75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : Subconscious
Subconscious >

Critique du Musique : Subconscious

Avis critique rédigé par Amaury L. le vendredi 26 avril 2013 à 1156

Musique oubliée aussitôt par le subconscient...

Terra Tenebrae est un groupe grec avec une durée de vie courte, un album avant de changer de nom et devenir Soulskinner. Contrairement à beaucoup de ses confrères de la scène grecque de la fin des années 90, Terra Tenebrae se distingue par l'absence d'utilisation de claviers, d'ambiances atmosphériques et privilégie la vitesse, l'emploi de la double pédale. Le résultat demeure plutôt convaincant avec des musiciens capables de dispenser de jolis solos de guitare, des changements de rythme dynamiques en empruntant des codes « esthétiques » au black, au thrash ou au death mélodique. Un son moyen noie un peu les compositions qui ne rivalisent pas avec des groupes comme At the gates ou Dissection. Les textes sont très agressifs, parlant de la mort et évidemment de thèmes plus abstraits, comme la folie, l'envie de tuer, le passage à l'acte et autres attentions délicates.

Les membres de Terra Tenebrae forment un groupe expérimenté avec le vocaliste Gothmog et le bassiste Makis (Baron Blood de Necromantia) qui exercent aussi leurs talents dans Thou art lord. Pourtant, cet album s'avère moyennement réussi en développant des atmosphères plus sobres, moins occultes. Sur certains titres, on a l'impression que le groupe a voulu profiter du succès de la vague « death mélodique suédoise ». Terra Tenebrae mélange souvent des passages frénétiques avec d'autres seulement acoustiques et mélodiques comme dans « Count the time », « The killing kind » ou « A dice for two souls ». Le chant est plus proche du black que celui du death. Gothmog s'écorche les cordes vocales et cella colle assez bien au style, même si progressivement, une monotonie s'installe. Si les musiciens sont en place et jouent correctement, le mixage ne rend pas forcément honneur aux compositions qui appauvrit l'ensemble, atténuant la personnalité artistique du groupe.

"Dying in the Mirror's Path", le dernier morceau de l'album apporte un peu de variation à cet album assez convenu et répétitif avec des gros riffs estampillés « Death old school de Floride » avec une touche thrash, et des réminiscences de Obituary ou le mythique Death.

Malgré un spectre assez large au niveau des guitares, dans la recherche de riff, on passe de séquences guerrières épiques, au calme de l'acoustique, aucun morceau ne révèle un potentiel énorme. On oscille entre le passable et le bon, on se détache de cette œuvre finalement mineure, même pour la scène grecque. Après la fin du CD, l'empressement de passer à autre chose, à un groupe plus percutant dans l'énergie, plus diversifié, plus inspiré s'impose et on abandonne « Subconscious » sans aucun scrupule.

La conclusion de

Terra Tenebrae (maintenant officiant sous le nom de Soulskinner) offre un album mineur et sans grand intérêt, mais on reconnaît l'esprit marquant de la scène grecque, une lead guitar mélodique bien exécutée, la spécificité de leurs riffs. Malheureusement, le chant monocorde et monotone de Gothmog affadit et affaiblit la force des compositions, rendant le tout très dispensable par rapport aux meilleurs combos de la scène grecque (Nightfall par exemple). Un album vite oublié par notre subconscient.

Que faut-il en retenir ?

  • Les passages mélodiques.
  • De bons musiciens.

Que faut-il oublier ?

  • Le chant monotone.
  • Le mixage.
  • Pas de titres vraiment réussis.

Acheter Subconscious en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Subconscious sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+