, la production n'aide pas à valoriser les parties musicales, les musiciens ne soulèvent aucun enthousiasme en délivrant leurs compositions banales et absolument pas captivantes. Sur « Distant », le chanteur Titta Tani frôle l'extinction de voix et le déraillement incontrôlé. D'ailleurs, le titre le plus supportable est bizarrement l'instrumental « The disoriented oriental », où les claviers jouent un rôle prépondérant mais on distingue, sans se focaliser sur cette voix épuisante, la maîtrise satisfaisante instrumentale des italiens. Malheureusement, l'intervention appuyée des claviers, la faute à un budget ridicule, gâche partiellement ce morceau intéressant. On se demande si le métal progressif ne rime pas avec production léchée et millimétrée pour donner toute sa quintessence. En entendant cet ersatz de mixage, cela semble une condition sine qua non.

La conclusion de

Difficile de tirer satisfaction de cet album de metal progressif insuffisant, le chanteur très limité est vite casse-pied et la production minimale n'aide pas ces italiens à attirer notre attention. Dès que le chanteur et les claviers sirupeux envahissent un titre, une seule envie s'impose à nous, appuyez sur la touche stop du lecteur CD. Pompeux et raté, un trip carrément à éviter sous peine de pétage de câbles !

Que faut-il en retenir ?

  • Le titre The Disoriented oriental est correct.

Que faut-il oublier ?

  • Le reste surtout le chanteur complètement nul.

Acheter T.R.I.P. en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de T.R.I.P. sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+